Sagesse véritable : bonne conduite et actes empreints d’humilité

Lorsqu’on pense à la sagesse, il y a toutes sortes d’idées qui peuvent être présentes et par lesquelles on qualifie la sagesse dans le monde. Bien souvent cette sagesse s’avère une sagesse tout humaine et parfois opposées à ce que Dieu considère comme sage. Ainsi, si l’on prend le livre des proverbes (de Salomon) qui se veut comme un recueil de sagesse, on y trouve à la fois des paroles de sagesse véritable « Car l’Éternel donne la sagesse, et ce sont ses paroles qui procurent la connaissance et l’intelligence » (Proverbe 2:6 BDS), mais on y trouve aussi : « N’hésite pas à corriger le jeune enfant; si tu lui donnes des coups de bâton, il n’en mourra pas » (Proverbe 23:13 BDS). On imagine difficilement Jésus enseigner à corriger les enfants à coups de bâton, et cette idée se trouve même à l’opposé de tout l’enseignement que Jésus a démontré par sa propre vie. C’est pourquoi il a aussi enseigné « quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, me reçoit moi-même. Mais, si quelqu’un scandalisait un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on suspende à son cou une meule de moulin, et qu’on le jette au fond de la mer » (Matthieu 18:5-6 NEG79). Non, les coups de bâton ne conduisent pas les enfants à l’amour, bien au contraire, cela endurcit leur cœur en produisant une obéissance par la crainte. Mais l’amour bannit la crainte. La référence en terme de sagesse se doit d’être Jésus-Christ. C’est pourquoi Jésus s’est exprimé en disant: « La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec les hommes de cette génération et les condamnera, parce qu’elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon; et voici, il y a ici plus que Salomon » (Luc 11:31 NEG79). Jésus-Christ est la sagesse de Dieu. C’est ce que Paul relève aussi lorsqu’il écrit: « En lui (Christ) se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance » (Colossiens 2:3 BDS).

La sagesse de Jésus était perceptible parmi ceux qui l’entendaient (cf. Matthieu 13:54, Luc 2:40, 2.52). Mais face à certains qui se prenaient pour des sagesses et ne comprenait pas l’œuvre de Jésus parmi les gens dit de mauvaises vie, Jésus s’est exprimé en disant: « Le Fils de l’homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent: C’est un mangeur et un buveur, un ami des publicains et des gens de mauvaise vie. Mais la sagesse a été justifiée par ses œuvres » (Matthieu 11:19 NEG79). La vie de Jésus est une démonstration de la sagesse véritable sur laquelle Jacques s’est appuyé en écrivant: « Y a-t-il parmi vous quelqu’un de sage et d’expérimenté ? Qu’il en donne la preuve par sa bonne conduite, c’est-à-dire par des actes empreints de l’humilité qui caractérise la véritable sagesse. Mais si votre cœur est plein d’amère jalousie, si vous êtes animés d’un esprit querelleur, il n’y a vraiment pas lieu de vous vanter ; ce serait faire entorse à la vérité. Une telle sagesse ne vient certainement pas du ciel, elle est de ce monde, de l’homme sans Dieu, elle est démoniaque. Car là où règnent la jalousie et l’esprit de rivalité, là aussi habitent le désordre et toutes sortes de pratiques indignes. Au contraire, la sagesse qui vient d’en haut est en premier lieu pure; de plus, elle aime la paix, elle est modérée et conciliante, pleine de compassion ; elle produit beaucoup de bons fruits, elle est sans parti pris et sans hypocrisie. Ceux qui travaillent à la paix sèment dans la paix une semence qui produira un fruit conforme à ce qui est juste » (Jacques 3:13-18 BDS).

