La grâce rend à la vie

Dans sa lettre aux Colossiens, après leur avoir parlé du fait que tous les trésors de la sagesse et de la connaissance sont en Christ et les avoir mis en garde afin que personne ne les trompe par des discours séduisants s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les principes élémentaires du monde, et non sur Christ, Paul leur écrit : “Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses; il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a éliminé en le clouant à la croix; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.” (Colossiens 2:13-15 NEG79)

Ainsi, Paul laisse comprendre que c’est par les offenses et par l’incirconcision de ce qui est charnel que nous sommes morts, c’est-à-dire sans l’abondance de vie que Jésus a promis (cf. Jean 10:10). En effet, il n’est pas possible de vivre de manière charnel, offensante et faisant le mal, et d’être en même temps plein de vie. Mais Paul fait comprendre ensuite que c’est en faisant grâce pour toutes nos offenses que Christ nous rend à la vie. Paul dit que Christ a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous. Cet acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous est la loi mosaïques avec ses prescriptions. On ne parle pas ici des dix paroles appelées dix commandements, mais il s’agit des prescriptions de Moïse en marge des dix commandements. Par exemple, Moïse avait prescrit la lapidation en cas d’adultère, mais dans l’Évangile selon Jean au chapitre 8, on voit Jésus sauver une femme adultère alors que certains hommes voulaient la lapider conformément aux prescriptions de Moïse. C’est par la grâce manifestée envers cette femme, et envers ses accusateurs, que Jésus a rendu cette femme à la vie. Jusqu’à la croix et jusqu’à son ascension auprès du Père, Jésus a annoncé, démontré et enseigné le pardon des péchés. Nul part nous voyons Jésus condamner un fautif. Le fait est que c’est l’expérience de la grâce, l’expérience du pardon des péchés, qui amène le dépouillement de ce qui est charnel.

Car en lui (Christ) habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Vous avez tout pleinement en lui, qui est le chef de toute domination et de toute autorité. Et c’est en lui que vous avez été circoncis d’une circoncision que la main n’a pas faite, mais de la circoncision de Christ, qui consiste dans le dépouillement du corps de la chair: ayant été ensevelis avec lui par le baptême, vous êtes aussi ressuscités en lui et avec lui, par la foi en la puissance de Dieu, qui l’a ressuscité des morts. (Colossiens 2:9-12 NEG79) Le dépouillement de ce qui est charnel se produit en Christ, par la foi en la puissance de Dieu qui ressuscite les morts. C’est par la foi en Dieu, par la conscience du pardon des péchés, que le dépouillement de ce qui est charnel se produit afin d’amener à une abondance de vie, une vie juste et sainte. Cette réalité se produit non par des efforts dont on pourrait se venter, mais par le seul moyen de la foi qui est cette assurance des choses que l’on espère, cette démonstration de celles qu’on ne voit pas. “Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu” (Ephésiens 2:8 NEG79). Malheureusement, ceux qui essaient de se dépouiller de ce qui est charnel à coup d’efforts, mais sans le moyen de la foi, expérimentent bien souvent comme résultat une vie non transformée de manière durable, une conscience chargée de culpabilité marquée par le découragement et la tiédeur, avec une emprise du péché très présente.

Voir aussi La connaissance du salut par le pardon des péchés.

La consolation: par la patience à supporter la souffrance

Dans sa deuxième lettre aux Corinthiens, Paul écrit : “Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons” (2 Corinthiens 1:5-6 NEG79). Paul a connu la persécution et toutes sortes d’épreuves, ce qui fait que lorsqu’il parle de souffrance il sait de quoi il parle. Mais au-delà des souffrances, Paul parle de la consolation qui abonde par Christ. Paul ne reste toutefois pas centré sur lui-même, et il s’exprime en disant que s’il est affligé c’est pour la consolation et pour le salut de ceux à qui il s’adresse. C’est là ce qui l’afflige : l’absence de consolation et de salut chez les autres. Paul laisse entendre aussi que si les souffrances sont les mêmes que sa propre expérience, alors la consolation est la même, mais elle n’est pas automatique. Et il souligne que la consolation se réalise à travers la patience à supporter les mêmes souffrances que ce qu’il endure. Et si Paul est consolé, c’est pour que ceux à qui il s’adresse soient également consolés. Le terme traduit par patience à supporter est hupomone qui signifie constance, persévérance, endurance. Il y a une consolation qui vient de l’endurance dans l’épreuve, et c’est ce dont Paul nous parle ici. Dans Romains 8 où Paul parle de la persécution, il écrit : “Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés” (Romains 8:37 NEG79).

La consolation c’est non seulement le soulagement apporté à la peine de quelqu’un, mais c’est aussi, par définition, un sujet de joie ou de satisfaction au milieu des épreuves. Lorsqu’on a fait l’expérience de la consolation et de la victoire dans l’affliction, alors nous pouvons consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction. C’est ce que Paul écrit aux Corinthiens lorsqu’il leur dit : “Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction!” (2 Corinthiens 1:3-4 NEG79)

Dieu est le Père non seulement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais il est aussi le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation. Dieu est la source de la consolation, et ce que nous puisons à la source nous pouvons le transmettre aux autres, afin qu’ils soient eux-même conduit à puiser à la source.

La tendance naturelle est la crainte des afflictions, mais celui qui a fait l’expérience de la consolation qui vient de Dieu par la persévérance dans la souffrance, celui-là ne craint plus l’affliction. C’était le cas de Paul qui, malgré ses propres épreuves, se plaçait en consolateur des autres affligés. L’Évangile, la bonne nouvelle de la grâce de Dieu, n’est jamais quelque chose d’égocentré. Au contraire, l’amour et la grâce sont tournés vers son prochain : “Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut“.

La croissance par la connaissance de Dieu

Dans sa lettre aux Colossiens, après avoir mentionné d’avoir appris de quel amour l’Esprit les anime, Paul leur écrit : “C’est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous; nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients” (Colossiens 1:9-11 NEG79).

Ce que Paul demande dans ses prières est toujours très dense et instructif. Ce passage nous laisse percevoir que c’est par la puissance glorieuse de Dieu que nous sommes fortifiés à tous égards. Il souligne aussi que cette fortification a pour but d’être persévérants et patients, et cela avec joie et toujours. On perçoit ici un état qui ne dépend pas des circonstances, mais qui est le résultat d’une certaine maturité. Cette maturité est agréable au Seigneur et correspond à une marche digne de Lui, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres. Et Paul précise “croissant par la connaissance de Dieu“. Ainsi, c’est la connaissance de Dieu qui amène la croissance. Le terme traduit par connaissance ici est epignosis qui a le sens de connaissance précise et correcte. Ce ne sont pas des efforts à fournir mais une connaissance précise et correcte de Dieu qui produit la croissance. En d’autres termes, si nous ne grandissons pas dans la connaissance de Dieu, il ne faut pas s’étonner d’un manque de croissance “spirituelle”. Si les choses que nous connaissons de Dieu sont imprécises et incorrectes, la croissance ne se produit pas. Parfois, on croit connaître Dieu, mais si ce qu’on connait de Dieu n’est pas conforme à la vérité, la maturité où la persévérance et la joie sont toujours présents ne peut pas être atteinte. Il est bon de rappeler que la mesure de la connaissance de Dieu c’est l’amour, conformément à ce que la première lettre de Jean nous laisse savoir : “Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour” (1 Jean 4:7-8 NEG79). Dieu est amour, il s’agit donc de grandir dans la connaissance des caractéristiques de l’amour telles que Christ les a faites connaître. Une méconnaissance intime des caractéristiques de l’amour de Dieu est un obstacle à la croissance. Jésus-Christ est la vérité. C’est pourquoi il est important de passer en revue notre connaissance de Dieu à la lumière de la vérité qui est en Jésus-Christ.

La gloire de Dieu c’est sa grâce

Dans sa lettre aux Ephésiens, Paul écrit : “Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui; il nous a prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, pour célébrer la gloire de sa grâce dont il nous a favorisés dans le bien-aimé” (Ephésiens 1:3-6 NEG79).

Le terme traduit par grâce est charis qui signifie bonté, faveur, volonté qui est bonne, il a aussi le sens de ce qui fournit la joie, le plaisir, les délices, la douceur, le charme, la tendresse. La grâce de notre Seigneur surabonde avec la foi et l’amour (cf. 1 Timothée 1:14). La grâce de Dieu c’est glorieux, c’est ce dont l’Évangile selon Jean parle aussi lorsqu’il est écrit : “Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père” (Jean 1:14 NEG79). Le Fils unique a été engendré par la Parole qui était avec Dieu, la parole qui était Dieu, et qui fut adressée à Marie par un ange (cf. Luc 1:30-31). Ce Fils unique engendré par la parole de Dieu, et né d’une femme est venu du Père céleste. Et ce Fils, Jésus-Christ, est l’expression de la gloire du Père, il est celui par qui la grâce et la vérité sont venues et dont Jean a aussi fait l’expérience : “Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâcecar la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ” (Jean 1:16-17 NEG79). Déjà enfant, la grâce de Dieu était sur Jésus qui grandissait en grâce de manière visible, et dont les paroles de grâce sortant de sa bouche étonnaient déjà, alors qu’il était encore enfant. C’est ce qu’on peut lire dans l’Évangile selon Luc lorsqu’il est écrit : “Or, l’enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui” (Luc 2:40 NEG79). “Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes” (Luc 2:52 NEG79). “Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche” (Luc 4:22 NEG79).

La grâce est intimement liée à ce qui appartient à la gloire de Dieu. On peut déjà le percevoir par exemple dans ce psaume des fils de Koré : Car l’Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, l’Éternel donne la grâce et la gloire, il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité” (Psaumes 84:12 NEG79). Pierre l’exprime aussi en disant : “Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables” (1 Pierre 5:10 NEG79).

Jésus-Christ a enseigné : “Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré (charis) vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré (charis) vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même” (Luc 6:32-33 NEG79). Conformément à l’enseignement de Jésus, ceux qui vivent par la grâce ne se contentent pas d’aimer ceux qui les aiment, et ne se contentent pas de faire du bien à ceux qui leur font du bien. La grâce ce n’est pas donner à celui qui nous redonne en retour, mais c’est donner sans rien attendre en retour. La gloire de la grâce c’est d’aimer ceux qui ne nous aiment pas, c’est de faire du bien même à ceux qui ne nous font pas du bien.