Ainsi, à l’image de Jésus-Christ, la sagesse véritable est caractérisée par des actes empreints d’humilité et par une bonne conduite. Jacques rend attentif que là où il y a de la jalousie et de la rivalité, il n’y a pas de sagesse. Il va jusqu’à parler d’une « sagesse » démoniaque. Il y a même avec de la jalousie et de la rivalité du désordre et toutes sortes de pratiquent indignes. Aussi est-il écrit: « Je détruirai la sagesse des sages,
Et je rendrai nulle l’intelligence des intelligents. Où est le sage? où est le scribe? où est le raisonneur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu, il a plu à Dieu dans sa sagesse de sauver les croyants par la folie de la prédication » (1 Corinthiens 1:19-21 NEG79) « Car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. Aussi est-il écrit: Il prend les sages dans leur ruse. Et encore: Le Seigneur connaît les pensées des sages, Il sait qu’elles sont vaines » (1 Corinthiens 3:19-20 NEG79).

La manière dont l’amour agit est une folie aux yeux du monde, mais c’est la sagesse de Dieu. Dieu est amour. L’amour n’agit pas par le moyen de la crainte. « La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour » (1 Jean 4:18 NEG79). Il est fondamental de revisiter à la lumière de Jésus-Christ ce que le monde et les hommes appellent « sagesse », car la sagesse des hommes est bien souvent une folie aux yeux de Dieu. C’est pourquoi « Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ta sagesse » (Proverbe 3:5 NEG79). Et « si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée » (Jacques 1:5 NEG79). Et face à l’adversité, « mettez-vous donc dans l’esprit de ne pas préméditer votre défense; car je vous donnerai des paroles et une sagesse telles que vos adversaires ne pourront leur résister ou les contredire » (Luc 21:14-15 NEG79). C’est ainsi que dans le livre des Actes on observe Étienne rempli d’une sagesse et d’un Esprit auxquels ses interlocuteurs ne pouvaient résister (cf. Actes 6). Le moyen de la foi en Dieu apparaît souvent (ou toujours?) comme une folie aux yeux des hommes, mais ce moyen est la sagesse de Dieu.

« C’est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous; nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients. » (Colossiens 1:9-11 NEG79)

La consolation: par la patience à supporter la souffrance

Dans sa deuxième lettre aux Corinthiens, Paul écrit : « Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons » (2 Corinthiens 1:5-6 NEG79). Paul a connu la persécution et toutes sortes d’épreuves, ce qui fait que lorsqu’il parle de souffrance il sait de quoi il parle. Mais au-delà des souffrances, Paul parle de la consolation qui abonde par Christ. Paul ne reste toutefois pas centré sur lui-même, et il s’exprime en disant que s’il est affligé c’est pour la consolation et pour le salut de ceux à qui il s’adresse. C’est là ce qui l’afflige : l’absence de consolation et de salut chez les autres. Paul laisse entendre aussi que si les souffrances sont les mêmes que sa propre expérience, alors la consolation est la même, mais elle n’est pas automatique. Et il souligne que la consolation se réalise à travers la patience à supporter les mêmes souffrances que ce qu’il endure. Et si Paul est consolé, c’est pour que ceux à qui il s’adresse soient également consolés. Le terme traduit par patience à supporter est hupomone qui signifie constance, persévérance, endurance. Il y a une consolation qui vient de l’endurance dans l’épreuve, et c’est ce dont Paul nous parle ici. Dans Romains 8 où Paul parle de la persécution, il écrit : « Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés » (Romains 8:37 NEG79).

La consolation c’est non seulement le soulagement apporté à la peine de quelqu’un, mais c’est aussi, par définition, un sujet de joie ou de satisfaction au milieu des épreuves. Lorsqu’on a fait l’expérience de la consolation et de la victoire dans l’affliction, alors nous pouvons consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction. C’est ce que Paul écrit aux Corinthiens lorsqu’il leur dit : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans l’affliction! » (2 Corinthiens 1:3-4 NEG79)

Dieu est le Père non seulement de notre Seigneur Jésus-Christ, mais il est aussi le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation. Dieu est la source de la consolation, et ce que nous puisons à la source nous pouvons le transmettre aux autres, afin qu’ils soient eux-même conduit à puiser à la source.