Dans l’Évangile selon Jean, il est écrit cet épisode : “Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément: En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera. Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait. Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. Simon Pierre lui fit signe de demander qui était celui dont parlait Jésus. Et ce disciple, s’étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit: Seigneur, qui est-ce? Jésus répondit: C’est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l’Iscariot. Dès que le morceau fut donné, Satan entra dans Judas. Jésus lui dit: Ce que tu fais, fais-le promptement. Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui disait cela; car quelques-uns pensaient que, comme Judas avait la bourse, Jésus voulait lui dire: Achète ce dont nous avons besoin pour la fête, ou qu’il lui commandait de donner quelque chose aux pauvres. Judas, ayant pris le morceau, se hâta de sortir. Il faisait nuit. Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit: Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même, et il le glorifiera bientôt” (Jean 13:21-32 NEG79). C’est intéressant de relever dans ce passage que c’est en lien avec le pain qu’il a donné à Juda sans lui faire aucun reproche, mais en le laissant aller au bout de la trahison, que Jésus dit à propos de lui-même : “Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même, et il le glorifiera bientôt.” C’est en lien avec sa démonstration de grâce envers Juda que Jésus parle d’avoir été glorifié et que Dieu a été glorifié en lui (en Jésus).

C’est pourquoi, Pierre a aussi exprimé : “Car c’est une grâce de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c’est une grâce devant Dieu” (1 Pierre 2:19-20 NEG79). Il est glorieux de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. Dans ce sens, Jésus-Christ est l’expression parfaite de la gloire de Dieu, il est l’expression parfaite de la grâce de Dieu. Et la grâce de Dieu, dont on se saisit par le moyen de la foi, est un prérequis nécessaire pour être habilité à supporter la souffrance lorsqu’on fait ce qui est bien. C’est également ce dont Paul a aussi fait l’expérience lorsqu’il écrit : “Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu” (2 Corinthiens 1:12 NEG79). C’est par la grâce de Dieu, démontrée en son Fils Jésus-Christ, et à laquelle on accède au moyen de la foi, que cette réalité dont Paul, Pierre et Jean ont fait l’expérience, devient une réalité glorieuse dans la vie de celui qui vit sous la grâce par le moyen de la foi.

C’est pourquoi, Pierre invite ses lecteurs à grandir dans la grâce : “Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, tenez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité! Amen!” (2 Pierre 3:17-18 NEG79).

Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur!” (2 Pierre 1:2 NEG79).

L’opposé du péché c’est la grâce, l’opposé de la mort c’est la justice

Dans sa lettre aux Romains, après avoir expliqué que la transformation qui amène à la droiture (cela s’appelle la justification) est le résultat du moyen de la foi et non le résultat de la loi, et après avoir expliqué que “par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes” (Romains 5:19 NEG79), Paul continue en disant : “Or, la loi est intervenue pour que l’offense abonde, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce règne par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 5:20-21 NEG79).

Le terme traduit ci-dessus par la loi est nomos qui signifie toute chose établie, toute chose acceptée par l’usage. Le terme traduit par intervenir est pareiserchomai qui signifie s’introduire secrètement, se glisser. Le terme traduit par offense est paraptoma qui signifie tomber à côté, il a le sens de déviation par rapport à la vérité et la droiture. Le terme traduit par abonder est pleonazo qui signifie surabonder, se multiplier, faire accroître. Ainsi, il est important de comprendre le fait que toute chose établie et acceptée par l’usage, la loi, s’est glissée afin que la déviation par rapport à la vérité se multiplie ! Il va de soi que ce n’est pas Dieu qui est à l’origine d’une telle déviation et multiplication. Le terme traduit par péché est harmatia qui signifie faux état d’esprit, il a le sens de manière de penser contraire à la pensée de Dieu. Et là où les fausses manières de penser se sont multipliées, la grâce a abondé au-delà de la mesure. Le terme traduit par grâce est charis qui signifie bonté, volonté conforme à ce qui est bon, faveur, miséricorde. Charis a aussi le sens de ce qui fournit la joie, la douceur, la tendresse. La grâce a surabondé malgré la multiplication des fausses manières de penser dans les choses établies et acceptées par l’usage, et cela déjà parmi ceux qui ont précédé celui qui a rendu témoignage à la vérité, c’est-à-dire Jésus-Christ. Par leur foi, les hommes dit “du peuple de Dieu” avaient déjà goûté à la grâce, malgré leurs fausses manières de penser contraires à Dieu qui se sont multipliées. Paul dit que la surabondance de la grâce est là afin que, comme les fausses manières de penser ont régné par la mort, ainsi la grâce règne par la justice. On peut percevoir un parallèle que Paul fait dans ce qu’il exprime.

1. Le péché règne par la mort.
2. La grâce règne par la justice.

Paul place ainsi indirectement la grâce comme étant à l’opposé du péché, et la justice comme étant à l’opposé de la mort. Ainsi, on comprend que :

L’opposé du péché c’est la grâce, et l’opposé de la mort c’est la justice.

Le terme traduit par justice est dikaiosune qui signifie au sens large l’état de celui qui est comme il doit être, la condition acceptable par Dieu, et au sens étroit il signifie justice qui donne à chacun ce qui lui est dû. En conséquence, toute manière de penser contraire à la grâce est une fausse manière de penser qui appartient au péché. Et toute manière de penser qui contribue directement ou indirectement à la mort est une injustice, et donc une fausse manière de penser qui appartient au péché. Ainsi, celui qui cherche à faire mourir qui que ce soit se conforme à ce qui est injuste, à cause d’une fausse manière de penser. La mort est en soi, et dans tous les cas, une injustice. La pensée tout humaine, modelée par le père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement, considère le mal rendu pour le mal comme appartenant à la justice, et considère que faire mourir un meurtrier est conforme à la justice. Mais la vérité qui est en Jésus-Christ, et dont Paul parle ci-dessus, c’est que le mal pour le mal c’est de l’injustice. Celui qui agit selon la justice s’oppose au mal par le bien. Celui qui agit ainsi, en venant à bout du mal par le bien, est dans l’état de celui qui est comme il doit être, et pratique la justice. La justice conforme à la vérité qui est en Jésus-Christ, amène à comprendre que faire du bien à ses ennemis c’est leur donner ce qui leur est dû : l’amour qu’ils ne connaissent pas.

La grâce règne par la justice, c’est-à-dire par l’état de celui qui est comme il doit être. “La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ” (Jean 1:17 NEG79). Celui qui est comme il doit être, le juste, vit par la grâce. C’est la grâce qui transforme les fausses manières de penser, c’est-à-dire le péché, pour amener à une manière de penser conforme à Dieu. Dieu est amour. Mais toute chose établie et acceptée par l’usage, la loi, s’est glissée afin que la déviation par rapport à la vérité se multiplie. Ce qui laisse percevoir des intentions contraires à Dieu dans les choses qui ont été établies et acceptées par l’usage. On peut observer dans les textes bibliques que dans les choses établies et acceptées par l’usage, la mort était même prescrite par les hommes au nom de Dieu. Cette prescription s’oppose à la vérité qui est en Jésus-Christ. Et Paul, qui étaient un fervent défenseur de telles prescriptions avant sa conversion à Jésus-Christ, relève que le péché a régné par la mort. Mais celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi, voit le péché perdre son emprise. C’est ce dont Paul avait aussi déjà fait l’expérience en disant : “Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi (nomos), mais sous la grâce” (Romains 6:14 NEG79). “C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu” (Ephésiens 2:8 NEG79). La délivrance du péché, c’est-à-dire le changement des fausses manières de penser, se produit par la grâce, au moyen de la foi. La grâce est le moteur de la transformation qui résulte du changement de manière de penser.

Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice (dikaiosune). Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. Mais maintenant, étant affranchis (délivrés) du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 6:20-23 NEG79). Paul met ici en opposition la mort qui est le salaire du péché et la vie éternelle en Jésus-Christ qui est un bon de Dieu. A noter ici, la mort c’est le salaire du péché. Ce n’est pas le salaire que Dieu verserait à celui qui pèche. Non, la mort est le salaire versé par le péché. La vie de Jésus-Christ, son enseignement conforme au Père, et la mort que lui ont infligé les hommes en sont le témoin. La mort est ce que “verse” quelqu’un dont la manière de penser est contraire à la pensée de Dieu. Dieu donne la vie et ressuscite les morts (cf. Jean 5:21). Celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi, voit la mort perdre son pouvoir et ne désire pas la mort de ses ennemis. Jésus-Christ en est le témoin.

Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il (Jésus-Christ) y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est à dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude” (Hébreux 2:14-15 LSG). C’est le diable qui a le pouvoir de la mort. Et l’esclavage du péché, c’est-à-dire l’incapacité à sortir de fausses manières de penser, a régné par la mort, plus précisément par la peur de la mort. La conséquence c’est que les hommes ont cherché à sauver leur propre vie, donnant lieu à toutes sortes de manière de penser contraires à la vérité qui est en Jésus-Christ, et contraire au Père céleste qu’il a révélé. Par la crainte de la mort, les hommes sont incapables d’aimer leurs ennemis jusqu’à ne pas chercher à sauver leurs propres vies. Mais Jésus-Christ, par sa mort et par sa résurrection, “il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix” (Colossiens 2:15 NEG79). C’est ainsi qu’il réduit la crainte de la mort à néant pour celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi en Celui qui ressuscite les morts: le Père céleste. Délivré de la peur de la mort, et avec une manière de penser conforme à Dieu, la conséquence est un amour semblable à celui manifesté en Jésus-Christ.

Tel il (Jésus-Christ) est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier” (1 Jean 4:17-19 NEG79).

Comme le Père m’a aimé, je (Jésus-Christ) vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour” (Jean 15:9 NEG79).

Bon arbre et mauvais arbre, discernement – 2ième Partie

…suite de l’article précédent.