La tendance naturelle est la crainte des afflictions, mais celui qui a fait l’expérience de la consolation qui vient de Dieu par la persévérance dans la souffrance, celui-là ne craint plus l’affliction. C’était le cas de Paul qui, malgré ses propres épreuves, se plaçait en consolateur des autres affligés. L’Évangile, la bonne nouvelle de la grâce de Dieu, n’est jamais quelque chose d’égocentré. Au contraire, l’amour et la grâce sont tournés vers son prochain : « Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut« .

La croissance par la connaissance de Dieu

Dans sa lettre aux Colossiens, après avoir mentionné d’avoir appris de quel amour l’Esprit les anime, Paul leur écrit : « C’est pour cela que nous aussi, depuis le jour où nous en avons été informés, nous ne cessons de prier Dieu pour vous; nous demandons que vous soyez remplis de la connaissance de sa volonté, en toute sagesse et intelligence spirituelle, pour marcher d’une manière digne du Seigneur et lui être entièrement agréables, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres et croissant par la connaissance de Dieu, fortifiés à tous égards par sa puissance glorieuse, en sorte que vous soyez toujours et avec joie persévérants et patients » (Colossiens 1:9-11 NEG79).

Ce que Paul demande dans ses prières est toujours très dense et instructif. Ce passage nous laisse percevoir que c’est par la puissance glorieuse de Dieu que nous sommes fortifiés à tous égards. Il souligne aussi que cette fortification a pour but d’être persévérants et patients, et cela avec joie et toujours. On perçoit ici un état qui ne dépend pas des circonstances, mais qui est le résultat d’une certaine maturité. Cette maturité est agréable au Seigneur et correspond à une marche digne de Lui, portant des fruits en toutes sortes de bonnes œuvres. Et Paul précise « croissant par la connaissance de Dieu« . Ainsi, c’est la connaissance de Dieu qui amène la croissance. Le terme traduit par connaissance ici est epignosis qui a le sens de connaissance précise et correcte. Ce ne sont pas des efforts à fournir mais une connaissance précise et correcte de Dieu qui produit la croissance. En d’autres termes, si nous ne grandissons pas dans la connaissance de Dieu, il ne faut pas s’étonner d’un manque de croissance « spirituelle ». Si les choses que nous connaissons de Dieu sont imprécises et incorrectes, la croissance ne se produit pas. Parfois, on croit connaître Dieu, mais si ce qu’on connait de Dieu n’est pas conforme à la vérité, la maturité où la persévérance et la joie sont toujours présents ne peut pas être atteinte. Il est bon de rappeler que la mesure de la connaissance de Dieu c’est l’amour, conformément à ce que la première lettre de Jean nous laisse savoir : « Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4:7-8 NEG79). Dieu est amour, il s’agit donc de grandir dans la connaissance des caractéristiques de l’amour telles que Christ les a faites connaître. Une méconnaissance intime des caractéristiques de l’amour de Dieu est un obstacle à la croissance. Jésus-Christ est la vérité. C’est pourquoi il est important de passer en revue notre connaissance de Dieu à la lumière de la vérité qui est en Jésus-Christ.

L’intelligence obscurcie: résultat de l’endurcissement du coeur

Dans sa lettre aux Ephésiens, après avoir parlé de ne plus être de petits enfants ballottés comme des barques par les vagues et emportés çà et là par le vent de toutes sortes d’enseignements, à la merci d’hommes habiles à entraîner les autres dans l’erreur, Paul écrit : « Voici donc ce que je vous dis, ce que je vous déclare au nom du Seigneur: vous ne devez plus vivre comme les païens, qui suivent leurs pensées vides de sens. Ils ont, en effet, l’intelligence obscurcie et sont étrangers à la vie que Dieu donne, à cause de l’ignorance qui est en eux et qui provient de l’endurcissement de leur cœur » (Ephésiens 4: 17-18 BDS). Dans l’original, il y a deux termes derrière le terme païens. Il y a le terme loipoy qui signifie le reste, et le terme ethnos qui signifie multitude, nations. Ainsi, le terme païens ici a le sens suivant : le reste des multitudes. Paul dit que le reste des multitudes, sous-entendu ceux qui ne suivent pas Jésus-Christ, suivent leurs pensées vides de sens. Ils suivent donc des manières de penser qui sont non-conformes à Jésus-Christ, non-conformes à l’amour tel qu’il l’a révélé. Dieu est amour. Et les actions découlent des manières de penser.

Intelligence obscurciePaul laisse comprendre que les pensées vides de sens proviennent du fait d’avoir une intelligence obscurcie et d’être étranger à la vie que Dieu donne. Jésus-Christ est la référence de la vie que Dieu donne, une vie conforme à l’amour. Et Paul nous fait savoir que la cause de l’intelligence obscurcie, et le fait d’être étranger à la vie que Dieu donne, est l’ignorance. Paul continue en disant que:

L’ignorance provient de l’endurcissement du cœur.

Il peut y avoir un certain nombre de raison pour lesquels le cœur s’est endurci, mais la principale est une méconnaissance de l’amour de Dieu et de ses caractéristiques. Dieu est amour. C’est la connaissance de la vérité qui sanctifie, qui libère du péché, c’est-à-dire qui libère des fausses manières de penser. Il faut savoir qu’il y a quatre obstacles principaux à la connaissance de la vérité :

  • Le manque d’information : il s’agit simplement du fait de ne pas être suffisamment informé. Parfois on croit savoir, mais il nous manque des informations. On ne peut tirer des conclusions personnelles qu’à partir de l’information dont on dispose personnellement. Et pour certaines informations, on s’appuie parfois sur d’autres individus qui ne peuvent tirer des conclusions personnelles qu’à partir de l’information dont ils disposent eux-mêmes. Ceci peut amener un grand nombre de gens dans l’erreur lorsque l’information n’est pas vérifiée par les individus eux-mêmes.
  • La tromperie : il s’agit d’avoir reçu des informations fausses. Que ce soit par des gens bien intentionnés ou désireux de tromper les autres, le résultat est le même: une fausse information.
  • Les à priori : ce sont les raisonnements ou conclusions prématurés qui sont établis avant tout examen approfondi. Ces à priori amènent à de faux raisonnements, à de fausses conclusions ou à d’autres à priori.
  • Les préférences : il s’agit là des préférences personnelles, de ce qui nous convient le mieux, ce qui nous arrange bien, même si l’on sait que ce n’est peut être pas conforme à la vérité.

C’est quatre point sont à la fois des obstacles à la connaissance de la vérité mais peuvent aussi contribuer à l’endurcissement du cœur. Par exemple, certaines personnes qui ont été trompées peuvent s’endurcir et avoir tendance à rejeter certaines nouvelles informations par crainte d’être trompées à nouveau. Il y aura là des à priori en provenance de tromperies, par exemple, et possiblement certaines préférences qui viendront faire obstacle à la connaissance de la vérité… Ou par exemple, certaines personnes peuvent rejeter certaines informations nouvelles, simplement par crainte que si ces informations qu’elles n’avaient pas précédemment sont vraies alors cela signifierait qu’elles ont été trompées jusque-là sur ce qu’elles croyaient. C’est pourquoi, il est important de prendre soin de son cœur et de ne pas le laisser s’endurcir. Ceci est fondamental pour la connaissance de la vérité qui sanctifie et ne pas être étranger à la vie que Dieu donne.

Ainsi, lorsqu’il est écrit : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Proverbe 4:23 NEG79), il ne s’agit pas de mettre une carapace de protection qui endurcit le cœur, mais il s’agit de le garder tendre, perméable à Dieu et à son amour démontré en Jésus-Christ, ouvert à la vérité. Car un endurcissement du cœur a pour aboutissement d’être étranger à la vie que Dieu donne, et d’être ignorant avec une intelligence obscurcie.