loup-moutonSans l’enseignement que Jésus a apporté, dans ce monde les hommes livrés à eux-mêmes et à leurs propres raisonnements n’ont pas le discernement de ce qui est de Dieu (l’Esprit) et ce qui ne l’est pas. Car nul n’a jamais vu Dieu (l’Esprit), et ainsi nul ne l’a connu tel qu’il est véritablement. C’est une manière de penser faussée et modelée par l’adversaire, celui dont Jésus a dit qu’il est le père du mensonge et le meurtrier dès le commencement (cf. Jean 8 :44), qui amène à rejeter la vérité qui est en Jésus-Christ au sujet de Dieu (l’Esprit). A la lumière de Jésus-Christ, depuis Éden et tout au long de l’histoire de l’humanité, du moins pour la partie de l’histoire rapportée dans les textes bibliques, les êtres humains ont été en partie inspiré par des esprits contraires au Saint-Esprit qui était en Christ, et ils se sont inspirés les uns les autres avec des idées fausses concernant l’Esprit de Dieu, parce qu’ils n’avaient pas de discernement. Par exemple, on voit les hommes associer l’Esprit de l’Eternel au fait qu’un homme soit plein de force pour tuer mille de ses ennemis avec une mâchoire d’âne fraiche (voir Juges 15:14-15). Les hommes étaient convaincus que c’est de cette manière que Dieu agissait pour les délivrer de leurs ennemis. Mais de toute évidence, à la lumière de Jésus-Christ une telle action n’était pas inspirée par le même esprit que celui qui était en Jésus-Christ. C’est pour cela que, dans Matthieu 12, aux croyants qui manquaient de discernement et confondaient l’œuvre du Saint-Esprit avec celle de Béelzébul, Jésus enseigne : “Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit” (Matthieu 12 :34 NEG79). L’arbre bon dont Jésus parle ici, c’est l’esprit par lequel il agit, c’est-à-dire le Saint-Esprit qui est l’esprit même de Dieu. Dieu est Esprit (cf. Jean 4:24). Dans la situation présente, Jésus venait de libérer un homme d’un démon et il dit à ces croyants manquant de discernement : “Si donc Satan se met à chasser Satan, son royaume est divisé contre lui-même. Comment alors ce royaume subsistera-t-il? D’ailleurs, si moi je chasse les démons par Béelzébul, qui donc donne à vos disciples le pouvoir de les chasser? C’est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. Mais si c’est par l’Esprit de Dieu que je chasse les démons, alors, de toute évidence, le royaume de Dieu est venu jusqu’à vous. Ou encore: Comment quelqu’un peut-il pénétrer dans la maison d’un homme fort et s’emparer de ses biens s’il n’a pas, tout d’abord, ligoté cet homme fort? C’est alors qu’il pillera sa maison. Celui qui n’est pas avec moi, est contre moi, et celui qui ne se joint pas à moi pour rassembler, disperse” (Matthieu 12 :26-30 BDS). Jésus dit clairement que celui qui n’est pas avec lui est contre lui, et celui qui ne se joint pas à lui pour rassembler, celui-là disperse. Le terme traduit par disperser est skorpizo qui signifie ici éparpiller, aller dans toutes les directions. Celui qui essaie de rassembler les gens autour de Dieu sans tenir compte de la vérité qui est en Jésus-Christ provoque une dispersion, un éparpillement. Une telle tentative de rassembler les gens est contre Jésus-Christ. Jésus dit cela dans le contexte du discernement des esprits. Le manque de discernement de ce qui est de l’Esprit de Dieu (le Saint-Esprit) et de ce qui ne l’est pas disperse au lieu de rassembler. Ce phénomène de dispersion est observable tout au long de l’histoire du christianisme et de manière croissante. Aujourd’hui, il semble qu’il existe pas loin de 30’000 dénominations d’églises avec des différents théologiques plus ou moins importants, malgré le fait de se réclamer de Jésus-Christ. Et pourtant une grande partie se réfèrent à la Bible, c’est donc la lecture de la Bible qui diffère les uns des autres… Ainsi, il est possible d’être plein de zèle pour essayer de rassembler les gens autour de Dieu en se référant à la Bible, mais sans le discernement des esprits il se produit une dispersion malgré le zèle. Cette dispersion se produit soit par ignorance des paroles de Jésus qui révèlent la vérité au sujet de Dieu (l’Esprit) et des choses de Dieu (l’Esprit), soit par le rejet de ses paroles une fois entendues. En d’autres termes, une manière de penser différente de celle que Jésus a enseignée et démontrée à propos du Père céleste (l’Esprit) disperse, éparpille et s’oppose à lui par ignorance et par le manque de discernement qui en découle. Et parfois, cette dispersion est appelée à tort “diversité du corps de Christ”, dont certaines “diversités” considèrent même le fait de tuer des hommes, ou tuer ses ennemis, comme quelque chose d’inspiré par Dieu par le passé… malgré le fait que Jésus-Christ ait enseigné l’opposé.

Dans Matthieu 12, les disciples de ces hommes, ces hommes à qui Jésus s’adresse, sont ceux qui avaient reçu leur enseignement. Et ces hommes, bien qu’ils enseignaient les autres et en faisaient ainsi leurs disciples, n’avaient eux-mêmes pas de discernement. Jésus a enseigné que le Père ne juge pas (cf. Jean 5:22) et que le Fils non plus (cf. Jean 8:15), mais ces hommes ignoraient la vérité qui est en Jésus-Christ à propos de Dieu (l’Esprit) et des choses de Dieu (choses de l’Esprit). Ils n’avaient eux-mêmes pas été correctement enseignés jusque-là. Ils ne pouvaient donc pas l’enseigner à leurs propres disciples. C’est une raison pour laquelle Jésus leur dit que leurs disciples seront eux-mêmes leurs juges. Car ces disciples-là ont été enseignés par des enseignants ignorants la vérité qui est en Jésus-Christ, dont le fait que Dieu (l’Esprit) ne juge pas. Tout esprit contraire à l’Esprit-Saint juge (sépare) les personnes au lieu des idées. Les hommes livrés à eux-mêmes et non renouvelés par l’Esprit-Saint jugent (séparent) les personnes. C’est pourquoi Jésus a enseigné ailleurs : “Ne jugez pas, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez” (Matthieu 7 :1-2 LSG). Jésus parle de comment les hommes se traitent. Ce n’est pas Dieu qui juge (sépare) les personnes. Dieu est Esprit, il est l’Esprit-Saint. Conformément à l’enseignement de Jésus-Christ, ni le Père, ni le Fils ne jugent (séparent) les personnes. Ils sont dans une parfaite unité d’esprit, mais les hommes se jugent (séparent) les uns les autres à la mesure de leur propre jugement modelé par le père du mensonge et le meurtrier dès le commencement. Les disciples de ces hommes, ces hommes à qui Jésus s’adresse, ne pouvaient être supérieurs à ceux qui les ont enseignés. Jésus a enseigné à ses propres disciples : “Le disciple n’est pas plus grand que celui qui l’enseigne, ni le serviteur supérieur à son maître. Il suffit au disciple d’être comme celui qui l’enseigne et au serviteur comme son maître. S’ils ont qualifié le maître de la maison de Béelzébul, que diront-ils de ceux qui font partie de cette maison?” (Matthieu 10 :24-25 BDS) Mais Jésus continue en disant à ses propres disciples : “Ne les craignez donc point, car il n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être connu. Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le en plein jour, et ce qui vous est dit à l’oreille, prêchez-le sur les toits. Ne craignez pas ceux (le terme est ho qui signifie ce qui) qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l’âme, craignez plutôt celui (ho) qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne” (Matthieu 10 :26-28 NEG79). Une traduction du verset 28 plus proche du texte grec serait : “Ne craignez pas ce qui tue le corps et qui ne peut tuer l’âme, craignez plutôt ce qui peut faire périr l’âme et le corps dans la géhenne”. Certaines traductions ajoutent malheureusement une note ici qui va jusqu’à prétendre clairement dans ce verset que ce serait Dieu qui ferait lui-même périr l’âme et le corps dans la géhenne… Une telle idée est non seulement une mauvaise traduction, mais elle est une ignorance des paroles de Jésus et de la vie de Jésus qui ont révélé le Père, le Dieu invisible, l’Esprit-Saint, qui donne la vie et ressuscite les morts mais qui ne tue pas, ni l’âme ni le corps. Jésus en a fait la démonstration: il a lui-même ressuscité des morts et donné la vie, mais il n’a pas contribué activement à ce qui tue l’âme et le corps, car le Père (l’Esprit) ne le fait pas. C’est le père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement. C’est rejeter l’Esprit-Saint (Dieu) et rejeter la vérité qui produit la mort. Le Père a la vie en lui-même (cf. Jean 5:26), mais pas la mort. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis (cf. Jean 10:11). Et d’après une image utilisée par Jésus lui-même, si une brebis se perd le bon berger ne la tue pas et ne la laisse pas mourir, mais il laisse le troupeau pour aller la chercher (cf. Matthieu 18 :12-14). Il est nécessaire de comprendre que ce dont Jésus parle dans Matthieu 10 ci-dessus, c’est l’ignorance de la vérité, le manque de discernement entre l’œuvre de Dieu (l’Esprit) et l’œuvre du père du mensonge, c’est ce qui est meurtrier dès le commencement (cf. Jean 8 :44). C’est cela, l’ignorance et le manque de discernement, qui peut faire périr l’âme et le corps. Sans ce discernement, les hommes suivent la pensée du père du mensonge et se conforment à un esprit mauvais qui produit la mort de l’âme et du corps. C’est pourquoi, Jésus dit à ses disciples de ne pas avoir peur des hommes [1] mais, en réalité, de toute manière de penser qui est contraire à la vérité que Jésus a révélée au sujet du Père céleste. Ce qui est contraire à la vérité produit la mort de l’âme et du corps.

La vérité est en Jésus-Christ, car l’esprit qui était en Jésus-Christ n’est autre que l’Esprit de Dieu lui-même, c’est-à-dire l’Esprit-Saint qui est l’Esprit de vérité. C’est cet Esprit qui est son Père, Dieu est Esprit. Jésus-Christ est la vérité (cf. Jean 14:6). Jésus a démontré que même en laissant des hommes tuer son corps – ils l’ont fait parce qu’ils étaient conduits par une fausse manière de penser et de comprendre les choses – son âme [2] ne pouvait pas être détruite pour autant, car son esprit était saint. L’esprit de Jésus était non seulement “saint” mais également “sain”, c’est-à-dire en “bon état”. Sa manière de penser était conforme au Saint-Esprit, conforme à la vérité, conforme à Dieu. Dieu est Esprit. Il n’y avait pas de mensonge en Jésus-Christ. Il n’y avait pas de confusion en lui entre ce qui est bien et ce qui est mal. Jésus-Christ avait un parfait discernement dans ce monde parce qu’il connaissait le Père. Ailleurs, Matthieu nous rapporte dans les textes bibliques que Jésus a dit à ses disciples : “Car le Fils de l’homme est venu sauver ce (le terme est ho qui signifie ce qui) qui était perdu” (Matthieu 18 :11 LSG). Jésus dit cela dans le contexte des scandales, c’est-à-dire de ce qui peut faire s’égarer de la vérité. Ce que Jésus, dans son humanité, est venu sauver dans ce monde et qui était perdu, c’est la vérité qui vient du Père céleste, c’est l’image de Dieu (l’Esprit), c’est la vérité à son sujet, c’est la manière de penser de l’Esprit-Saint, c’est ce à quoi ressemble le bon arbre et le bon fruit. Il s’agit de la vérité de ce qui caractérise l’Esprit-Saint et le différencie de tout esprit malsain. Jésus a dit à Pilate : Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix (Jean 18 :37 NEG79). Jésus-Christ est venu dans le monde, en chair et en os, afin que les hommes entendent la vérité par sa bouche et voient la vérité par sa vie. Ceux qui s’en saisissent font l’expérience du salut, de l’amour et des caractéristiques que la vérité produit déjà dans ce monde. On trouve dans les textes bibliques que, déjà avant l’exil du peuple d’Israël (descendants de Jacob), Osée s’était exprimé en disant : “La vérité a disparu dans le pays, il n’y a plus d’amour on n’y connaît pas Dieu” (Osée 4 :1 BDS) et “Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance (da’ath qui signifie aussi discernement, compréhension)” (Osée 4 :6a NEG79). Plus tard, Ésaïe s’est aussi exprimé en disant : “La vérité a disparu, et celui qui s’éloigne du mal est dépouillé. L’Éternel voit, d’un regard indigné, qu’il n’y a plus de droiture” (Esaïe 59 :15 NEG79). Et de même, par la suite, Jérémie a aussi exprimé : “C’est ici la nation qui n’écoute pas la voix de l’Éternel, son Dieu, et qui ne veut pas recevoir instruction ; la vérité a disparu, elle s’est retirée de leur bouche” (Jérémie 7 :28 NEG79). Lorsque les hommes n’écoutent pas la voix de Dieu, ils partent dans des manières de penser et dans des manières de comprendre les choses qui sont contraires à l’Esprit-Saint (Dieu), contraire à la vérité. Lorsque la vérité a disparu parmi les hommes, ce qu’ils se transmettent les uns les autres ne peut plus être conforme à la vérité. Mais les écritures bibliques sont aujourd’hui témoins d’un certain nombre de paroles et d’une partie de la vie de Jésus-Christ qui est lui-même la vérité. Jésus-Christ est la voix de Dieu. Quiconque est de la vérité écoute sa voix. La grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ (cf. Jean 1 :17). Malheureusement nombreux sont ceux qui n’écoutent pas la voix [3] de Jésus-Christ, même parmi les croyants qui confessent Jésus-Christ comme Seigneur, et beaucoup rejettent certaines paroles de Jésus parce qu’elles s’opposent à l’enseignement qu’ils ont reçu de leurs pères ou des autres. Par exemple, nombreux sont ceux qui continuent d’enseigner que les œuvres de tuerie dans l’ancien testament étaient inspirées par l’Esprit de Dieu, ou d’enseigner que Dieu juge (sépare) les hommes, alors que Jésus-Christ a enseigné et démontré que le Père (l’Esprit) ne juge (sépare) pas les personnes et que l’idée de tuer n’est pas de Dieu…