Le salut: le but de notre foi

Dans la première lettre de Pierre, écrite à des croyants dispersés dans divers lieux, il est écrit : « Jésus, vous ne l’avez pas vu, et pourtant vous l’aimez; mais en plaçant votre confiance en lui sans le voir encore, vous êtes remplis d’une joie glorieuse et inexprimable, car vous obtenez en retour votre salut qui est le but de votre foi » (1 Pierre 1:8-9 BDS).

But de la foiPierre relève le fait que c’est en plaçant notre confiance en Jésus, bien que nous ne l’ayons pas encore vu, que nous sommes remplis d’une joie glorieuse et inexprimable. Et cette joie glorieuse et inexprimable vient du fait d’obtenir le salut. Le terme traduit par salut est soteria qui signifie délivrance, conservation, sûreté, sécurité. Il s’agit d’être délivré de l’esclavage du péché, d’être restauré, rétabli dans la condition voulue par Dieu, guéri, béni dans le sens de couvert des bienfaits de Dieu, à l’image de ce dont Jésus-Christ est le témoin. En quelque sorte, on peut voir en Jésus-Christ le témoin de ce à quoi ressemble le salut dans ce monde. Pierre en a fait l’expérience et c’est ce qui l’amène à écrire dans la deuxième lettre : « Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu; celles-ci nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise. » (2 Pierre 1:3-4 NEG79) Le salut nous amène à devenir participant à la nature divine, à l’exemple de Jésus-Christ, dévêtu de la corruption qui existe dans le monde. A noter, la corruption est le résultat de la convoitise. Toutefois, c’est par la divine puissance donnée par Dieu que la convoitise disparaît. Et cela se produit par la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, c’est-à-dire Jésus-Christ. C’est pourquoi il est si important de regarder et de s’instruire à partir de Jésus-Christ.

En ce qui concerne le salut, Pierre écrit que :

Le salut est le but de notre foi.

La foi c’est « une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11:1 NEG79), et c’est par le moyen de la foi que l’on accède au salut. C’est par le moyen de la foi que la démonstration des choses qu’on espère, celles dont on a la ferme assurance, devient visible. Il est écrit « le juste vivra par la foi » (Habakkuk 2:4 NEG79). On peut aussi dire que c’est par la foi que l’on vivra juste, c’est-à-dire que l’on accède au salut, à la délivrance de l’esclavage du péché, en sorte de mener une vie juste et sainte. Cela n’est possible que par le moyen de la foi. C’est pourquoi l’auteur aux Hébreux écrit: « Or, sans la foi, il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11:6 NEG79).

Conformément à ce qui est écrit dans la première lettre de Pierre, le but de notre foi est le salut. C’est là le but du moyen de la foi. Paul met en garde, déjà en son temps, contre ceux qui ne connaissent plus la vérité et qui considèrent, par exemple, le moyen de la foi en Dieu comme un moyen de s’enrichir (cf. 1 Timothée 6:5). C’est là une perversion du moyen de la foi qui existait déjà au temps de Paul. Conformément à la vérité qui est en Jésus-Christ, tout est possible à celui qui croit (cf. Marc 9:23). Mais ce n’est pas parce que tout est possible, et que par le moyen de la foi on peut s’enrichir que l’enrichissement est justifié et conforme à Jésus-Christ. Tout ce qui est possible n’est pas conforme à l’amour. Il est écrit que « Celui qui se confie dans ses richesses tombera, mais les justes verdiront comme le feuillage » (Proverbe 11:18 NEG79) et que « l’amour de l’argent est une racine de tous les maux » (1 Timothée 6:10). C’est l’amour de l’argent qui pose problème. Celui qui n’est pas poussé par l’amour de l’argent ne cherche pas à s’enrichir, même par le moyen de la foi. L’auteur aux Hébreux exhorte « Ne vous livrez pas à l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu lui-même a dit: Je ne te délaisserai point, et je ne t’abandonnerai point » (Hébreux 13:5 NEG79). Jésus a aussi exhorter dans le sens que les besoins sont couverts pour celui qui recherche premièrement le royaume et la justice/droiture de Dieu (cf. Matthieu 6:33). De plus, Jésus a été clair sur le fait que les richesses de ce monde sont des richesses injustes (cf. Luc 16:11). Jésus est l’exemple du moyen de la foi correctement utilisé, conformément à l’amour. Paul, dans sa première lettre aux Corinthiens, a aussi rendu clairement attentif que « quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour, je ne suis rien » (1 Corinthiens 13:2). Le but de notre foi est le salut. « Jésus, vous ne l’avez pas vu, et pourtant vous l’aimez; mais en plaçant votre confiance en lui sans le voir encore, vous êtes remplis d’une joie glorieuse et inexprimable, car vous obtenez en retour votre salut qui est le but de votre foi » (1 Pierre 1:8-9 BDS).

Connaître la volonté de Dieu: Entière sagesse et parfait discernement par l’Esprit-Saint

Dans sa lettre aux Colossiens, Paul écrit : « Aussi, depuis le jour où nous avons entendu parler de vous, nous aussi, nous ne cessons de prier Dieu pour vous. Nous lui demandons qu’il vous fasse connaître pleinement sa volonté, en vous donnant, par le Saint-Esprit, une entière sagesse et un parfait discernement. Ainsi vous pourrez avoir une conduite digne du Seigneur et qui lui plaise à tous égards. Car vous porterez comme fruit toutes sortes d’œuvres bonnes et vous ferez des progrès dans la connaissance de Dieu. Dieu vous fortifiera pleinement à la mesure de sa puissance glorieuse, pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu’au bout – et cela avec joie. » (Colossiens 1:9-11 BDS)

Paul demande pour les Colossiens que Dieu leur fasse connaître pleinement sa volonté. Il laisse comprendre que cette connaissance se produit lorsque Dieu donne une entière sagesse et un parfait discernement, et que cela se produit par le Saint-Esprit. Jésus-Christ a annoncé à ses disciples que lorsque le Saint-Esprit, qu’il appelle aussi le Consolateur et l’Esprit de vérité, sera venu, celui-ci leur enseignera toute chose, il les conduira dans la vérité tout entière, il rappellera les paroles que Jésus a prononcées et annoncera les choses à venir. Le Saint-Esprit ne parlera pas de lui-même, mais il parlera de ce qu’il aura entendu. (cf. Jean 14, Jean 16). Cela signifie que l’Esprit-Saint, en nous, enseigne à partir de ce qu’il entend, que ce soit à partir des Écritures (paroles écrites) ou par ce qui est prononcé. Mais toute parole écrite ou prononcée n’est pas nécessairement conforme à l’Esprit de vérité. Le discernement est donc nécessaire. Mais Paul vient de laisser savoir que pour connaître pleinement la volonté de Dieu, une entière sagesse et un parfait discernement sont nécessaires. Plus loin, Paul dit aux Colossiens que « En lui (Christ) se trouvent cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. » (Colossiens 2:3 BDS) C’est donc dans la vérité qui est en Jésus-Christ, et que l’on trouve dans les Évangiles qui sont le point de départ, que se trouve « cachés » tous les trésors de la sagesse et de la connaissance. En Jésus-Christ se trouve ce qui est nécessaire pour parvenir à une entière sagesse et un parfait discernement, tels que Jésus-Christ en est lui-même le témoin. C’est par Jésus-Christ, à l’aide de l’Esprit-Saint, que cela est rendu possible. Jean va d’ailleurs confirmer ce que Jésus a dit concernant l’Esprit-Saint qui nous enseigne toutes choses, lorsqu’il écrit : « Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent. Pour vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, qu’elle est véritable, et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés. » (1 Jean 2:26-27 NEG79) La version du Semeur le rend un peu plus explicite : « C’est au sujet de ceux qui vous entraînent dans l’erreur que je vous écris ces choses. Quant à vous, l’Esprit dont vous avez été oints par Christ demeure en vous. Vous n’avez donc pas besoin que l’on vous instruise, car cet Esprit dont vous avez été oints vous enseigne tout. Il est véridique, il ne ment pas. Restez donc attachés à cet enseignement tel que vous l’avez reçu de l’Esprit. » (1 Jean 2:26-27 BDS) Malheureusement, de nos jours très peu d’enseignants instruisent dans le sens de ce que Jean a écrit ici conformément à la vérité qui est en Jésus-Christ. Très peu nombreux sont ceux qui enseignent les croyants à être enseignés directement par l’Esprit-Saint, et à être attachés à ce que l’Esprit leur enseigne par Jésus-Christ. De nombreux enseignants ont tendance à véhiculer indirectement, et malgré eux, l’idée qu’ils sont eux-mêmes indispensables pour l’instruction des croyants. Ainsi, au lieu d’instruire en sorte que les croyants soient eux-mêmes enseignés par l’Esprit-Saint, par exemple dans leur propre lecture des Écritures, ils instruisent en sorte que les croyants restent dépendant de l’enseignement de leurs « maîtres ». Il en résulte une relation de codépendance entre ceux qui enseignent et ceux qui sont enseignés, les enseignants ayants souvent fait de leur « ministère » leur profession, par laquelle ils vivent et subviennent à leurs besoins. Ainsi, un tel enseignant n’instruira pas ses propres disciples en leur disant « vous n’avez donc pas besoin que l’on vous instruise, car cet Esprit dont vous avez été oints vous enseigne tout« .