bon-arbre-04Le mensonge est entré déjà en Éden, et par le mensonge l’image et les caractéristiques de Dieu (l’Esprit) ont été déformées dans la manière de penser de l’être humain au sujet de Dieu (l’Esprit). La problématique du blasphème contre Dieu (l’Esprit), qui consiste à porter des accusations graves et mensongères, des diffamations qui font perdre à Dieu (l’Esprit) sa réputation en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur et à sa considération, a été introduite en Éden par le père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement. L’être humain a été créé homme et femme pour être à l’image de Dieu (cf. Genèse 1 :26-27). Mais lorsque l’image de Dieu (l’Esprit) qui est dans la pensée de l’être humain est déformée, c’est-à-dire que des caractéristiques qui sont attribuées à Dieu (l’Esprit) sont contraires à Jésus-Christ, alors l’être humain vit sur terre en se conformant à une image déformée de Dieu (l’Esprit). Cette image déformée est alors selon les caractéristiques auxquelles l’individu croit réellement, et la vie de l’individu en est le reflet. Chacun est son propre témoin. Chacun est un témoignage audible et visible des caractéristiques qu’il attribue à Dieu et habitent son subconscient. Jésus est le témoin de la vérité. Dieu (l’Esprit) a été manifesté en la personne de Jésus-Christ, en chair et en os, qui est venu être le témoin de la vérité qui était perdue. Il s’agit de la vérité au sujet de Dieu, la vérité au sujet des hommes et la vérité au sujet de l’adversaire de Dieu. Il suffit de révéler la vérité au sujet de Dieu lui-même (l’Esprit) pour que la vérité au sujet des hommes et au sujet de l’adversaire soit révélée. Ce sont là en partie les raisons de la venue de Jésus-Christ dans ce monde, en tant que fils de l’homme. Et son témoignage de la vérité au sujet de Dieu (l’Esprit) a mis en lumière la méconnaissance des hommes au sujet de Dieu (l’Esprit) et des choses de Dieu (l’Esprit), et la méconnaissance des hommes au sujet des hommes. Les hommes livrés à eux-mêmes dans ce monde ne connaissent pas Dieu. Ils ne connaissent pas l’Esprit-Saint tel qu’il est véritablement dans ce qui le caractérise. Ainsi, par le témoignage de la vérité qui est en Jésus-Christ, l’Esprit-Saint (Dieu) a aussi mis en lumière l’œuvre du père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement et qui a inspiré les hommes tout au long de l’histoire. Et le père du mensonge continue à le faire, même parmi les croyants confessant Jésus-Christ. Jésus-Christ a témoigné de la vérité et il a apporté la connaissance de Dieu (l’Esprit) qui permet le discernement pour ceux qui écoutent sa voix : la voix de Jésus-Christ. Il s’agit notamment d’écouter les paroles que Jésus-Christ a prononcées concernant le bon arbre et le mauvais arbre. Dans le texte de la Genèse (cf. Genèse 2:9), il est écrit qu’il y avait deux arbres au milieu du jardin : l’arbre de la vie qui est le bon arbre, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal qui est le mauvais arbre. Ce deuxième arbre était un mélange de bien et de mal, et c’est en se nourrissant à cet arbre-là, sans discernement du mensonge, que l’image de Dieu (l’image de l’Esprit) a été déformée dans la pensée des êtres humains. Et ainsi l’esprit des êtres humains s’est trouvé en mauvais état. Leur manière de penser a été tordue et leur âme et leur corps ont commencé à périr, et même l’idée de tuer les a rejoint… Le premier être humain à mourir a été tué par son propre frère. Le tout premier fils d’êtres humains a tué le second (cf. Genèse 4). Il y a là quelque chose à apprendre.

L’Esprit-Saint qui était en Jésus-Christ est l’arbre de vie, le bon arbre. Jésus est l’image visible du bon arbre et de son fruit qui est bon. Le discernement entre le bon arbre et le mauvais arbre est fondamental même pour discerner les choses transmises dès les premières pages de la Genèse. Car toutes ces choses ont été transmises par les hommes, après que le père du mensonge ait déjà agi dans ce monde. Ces choses de la Genèse ont été rapportées après que l’esprit des êtres humains se soit trouvé dans la confusion. Et l’esprit humain interprète ses propres circonstances sans forcément discerner entre l’œuvre de l’adversaire et l’œuvre de Dieu (l’Esprit), Dieu et son adversaire étant tout deux invisibles dans ce monde. On en voit que les œuvres et il faut les discerner à la lumière de la vérité qui est en Jésus-Christ. Le discernement est aussi nécessaire parfois pour discerner ce qui est rapporté comme “paroles de Jésus” dans les évangiles. Car chaque individu qui entend des choses dites ne les retransmet pas toujours mot pour mot, mais bien souvent ce qui est retransmis est déjà l’interprétation que l’auditeur en a faite, à travers sa propre manière de penser et sa propre manière de comprendre les choses (voir aussi Matthieu 15:16, 16:9). Et ni les disciples de Jésus, ni les rédacteurs des évangiles ne font exception à cela. La comparaison entre les évangiles, ou les lettres, met même cela en évidence (par ex. Marc 7:10 et Matthieu 15:4Matthieu 6:9-13 et Luc 11:2-4, Matthieu 13:13-15 et Marc 4:11-12, Matthieu 8:16-17…). Par ailleurs, il est important d’avoir conscience que Jésus ne s’est pas exprimé en Grec, pourtant les écrits originaux des évangiles (et tous ceux qui se trouvent dans le Nouveau Testament) sont essentiellement écrits en Grec (A noter: l’Évangile selon Matthieu aurait été à l’origine en Hébreux). Il y a donc déjà eu dans les écrits qui nous sont parvenus une interprétation de la langue de Jésus dans une autre langue, avec les limites que cette interprétation peut comporter. Et face au contenu de la Bible, c’est aussi intéressant de constater qu’avant Jésus les écrits bibliques étaient essentiellement hébraïques et que les écrits bibliques après Jésus sont essentiellement en Grec. De plus, Jésus n’a rien transmis lui-même de son enseignement par écrit… mais ce sont des autres qui ont mis les choses par écrit. C’est aussi pour ces raisons que le Saint-Esprit qui est donné joue un rôle fondamental pour être conduit dans la vérité et que nous avons besoin de son aide. Et la réalité de Dieu, c’est qu’il n’existe aucun individu quelle que soit sa langue à qui Dieu ne veuille pas se faire connaître tel qu’il est, car il désire que tous parviennent à la connaissance de la vérité et soient sauvés.

Jésus laisse comprendre que le Saint-Esprit est le bon arbre qui produit un bon fruit. Un esprit démoniaque, ou un esprit humain inspiré par des esprits mauvais, est un mauvais arbre qui produit un mauvais fruit. Ce que Jésus met en lumière par ses paroles, c’est qu’il est nécessaire de discerner le bon arbre et le mauvais arbre. Le bon arbre est le Saint-Esprit (Dieu lui-même). Le mauvais arbre est tout esprit contraire au Saint-Esprit, qu’il s’agisse d’un démon ou d’un esprit humain inspiré par d’autres esprits humains contraires au Saint-Esprit. Sans discerner le bon arbre et un mauvais arbre, il y a un mélange que les hommes font inévitablement aussi entre leurs fruits respectifs. C’était la problématique soulevée par Jésus dans Matthieu 12 avec ces croyants manquant de discernement. Ils pensaient faussement que chasser un démon hors d’une personne pouvait être une activité démoniaque. C’était un manque de discernement de leur part. Jésus dit clairement que c’est au fruit qu’on connait de quel arbre il s’agit. Mais si le discernement n’est pas là, non seulement de bons fruits seront attribués faussement à des esprits mauvais comme ces hommes l’ont fait, mais aussi des mauvais fruits seront attribués faussement au Saint-Esprit. Et cela arrive par ignorance de la vérité que Jésus-Christ a révélée au sujet de Dieu (l’Esprit). C’est là ce que les paroles de Jésus nous amène à comprendre. Et ce discernement est fondamental déjà pour le présent et pour l’avenir dans ce monde où les esprits ne sont pas directement visibles.

Pour illustrer les choses, c’est comme si une personne qui n’a jamais vu ni un poirier ni un figuier mais en a seulement entendu parler et vu que les fruits, lorsqu’elle voit une figue s’imagine que cela vient d’un poirier, et lorsqu’elle voit une poire cette personne s’imagine qu’elle vient d’un figuier. Elle s’imagine cela parce qu’elle ne sait pas à quoi ressemblent les deux arbres puisqu’elle ne les a jamais vu. Le seul moyen pour cette personne de savoir à quel arbre correspond chacun des deux fruits, c’est de voir au moins une fois l’un des deux arbres avec son propre fruit attaché à l’arbre. C’est là ce que Dieu (l’Esprit) a fait en Jésus-Christ. Il a rendu témoignage à la vérité. Jésus a enseigné et démontré le fruit de l’Esprit-Saint, c’est-à-dire le fruit de l’Esprit de vérité qui était en lui. Dieu est Esprit. Et ce dont Jésus a rendu témoignage est très différent de tous les êtres humains qui ont précédé Jésus et qui se sont exprimés “au nom de l’Éternel” ou ont prétendu agir par “l’Esprit de l’Éternel”. Mais en Jésus-Christ, le bon arbre et son propre fruit ont été vus ensemble dans ce monde visible. Dieu est Esprit, mais il n’est pas le seul esprit qui inspire des pensées dans ce monde. C’est pourquoi ce discernement est tellement essentiel et le Saint-Esprit que le Père donne est nécessaire en parallèle du témoignage rendu par Jésus-Christ.

bon-arbre-05Les textes bibliques nous rapportent que Jésus a aussi dit : “Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre de bons fruits” (Matthieu 7 :18 BDS). Ainsi, le Saint-Esprit produit un bon fruit que tout esprit qui lui est contraire ne produit pas et ne peut pas produire. Mais, comme déjà mentionné, le manque de discernement des esprits amène aussi un manque de discernement entre un bon fruit et un mauvais fruit. On trouve dans les textes bibliques, cette parole d’Esaïe : “Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal…” (Esaïe 5 :20a NEG79). Le fait est que déjà au temps d’Esaïe des hommes appelaient bien ce qui est mal et appelaient mal ce qui est bien, et parfois ils le faisaient même au nom de l’Éternel, car il n’y avait pas de discernement entre le bon fruit et le mauvais fruit. Les hommes pensaient que tuer leurs ennemis était “bien”. Mais ce genre de confusion existe encore aujourd’hui, même parmi les croyants confessant pourtant Jésus-Christ. Par exemple, comme évoqué précédemment, on peut entendre certains parvenir à la conclusion, avec divers explications issues de la sagesse du monde, que tuer des êtres humains était une bonne chose dans l’ancien testament, et parfois même certains prétendent que c’est une bonne chose encore aujourd’hui, dans certains cas… Ce manque de discernement entre ce qui est bon et ce qui ne l’est pas, entre le bon fruit et le mauvais fruit est une conséquence de la méconnaissance du bon arbre et du mauvais arbre. C’est Jésus qui a enseigné et démontré à quoi ressemble le bon fruit, et donc le bon arbre.

Les textes bibliques nous rapportent, par les écrits de Paul qui en avait aussi fait lui-même l’expérience, que le fruit de l’Esprit (l’Esprit-Saint) c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bienveillance, la foi, la douceur, la maîtrise de soi (cf. Galates 5 :22). Il s’agit d’un seul et même fruit, qui comprend notamment ces caractéristiques citées. Ce fruit est lié à la connaissance de la vérité et donc au fait d’avoir une manière de penser conforme à la vérité, car il s’agit du fruit de l’Esprit de vérité. (Attention: on peut croire quelque chose qui appartient à la vérité et produit le fruit de l’Esprit de vérité, mais les explications par lesquels on en est venu à croire cette chose ne sont pas forcément conformes à la vérité. Si les explications par lesquelles on a cru quelque chose ne sont pas correctes, la conséquence sera un fruit de l’Esprit qui est absent dans des certaines circonstances). De plus, ce qui est caractéristique de l’amour dans ce fruit, dont Paul a également fait l’expérience, il écrit que l’amour est patient, il est plein de bonté, il n’est pas envieux, il ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice [4], mais il se réjouit de la vérité. La vérité se trouve en Jésus-Christ et par Jésus-Christ, elle se trouve à la lumière de son enseignement et de sa vie. L’amour pardonne tout, il fait confiance, il espère tout, il supporte tout.  L’amour ne périra jamais (voir 1 Corinthiens 13 :4-8), car Dieu (l’Esprit) est amour et l’amour vient de Dieu (cf. 1 Jean 4 :8). Dieu est Esprit et l’esprit ne meurt pas. Toutes ces caractéristiques sont conformes à ce que l’on peut constater dans les évangiles en regardant aux paroles et à la vie de Jésus. Ces caractéristiques correspondent au bon fruit. Ce sont là autant de caractéristiques que les textes bibliques nous donnent au sujet de ce qui est du fruit propre au bon arbre. Le bon arbre est le Saint-Esprit. Dieu est Esprit et il est Saint, dépourvu de toute forme de mal. Le Saint-Esprit était en Jésus-Christ et il n’y avait aucun mal en lui. C’est pourquoi Jésus a dit que le prince de ce monde, c’est-à-dire le diable, n’a rien en lui (cf. Jean 14 :30). Il n’y avait aucun mauvais arbre en Jésus-Christ. Ainsi, quelqu’un qui est conduit et modelé par un esprit conforme au même Esprit qui était en Jésus se retrouve avec le même fruit que cet Esprit produit. Il fera l’expérience de ces mêmes caractéristiques, le bon fruit que produit le bon arbre (voir Jean 14:12). En vérité, appeler “bien” quelque chose que Jésus-Christ a révélé comme “mal”, et appeler “mal” quelque chose qu’il a révélé comme “bien”, vient d’un manque de discernement des esprits et d’une mauvaise interprétation des choses. Ce manque de discernement des esprits contribue au maintien de l’absence de bons fruits et contribue à l’œuvre du mal en produisant de mauvais fruits. Par exemple, les hommes avaient enseigné le principe de la vengeance qui donne le mal pour le mal, œil pour œil, dent pour dent, vie pour vie, et ils considéraient cela comme “bien” et l’appelaient même faussement “justice de Dieu”, mais Jésus a enseigné de ne pas rendre le mal pour le mal et il l’a démontré par sa vie (voir Exode 21:23, Matthieu 5:39). Les hommes avaient enseigné de haïr et de détruire nos ennemis, et ils considéraient cela “bien” et appelaient même faussement “justice de Dieu”, mais Jésus a enseigné d’aimer nos ennemis et de faire du bien à ceux qui nous persécutent… (voir Matthieu 5:43-48) et il l’a démontré par sa vie. Jésus est la justice de Dieu. Tout ce que le Père (l’Esprit) fait le Fils le fait également, et le Fils ne fait que ce qu’il voit faire au Père (cf. Jean 5:19). L’Esprit qui était en Jésus-Christ a enseigné et démontré un certain nombre de choses clairement opposées à ce que les hommes avaient enseigné jusque-là. La vérité est en Jésus-Christ.

Dans Matthieu 12, habité par tout ce qui est caractéristique de l’amour, Jésus continue en enseignant ces croyants qui manquaient de discernement. Et il leur enseigne : “L’homme qui est bon tire de bonnes choses du bon trésor qui est en lui; mais l’homme qui est mauvais tire de mauvaises choses du mauvais trésor qui est en lui. Or, je vous le déclare, au jour du jugement les hommes rendront compte de toute parole sans fondement (le terme est argos qui signifie sans travail, vain) qu’ils auront prononcée. En effet, c’est en fonction de tes propres paroles que tu seras déclaré juste, ou que tu seras condamné” (Matthieu 12 :35-37 BDS). Jésus laisse comprendre que si un homme est bon c’est parce qu’il y a un bon trésor qui est dans cet homme et duquel il tire de bonnes choses. C’est pourquoi, à un homme qui l’appelle “bon maître…”, Jésus dit : “Pourquoi m’appelles-tu bon ? Dieu seul est bon” (cf. Marc 10 :17-19). Car, en vérité, la bonté de Jésus fils de l’homme [5] lui vient de l’Esprit-Saint qui est en lui, et son propre esprit était en parfaite unité avec l’Esprit-Saint. L’Esprit-Saint est le bon trésor qui est en Jésus et duquel Jésus tire de bons fruits. Dieu (l’Esprit) seul est bon. Ainsi, seul ce qui est conforme à Dieu (l’Esprit) est bon et seul ce qui est bon est conforme à Dieu (l’Esprit). Mais c’est Jésus qui a apporté la connaissance de ce qui est bon. Comme déjà évoqué, les textes bibliques nous rapportent que Jésus a dit que Dieu est Esprit et il a clairement fait savoir que son Père c’est Dieu, Dieu c’est son Père (cf. Jean 20 :17, 6 :27). Son Père est l’Esprit et cet Esprit était dans le Fils que le Père (l’Esprit) a engendré. Ainsi le Père est bon et le Fils est bon, car ils ne sont qu’un, par une même manière de penser qui est conforme à l’amour. Ils sont parfaitement unis par le même Esprit. Il s’agit de l’Esprit saint, mais également l’Esprit sain, dans lequel il n’y a pas de mal et que Jésus a aussi appelé l’Esprit de vérité. Si un homme est mauvais, c’est parce qu’il y a un mauvais trésor qui est en lui et duquel il tire de mauvaises choses. Un homme qui a en lui un mauvais trésor ne peut pas en tirer de bonnes choses, s’il puise dans ce trésor-là. De même, un homme qui a en lui un bon trésor ne peut pas en tirer de mauvaises choses, s’il puise dans ce trésor-là. Avec ce que Jésus a dit, il nous faut percevoir qu’un homme qui est “bon et mauvais” est ainsi parce qu’il y a en lui un trésor qui est un mélange d’un bon trésor et d’un mauvais trésor, et qu’il en tire des choses sans discerner les deux trésors. Le bon trésor est un enseignement conforme à la vérité (l’Esprit) qui est en Jésus-Christ. Le bon trésor c’est une manière de penser et de comprendre les choses telle que Jésus l’a enseignée et démontrée. Il s’agit d’une manière de penser conforme à l’amour. Un mauvais trésor est un enseignement qui lui est contraire.

bon-arbre-06C’est issu des trésors qui sont en eux-mêmes, c’est-à-dire des enseignements qui les habitent, que les hommes parlent et que par leurs propres paroles ils seront déclarés justes ou condamnés au dernier jour (Jésus parle ici du dernier jour avant la disparition de la terre et des cieux tels que temporels et temporaires). Car aucun homme ne peut parler d’autre chose que ce qu’il sait réellement et l’habite personnellement. De plus, un homme qui parle de choses qu’il ne connaît pas réellement ne peut tromper qu’un autre homme ignorant de ces choses, mais il ne peut pas tromper un homme qui les connaît. Ainsi, un homme qui parle de Dieu (l’Esprit) en méconnaissant la vérité qui est en Jésus-Christ ne pourra tromper que des hommes qui ne connaissent pas la vérité qui est en Jésus-Christ à propos de Dieu (l’Esprit). Dans une discussion avec un pharisien, un chef des Juifs s’appelant Nicodème qui enseignait le peuple d’Israël mais ne savait pas grand-chose de l’esprit et de son importance pour entrer dans le royaume de Dieu (l’Esprit), Jésus lui a dit : “En vérité, en vérité, je te le dis, nous disons ce que nous savons, et nous rendons témoignage de ce que nous avons vu; et vous ne recevez (le terme est lambano qui signifie prendre, saisir, admettre, recevoir, obtenir) pas notre témoignage” (Jean 3 :11 NEG79). Le terme traduit ici par “voir” a aussi le sens de voir avec l’esprit, mais aussi le sens d’être devenu familier par l’expérience. Ainsi chaque individu est son propre témoin. C’est pourquoi Jésus-Christ est la vérité et il est venu rendre témoignage à la vérité. Jésus connaissait le Père tel qu’il est véritablement et personne ne pouvait tromper Jésus à propos du Père. Dieu est l’Esprit de vérité. Il n’y a pas de mensonge en Dieu. L’Esprit-Saint était en Jésus-Christ et son esprit qui donnait vie à son corps humain était conforme à l’Esprit-Saint, c’est pourquoi il est la vérité, à cause de l’esprit qui était en lui et de sa conformité à Dieu. Chaque individu ne peut devenir familier uniquement avec ce qu’il sait réellement et dont il a fait l’expérience. Nicodème n’avait pas fait l’expérience de ce dont Jésus lui parle à propos de l’esprit, dont le fait que les hommes ont besoin de “naître de nouveau”, c’est-à-dire de naître d’esprit (cf. Jean 3:3-5). C’est de leur esprit que les hommes ont besoin de “naître de nouveau”. L’esprit des hommes a besoin de renaître pour changer d’état d’esprit (voir Jean 6:63).

Ce qui sort d’un individu est ce qui l’habite, et ce qui l’habite est le résultat de ce qu’il sait réellement pour lui-même. Lorsque Pilate rentra dans le prétoire, appela Jésus, et lui dit: “Es-tu le roi des Juifs?” Jésus lui répondit: “Est-ce de toi-même que tu dis cela, ou d’autres te l’ont-ils dit de moi?” (Jean 18 :34 NEG79). Et à ses propres disciples, après avoir sondé auprès d’eux ce que les gens disaient de lui dans son humanité de fils de l’homme, Jésus leur demande : “Et vous, qui dites-vous que je suis?” (Matthieu 16 :15 NEG79). Car chacun a besoin de penser lui-même, et il y a un besoin de révélation qui vienne de Dieu lui-même, de l’Esprit-Saint, pour que son propre esprit se conforme à ce qui est bon avec une saine manière de penser. Mais la tendance humaine de ce monde (même parmi les croyants) est de suivre ce que les autres disent majoritairement, sans forcément s’intéresser par soi-même à la vérité et à connaître soi-même Dieu (l’Esprit) tel qu’il est véritablement. L’exemple est frappant avec Pilate, lorsque Jésus lui dit : “Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix” (cf. Jean 18 :37). Cette affirmation de Jésus est colossale. Pilate lui demande pourtant : “Qu’est-ce que la vérité?” Mais après avoir posé cette question, Pilate sortit (cf. Jean 18 :38) sans manifester aucun désir d’avoir la réponse à sa question, qui pourtant est probablement l’une des questions les plus importante de l’existence dans ce monde: qu’est-ce que la vérité? Dieu est la vérité parce qu’il est l’Esprit de vérité. Jésus-Christ est la vérité parce que c’est cet Esprit qui était son géniteur (Père) et c’est aussi cet Esprit qui “cohabitait” dans son corps humain (cf. Jean 3 :3-8) et modelait l’esprit de Jésus. Toute la manière de penser de Jésus était conforme à l’Esprit de vérité qui était en lui. Ainsi, ses paroles et toute sa vie étaient conformes à la vérité. Mais Jésus a été plus loin en disant: “Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces œuvres” (Jean 14:11 NEG79). En sachant que le Père c’est l’Esprit, Jésus a donc affirmé qu’il était dans l’Esprit et que l’Esprit était en lui, et ses œuvres en rendaient témoignage. Le bon fruit a été vu ensemble avec le bon arbre.

Les textes bibliques nous rapportent aussi que Jésus a encore dit : “Ecoutez, et comprenez. Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme” (Matthieu 15 :10-11 NEG79). “Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur (kardia qui signifie aussi l’intérieur), et c’est ce qui souille l’homme. Car c’est du cœur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les débauches, les vols, les faux témoignages, les calomnies” (Matthieu 15 :18-19 NEG79). C’est donc issu d’un mauvais trésor qui habite les hommes, c’est-à-dire qui habite leur cœur, que proviennent leur souillure. Les mauvaises manières de penser sont citées en premier dans la liste de ces souillures que Jésus mentionne. Il est donc fondamental de discerner quel est le bon trésor et quel est le mauvais trésor qui se trouvent dans les êtres humains et desquels ils s’expriment en paroles et en actes. Ces paroles et ces actes sont d’ailleurs directement liés à leur manière de penser et à leur manière de comprendre les choses au sujet de Dieu (l’Esprit). Et c’est indissociable, car toute parole et tout acte a premièrement été une manière de penser, consciente ou inconsciente, et nous sommes en grande partie conduit par notre subconscient duquel sont issus nos automatismes (cf. Romains 7:15, 12:2). Et de plus, c’est par les paroles que les êtres humains s’enseignent et parlent au sujet de Dieu (l’Esprit), indépendamment que leurs paroles soient orales ou écrites. C’est par les paroles que les êtres humains se transmettent leur manière de penser et leur manière de comprendre les choses qui sont aussi démontrées par leurs actes. Ces paroles vont être le trésor, bon ou mauvais, qui va habiter ceux qui écoutent ces paroles (orales ou écrites) et en font à leur tour leur propre manière de penser. Et c’est alors que cette manière de penser devient le trésor des auditeurs et duquel seront issues leurs propres paroles. Le fait est que s’il n’y a pas de discernement, c’est au fruit qu’on le voit… Notamment, les caractéristiques du fruit de l’Esprit de vérité, qui inclut les caractéristiques de l’amour, seront absentes ou en souffrances chez la personne.

Les caractéristiques du fruit de l’Esprit de vérité sont inébranlables et indépendantes des circonstances. Jésus dit que les “faux prophètes” viennent en vêtements de brebis, mais au-dedans ce sont des loups ravisseurs (Cf. Matthieu 7 :15). La réalité de ce qui habite le cœur des hommes est inévitablement mise en lumière et fait apparaître ce qu’il y a au-dedans, par exemple lorsqu’ils sont confrontés et se sentent menacés, d’une manière ou d’une autre, que ce soit dans leurs croyances, leur service pour Dieu, leur réputation, leur travail, leurs relations, leurs circonstances, tout ce qui est en lien avec ce qui nourrit leur identité et leur âme, consciemment ou inconsciemment. Et la présence ou l’absence du fruit de l’Esprit est particulièrement évidente dans ces moments de confrontation directe ou indirecte. Beaucoup de ceux qui étaient confrontés par la théologie de Jésus démontraient une absence du fruit de l’Esprit de vérité. Ils ne se préoccupaient guère de la vérité et restaient aveuglément enracinés dans certaines de leurs fausses croyances, bien qu’elles ne produisent pas de bons fruits… Jésus, quant à lui, a démontré les caractéristiques du fruit de l’Esprit même face à l’opposition, même dans les pires circonstances, même alors qu’il était cloué et suspendu à une croix en train de mourir, défiguré, meurtri et condamné à mort par les hommes à cause de leur manque de discernement des choses de Dieu (l’Esprit). C’est de ce manque de discernement que découlait leur manque de connaissance de Dieu (l’Esprit). Ce manque de discernement était ce qui les a poussés au rejet de l’Esprit-Saint qui était en Jésus-Christ, rejetant ainsi la vérité au sujet de Dieu qu’il a révélée. Ils rejetaient Dieu (l’Esprit) qui était en Jésus-Christ, car Dieu est Esprit et il était en Jésus-Christ. Mais cela était essentiellement parce qu’ils suivaient aveuglément la théologie de ceux qui les ont précédé mais qui n’avaient jamais vu Dieu, ni connu intimement Dieu. Ils vivaient dans un mélange des œuvres de Dieu et de celles de l’adversaire, sans discernement entre les deux. Il leur était difficile de changer leur manière de penser et leur manière de comprendre les choses au sujet de Dieu, en grande partie parce qu’ils ne cherchaient pas Dieu par eux-mêmes mais cherchaient à plaire aux hommes (cf. Jean 5:43-44). Ceux dont le cœur aspirait à Dieu sans chercher à plaire à la majorité des croyants qui les entouraient, ceux-là se trouvaient plus facilement à suivre Jésus. Toutefois lorsque la théologie de Jésus allait plus loin que ce qu’ils étaient prêts à croire, ou que le langage de Jésus allait plus loin que ce qu’ils arrivaient à comprendre avec leur manière de penser, alors certains de ceux-là cessaient malheureusement aussi de suivre Jésus (voir Jean 6:22-71), au lieu de chercher auprès de Jésus à comprendre ce qu’ils ne comprenaient pas dans sa théologie…

A suivre…

_

[1] Jésus lui-même n’a démontré aucune crainte des hommes, pas même de ses ennemis, ni même du diable.

[2] L’âme est le centre émotionnel et identitaire d’un individu. Lorsque l’esprit d’un individu est contraire à l’Esprit-Saint, l’individu est intérieurement détruit par le mal dirigé contre lui, le mal dirigé contre lui produisant aussi le mal en lui.

[3] Les paroles qu’il a prononcées.

[4] Conformément à la vérité qui est en Christ, l’injustice consiste à faire ce qui est mal, rendre le mal pour le mal en fait partie.

[5] C’est-à-dire Jésus dans son corps humain qui était visible et palpable.

Bon arbre et mauvais arbre, discernement – 1ère Partie

Dans les textes bibliques, nous lisons que Jésus a dit qu’il est la vérité (cf. Jean 14:6) et qu’il n’est qu’un avec le Père céleste (cf. Jean 10:30), signifiant qu’il est dans une parfaite unité avec le Père. Le Père céleste est celui qui est l’Éternel dont les hommes ont parlé déjà dans les textes bibliques antécédents à Jésus, tout en ayant jamais vu ce Dieu dont ils ont parlé. Jésus-Christ, lui, est en parfaite unité avec le Père céleste, il a dit ce qu’il a vu chez le Père, c’est de Dieu qu’il est sorti et c’est de lui qu’il est venu (cf. Jean 8:42, Jean 8:38). Tout au long des textes bibliques antécédents à Jésus, on lit des passages qui annonçaient et laissaient percevoir la venue du Christ et qui pointaient vers lui. Il est donc essentiel de partir des paroles de celui dont les textes bibliques nous rapportent qu’il est lui-même la vérité, qu’il a vu ce que le Père fait et qui est venu du Père dans le monde (cf. Jean 16:28), il s’agit du fils unique Jésus-Christ. Il est fondamental de partir de ce point d’entrée de la vérité dans le monde pour lire tous les textes bibliques, quels qu’ils soient, et discerner les choses exprimées par les hommes à propos de Dieu et des choses de Dieu, parce que personne n’a jamais vu Dieu. Dieu est Esprit (cf. Jean 4:24).

bon-arbre-01Parmi les douze que Jésus a choisis, qui l’ont côtoyé de près et qu’il a enseignés, le disciple Jean, fils de Zébédée (cf. Marc 1 :19, Matthieu 4 :21, Luc 5 :10), a écrit que Jésus s’est adressé au Père en ces termes : “Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci (Jésus parle ici de ses propres disciples) qui ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux” (Jean 17 :25-26 LSG). Ailleurs, en s’adressant à certains Juifs, Jésus leur a dit : “Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde (tereo qui signifie s’occuper soigneusement, prendre soin de) sa parole” (Jean 8 :54-55 NEG79). Et dans l’introduction de l’évangile qu’il a mis par écrit, ce même Jean, fils de Zébédée, a affirmé en s’appuyant sur ce qu’il a compris des paroles de Jésus: “Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître” (Jean 1 :18 LSG). C’est donc sur la base des paroles de Jésus qu’il a entendues que Jean dit que Jésus est le fils unique qui a fait connaître Dieu. On parle ici de celui, Dieu, que personne n’a jamais vu et que le monde n’a pas connu. Le terme traduit par monde est kosmos qui signifie l’univers, la terre et ses habitants. Jean, en parlant à partir de sa propre expérience et de celle d’autres disciples qui l’ont entouré, a écrit à propos du fils unique : “Et nous avons tous reçu de sa plénitude (ce qui est à son plus haut degré de développement), et grâce pour grâce, car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ” (Jean 1 :16-17 LSG).

Les textes bibliques nous rapportent donc que la connaissance de Dieu (celui que personne n’a jamais vu et que le kosmos n’a pas connu), ainsi que la grâce et la vérité sont venus par un seul homme : Jésus-Christ. C’est lui qui a fait connaître Dieu, notre Père céleste tel qu’il est véritablement. Alors partons de celui dont les textes bibliques rapportent qu’il est la vérité, le fils unique Jésus-Christ, regardons les paroles qu’il a prononcées et qui nous sont rapportées dans les textes bibliques. Les paroles que Jésus a prononcées doivent impérativement être la référence de départ de toute lecture des textes bibliques, que ces textes soient antécédents à Jésus ou succédant.

Jésus a laissé entendre que le kosmos n’a pas connu Dieu. Le kosmos n’a jamais vu Dieu. Alors regardons ce que Jésus a enseigné à propos du discernement, nécessaire pour connaître Dieu et les choses de Dieu, car personne n’a jamais vu Dieu, mais Jésus-Christ est sorti et venu de Dieu.

A des pharisiens qui croyaient que Jésus chassaient les démons par Béelzébul, prince des démons (voir Matthieu 12 :22-30), Jésus a dit : “Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit” (Matthieu 12 :31-34 NEG79). Ces croyants auxquels Jésus s’adresse prenaient l’esprit qui était en Jésus et par lequel il faisait les œuvres du Père pour un esprit démoniaque. Ainsi, ils parlaient contre le Saint-Esprit en le prenant pour le prince des démons. Cela se produisait parce qu’à travers l’enseignement qu’ils avaient reçu de leurs pères, ils n’avaient pas le discernement entre ce qui est conforme à l’Esprit de Dieu et ce qui ne l’est pas. Car personne n’a jamais vu Dieu. En enseignant dans le temple, Jésus s’est d’ailleurs écrié aux Juifs qui étaient là : “Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis. Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé (Jean 7 :28-29 LSG). En enseignant encore une fois dans le temple (voir Jean 8 :20), à ceux qui lui ont spécifiquement demandé où est son Père, Jésus répondit : “Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père (Jean 8 : 19 LSG). Il faut prendre conscience qu’en parlant de son Père, Jésus est en train de leur parler de l’Éternel, le Dieu auquel pourtant tous ces auditeurs de Jésus se référaient et au nom duquel ils agissaient. Et ces croyants pensaient certainement avoir du discernement en disant que Jésus chassait les démons par Béelzébul…

Ailleurs dans les textes bibliques, on trouve que Jésus a dit à une femme samaritaine : “Dieu est Esprit” (cf. Jean 4:24). Ainsi, nul n’a jamais vu Dieu, l’Esprit. L’Éternel est Esprit. De plus, les Juifs à qui Jésus s’adresse ne connaissaient pas ce Père qui l’a envoyé, c’est-à-dire Dieu lui-même [1], c’est-à-dire l’Esprit, cet Éternel dont les hommes ont parlé sans le connaître tel qu’il est. La conséquence est que ces croyants, Juifs, bien qu’étant tournés vers Dieu et appartenant pourtant au peuple descendant d’Israël (Jacob), confondaient l’œuvre de Dieu et l’œuvre d’origine démoniaque à cause de leur méconnaissance de l’Esprit-Saint (Dieu). Ils ne connaissaient pas Dieu, l’Esprit. Ils étaient sans discernement des esprits. Attribuer à une source démoniaque les œuvres du Saint-Esprit et attribuer au Saint-Esprit des œuvres d’origine démoniaque, c’est là ce que Jésus appelle dans ce passage : blasphémer contre l’esprit. Blasphémer contre le Saint-Esprit, c’est blasphémer contre Dieu lui-même, car Dieu est Esprit, il est l’Esprit-Saint qui est le même de toute éternité. Mais les hommes ne le connaissaient pas, ils ne savaient pas discerner cet Esprit-là (l’Esprit-Saint) des autres esprits.

bon-arbre-02Le terme pour péché qui est utilisé dans Matthieu 12 ci-dessus, c’est hamartia qui vient de hamartano et qui signifie par définition : erreur, faux état d’esprit. Cela consiste à un état de l’esprit, dont une manière de penser et une manière de comprendre les choses, qui est contraire à Dieu (l’Esprit). Pour mieux comprendre, on pourrait parler du péché en termes d’un esprit en mauvais état, un esprit qui est malade et qui a donc besoin d’être rétabli. Un esprit en mauvaise état pense de manière contraire à Dieu, contraire à l’amour. La loi de Dieu, telle que Christ l’a enseignée (voir Matthieu 5 :21-48) c’est l’amour [2], un amour tel qu’il a aussi démontré dans sa vie et par sa vie. Jusqu’à sa mort, sa résurrection et jusqu’à ce qu’il s’en aille auprès du Père, Jésus a démontré les caractéristiques véritables de l’amour, celles qu’il a enseignées.

Ce sont les manières de penser qui produisent les paroles et les actions (cf. Colossiens 1 :21). Jésus laisse comprendre, dans Matthieu 12, que tout faux état d’esprit sera pardonné aux hommes. Il s’agit de toute fausse manière de penser et toute fausse manière de comprendre les choses qui produit des actions mauvaises et qui a aussi pour conséquence des blasphèmes. Blasphémer consiste à porter des accusations graves et mensongères, des diffamations qui font perdre à quelqu’un sa réputation en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur et à sa considération. Jésus dit que tout cela sera pardonné aux hommes. Il est important de relever que Jésus ne donne aucune condition préalable nécessaire à ce pardon. Les mauvaises actions des hommes et leurs diffamations seront pardonnées aux hommes sans prérogative, même si celui qui est diffamé est la personne de Jésus-Christ dans son humanité – C’est ce que Jésus sous-entend lorsqu’il utilise l’expression “fils de l’homme” en parlant de lui-même, il s’agit là de son humanité – Cette affirmation de Jésus est valable pour tout fils/fille d’homme, c’est-à-dire pour tout être humain, quel qu’il soit. Conformément à ce que Jésus dit dans ce passage, tout péché et tout blasphème contre des êtres humains sera pardonné aux êtres humains sans aucune condition. Mais Jésus laisse clairement comprendre que celui qui porte des accusations mensongères [3] contre le Saint-Esprit, c’est-à-dire celui qui porte des diffamations déformant la réputation du Saint-Esprit en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur et à sa considération, cela ne sera pas pardonné chez cette personne, ni dans le présent, ni dans les siècles à venir. Dans le passage de Matthieu 12, Jésus n’attribue aucune rancune à Dieu (l’Esprit). Il ne dit pas que ce serait Dieu qui tienne compte du blasphème contre le Saint-Esprit et ne veuille pas pardonner, chez la personne, le blasphème contre lui (Saint-Esprit). Mais Jésus laisse entendre que le blasphème contre le Saint-Esprit, en provenance d’une confusion, ne peut pas être pardonné, ni dans le présent, ni dans les siècles à venir. Le verbe pour pardonner est aphiemi qui signifie notamment envoyer au loin, ne tenir aucun compte de, oublier, laisser aller. Le nom correspondant est aphesis qui a le sens de libérer de l’esclavage. C’est donc la délivrance des fausses manières de penser (un faux état de l’esprit) qui n’est pas possible, ni dans le présent ni dans le futur. Cette délivrance n’est pas possible chez une personne qui ne différencie pas l’Esprit de Dieu d’avec les esprits mauvais et qui attribue à l’Esprit de Dieu des choses qui lui sont contraires et en vient ainsi à parler contre l’Esprit-Saint. La cause du problème ne se trouve pas au niveau des blasphèmes en tant que tels, mais dans le manque de discernement dont ils sont issus. Jésus démontre d’ailleurs clairement dans cette situation qu’il ne tient pas compte et ne condamne pas ces croyants auxquels il s’adresse, malgré leurs propos blasphémateurs. Pourtant, leur blasphème est porté précisément et déjà dans le présent contre le Saint-Esprit qui est en Jésus. Jésus démontre le pardon de sa part envers ces hommes. Jésus démontre le fait qu’il ne tient pas compte de ces blasphèmes, alors qu’il met pourtant en lumière que leur affirmation est un blasphème contre le Saint-Esprit qui est en lui. Jésus ne les accuse [4] pas, ne les juge [5] pas et ne les condamne [6] pas pour leur blasphème contre le Saint-Esprit. Il démontre là que le Saint-Esprit qui est en lui ne le fait pas. Dieu est Esprit et il est dans une parfaite unité avec Jésus. Jésus et le Père (l’Esprit) ne sont qu’un, parfaitement uni par l’esprit. Et tout ce que le Père (l’Esprit) fait, le fils le fait pareillement. Jésus fait tout ce qu’il a vu faire au Père (cf. Jean 5:19). Jésus leur pardonne donc sans condition préalable et il prend soin d’enseigner ces croyants et les avertit des conséquences, dans le présent et dans l’avenir, de leur fausse manière de penser et fausse manière de comprendre les choses. Ces conséquences sont valables pour ceux à qui Jésus s’adresse, mais aussi pour ceux qui suivent leurs fausses manières de penser. Jésus met en lumière leur manque de discernement des esprits et il leur parle des conséquences de ce manque de discernement: l’impossibilité d’être délivré des fausses manières de penser. Soit, l’impossibilité d’être guéri d’un esprit en mauvais état. En réalité, une confusion entre le Saint-Esprit et un esprit démoniaque amène l’homme, dans ce monde où l’on ne voit pas Dieu (l’Esprit), à rejeter des choses du Saint-Esprit par ignorance. bon-arbre-03Cela conduit à rejeter, par manque de discernement, des choses qui viennent de Dieu lui-même et à recevoir des choses en provenance d’esprits mauvais [7]. Le Saint-Esprit possède en lui-même la saine manière de penser, il est la saine manière de penser, il est le Dieu de toute éternité. Dieu est Esprit, il est l’Esprit-Saint, l’Éternel qui ne change pas. Ce que Jésus laisse aussi déjà percevoir en disant “Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’esprit ne sera point pardonné(Matthieu 12 :31 NEG79), c’est que le Saint-Esprit peut amener l’esprit des hommes à être complètement rétablie et conforme à Dieu dans la mesure du discernement entre ce qui est conforme à l’Esprit-Saint et ce qui ne l’est pas. Le discernement est essentiel. Jésus est le discernement. Car Jésus est le témoin de la vérité conforme à l’Esprit-Saint. Et de même, l’Esprit-Saint rend témoignage de Jésus. Ceci s’accorde avec ces paroles de Jésus : “Mais le consolateur (parakletos qui signifie convoqué, appelé aux côtés, un aide, un avocat), l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera (hupomimnesko qui signifie remettre en mémoire) tout ce que je vous ai dit (Jean 14 :26 NEG79), et “Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi; et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement” (Jean 15 :26-27 NEG79), et “Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité…” (Jean 16 :13a NEG79).

A noter, depuis la venue de Jésus, le Père n’envoie pas l’Esprit-Saint en réponse à un autre nom, mais Jésus dit que c’est en son mon qu’il est envoyé. Depuis la venue de Jésus, le Saint-Esprit rend témoignage que Jésus est bien la vérité. Précédemment, le Saint-Esprit avait inspiré l’annonce de choses qui concernaient Jésus-Christ. Jésus est la vérité au sujet du Père (l’Esprit), la vérité à laquelle il est impératif de se référer. En présence d’Élie et de Moïse aux côtés de Jésus, la voix du Père (l’Esprit) s’est faite entendre pour Pierre, Jacques et Jean en ces termes: “Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le!” (Matthieu 17:15 NEG79). Les hommes prenaient Élie et Moïse comme des références indiscutables au sujet de toutes choses qu’ils ont transmises au nom de Dieu. Et Pierre semblait vouloir mettre Élie et Moïse sur un plan d’égalité avec Jésus (cf. Matthieu 17:4), et c’est à ce moment précis que la voix du Père s’est faite entendre: Il faut écouter Jésus. Jésus a enseigné à ses auditeurs, par exemple, que c’est Moïse en qui ils ont mis leur espérance qui est leur accusateur (cf. Jean 5:45), mais que lui, Jésus, ne les accuserai pas devant le Père. Jésus a enseigné, par exemple, à Jacques et Jean qui avaient l’idée de faire comme Élie et de réduire des hommes en cendre, qu’ils ne savaient pas quel esprit leur inspirait de telles pensées! (cf. Luc 9:54-55, 2 Rois 1). Jésus est le seul nom par lequel les hommes peuvent être sauvés (cf. Actes 4:12), notamment parce qu’il est le seul qui a révélé la vérité au sujet du Père (l’Esprit), tel qu’il est véritablement et sans aucun mélange avec les œuvres du diable. C’est Jésus qui a fait connaître le Père, alors que ni Moïse, ni Élie, ni personne d’autre ne pouvaient le faire connaître tel qu’il est véritablement. Moïse, Élie et tous ceux qui sont venus avant Jésus font partie du kosmos dont Jésus dit qu’il n’a pas connu Dieu (voir aussi Jean 10:8-10). C’est pourquoi c’est en Jésus, en son nom à lui, que l’Esprit-Saint est maintenant envoyé. Le terme traduit par nom est onoma qui signifie noms propres à chacun. Le nom est utilisé pour tout ce qu’il recouvre, tout ce qui est pensé ou ressenti quand il est amené à l’esprit par sa mention, en entendant ce nom, en s’en rappelant, tant par le rang, l’autorité, les actions etc. Et il s’agit ici du nom du fils unique, celui qui est à l’image du Père, celui qui est l’expression parfaite de son être (cf. Hébreux 1:3). En parlant du nom de Jésus, il s’agit donc de tout ce qui est pensé et amené à l’esprit lorsque son nom est mentionné, tout ce qui est conforme à la vérité qu’il a révélée et qui est inclue en Jésus. Il faut prendre conscience que le nom avec lequel notre Père céleste (l’Esprit) a envoyé son fils unique c’est “Yeshua” qui signifie “Dieu sauve“. Il n’y a aucune condition dans la vérité que c’est Dieu qui sauve, et Jésus en a fait la démonstration autour de lui. Mais Jésus a aussi enseigné et démontré que c’est l’ignorance de la vérité qui empêche les hommes de faire la pleine expérience du salut de Dieu. Il peut y avoir toutes sortes de pensées ou d’idées préconçues qui viennent à la mention du nom “Dieu”, et d’autres qui viennent aussi à la mention du nom “Jésus”, et qui ne correspondent pas à ce que Jésus a enseigné et démontré à leur propre sujet mais qui sont modelées par tous ceux qui ont précédé Jésus. Et ce sont ces idées fausses, ces fausses manières de penser, celles qui ne correspondent pas à ce que Jésus a enseigné et démontré, qui poussent les hommes à rejeter la vérité qui sauve (délivre, libère, restaure, rétabli, guéri, béni). L’esprit des hommes reste alors dans un mauvais état, avec de fausses manières de penser et avec de fausses manières de comprendre les choses… Toutefois, le Père envoie l’Esprit-Saint en lien avec le nom de Jésus, mais pas en lien avec un autre nom. Car le Saint-Esprit rend témoignage à la vérité et Jésus-Christ est la vérité. Et Jésus a dit: “Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent” (Luc 11 :13 NEG79).

Le Père donne de bonnes choses. Le Saint-Esprit est une bonne “chose” que le Père céleste donne à ceux qui le lui demande, et qui demeure éternellement avec nous (cf. Jean 14:16). Dieu seul est bon. Dieu est Esprit et le Saint-Esprit donne de bonnes choses. Il y a un véritable besoin de l’aide de l’Esprit-Saint (Dieu) d’une part, mais aussi un besoin du témoignage des paroles de Jésus et de sa propre vie d’autre part. Car l’Esprit de Dieu s’il n’est pas associé à la vérité que Jésus-Christ a enseignée et démontrée ne produit pas dans ce monde un résultat très différent de celui qu’ont vécu et transmis Élie, Moïse, et tous ceux qui sont venus avant Jésus… et c’est le cas aussi depuis Jésus, pour ceux qui ne tiennent pas compte de la vérité qui est en Jésus-Christ. L’esprit des hommes étaient déjà dans un mélange et une confusion avant Jésus. Il leur manquait le discernement que Jésus a apporté et c’est pourquoi le Saint-Esprit pointait déjà vers Jésus comme d’une nécessité salutaire. C’est Jésus qui est le témoin de l’Esprit-Saint et l’Esprit-Saint est le témoin de Jésus. L’Esprit-Saint était déjà le témoin de Jésus bien avant même la venue de Jésus-Christ. C’est par l’inspiration de l’Esprit-Saint que des hommes ont annoncé des choses qui se référaient à Jésus, sans forcément en avoir conscience sur le moment. Toutefois, il leur manquait le discernement de ce qui était de l’Esprit de Dieu et ce qui ne l’était pas, ainsi ils ont transmis un mélange qui est présent même dans leurs paroles prophétiques. Toutefois ce qui annonçait la venue du Christ était suffisamment perceptible pour que le peuple s’attende au Christ (cf. Matthieu 11:3, Luc 7:19-20, Jean 1:41, 4:25-26).

La confusion entre les esprits mauvais et l’Esprit de Dieu (l’Esprit-Saint) amène à rejeter la vérité par manque de discernement. Car le Saint-Esprit est l’Esprit de vérité (cf. Jean 16 :13). Sans le témoignage du fils unique, Jésus-Christ, il est impossible de discerner et de comprendre les choses correctement. Le rejet de la vérité que Jésus-Christ a enseignée et démontrée est ce qui maintient le croyant dans des fausses manières de penser qui produisent sa propre condamnation, en le maintenant sous le pouvoir du mal et dans les ténèbres, ou régulièrement à l’écart de la lumière à cause de ses œuvres mauvaises (cf. Jean 3 :17-21). Un tel croyant ne peut pas être délivré de l’esclavage du péché. Il reste esclave de fausses manières de penser et de fausses manières de comprendre les choses. Un tel croyant ne peut pas parvenir à vaincre le mal pour atteindre le stade adulte dans la foi (voir 1 Jean 2:12-14). C’est pourquoi le discernement de ce qui est conforme à l’Esprit-Saint qu’apporte Jésus-Christ est fondamental. Il s’agit de discerner les manières de penser et de compréhension des choses, discerner celles qui sont conformes à la vérité qui est en Jésus-Christ et celles qui ne le sont pas. Et cela est essentiel aussi pour ce que les hommes ont exprimé avant, pendant et après Jésus. Pour ce discernement, trois choses sont nécessaires: la connaissance du Père tel que Jésus l’a révélé, la connaissance du Fils tel que Jésus l’a révélé, et la connaissance du Saint-Esprit tel que Jésus l’a révélé. Le Fils unique est central. Ce qui est avant pointe vers le Fils unique et ce qui est après pointe vers le Fils unique. Car c’est lui l’image visible du Dieu invisible et l’expression parfaite de son être. Tout ce qui vient à la pensée lorsqu’on entend le nom “Père céleste”, ou le nom “Fils”, ou le nom “Saint-Esprit” se doit d’être conforme à ce que Jésus-Christ a enseigné et démontré au sujet de ces trois noms qui sont dans une parfaite unité d’esprit. Et c’est à cette parfaite unité d’esprit que Dieu (l’Esprit) désire joindre ses disciples (cf. Jean 17:22-23, 11). C’est pourquoi aussi Jésus a laissé entendre, à ses propres disciples, que pour faire des disciples il est nécessaire d’être immergé dans le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (cf. Matthieu 28:18-20). Il s’agit d’être immergé dans les caractéristiques véritables du Père, celles du Fils et celles du Saint-Esprit telles que Jésus-Christ les a révélées. C’est Jésus qui a fait connaître le nom du Père, l’Esprit, tel qu’il est véritablement dans ce qui le qualifie.

A suivre…

_

[1] Dans Jean 6 :27, en parlant de la nourriture qui subsiste éternellement, Jésus dit : “…que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, que Dieu lui-même a marqué de son sceau”. Jésus explicite que le Père c’est Dieu lui-même. Voir aussi Jean 20 :17, où Jésus dit à Marie de Magdala qui l’a vu après sa résurrection : “Va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu”

[2] Cf. Matthieu 22 :37-40 BDS “Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et il y en a un second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements.” Cf. Romains 13 :10 BDS “Celui qui aime ne cause aucun mal à son prochain. Aimer son prochain, c’est donc accomplir toute la loi.”

[3] Parce qu’il y a confusion entre l’Esprit-Saint et un esprit démoniaque.

[4] Accuser signifie déférer quelqu’un en justice pour une faute commise.

[5] Juger signifie prononcer une sentence à propos de quelqu’un. Mais le terme signifie aussi évaluer la valeur de quelqu’un. Dans le terme original krino il y a le sens de séparer.

[6] Condamner signifie déclarer qu’un acte est répréhensible et que l’auteur est passible d’une peine, et la lui infliger.

[7] Ces esprits mauvais ne sont pas forcément externes aux hommes mais peuvent être simplement d’autres hommes.