Colossiens 1C’est pourquoi Jean écrit plus loin : « Mais attention, mes chers amis, ne vous fiez pas à n’importe quel esprit; mettez les esprits à l’épreuve pour voir s’ils viennent de Dieu, car bien des prophètes de mensonge se sont répandus à travers le monde. Voici comment savoir s’il s’agit de l’Esprit de Dieu: tout esprit qui reconnaît que c’est pleinement humain que Jésus est venu, vient de Dieu. Tout esprit, au contraire, qui ne reconnaît pas ce Jésus-là ne vient pas de Dieu. C’est là l’esprit de «l’anti-Christ» dont vous avez entendu annoncer la venue. Eh bien, dès à présent, cet esprit est dans le monde. Vous, mes enfants, vous êtes de Dieu et vous avez la victoire sur ces prophètes de mensonge, car celui qui est en vous est plus puissant que celui qui inspire ce monde. Eux, ils font partie du monde. C’est pourquoi ils tiennent le langage du monde, et le monde les écoute. Nous, nous sommes de Dieu. Celui qui connaît Dieu nous écoute, mais celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas. De cette manière, nous pouvons distinguer l’Esprit de la vérité de l’esprit de l’erreur. » (1 Jean 4:1-6 BDS) Déjà au temps de Jean, bien des prophètes de mensonge se sont répandus à travers le monde. Alors qu’en est-il aujourd’hui? La sagesse de l’esprit de l’erreur, conforme à l’esprit du monde et anti-Christ, est une sagesse du monde qui se base sur les seules principes de ce monde tel que le vivent ceux qui sont au stade d’enfant (voir Galates 4) et ne fait en général pas intervenir le moyen de la foi. C’est une sagesse qui fait appel aux hommes et aux moyens humains (voir Jérémie 17), sans faire intervenir la foi (voir Hébreux 11). La sagesse de Dieu apparaît comme une folie pour ceux qui ne marchent pas par le moyen de la foi pour puiser dans la grâce de Dieu, mais qui marchent par leurs propres moyens, qui sont des moyens tout humains conformes à ce monde. Et la sagesse de ce monde est une folie aux yeux de Dieu (cf. 1 Corinthiens 3). Malheureusement, c’est bien souvent une sagesse du monde basée sur les principes de ce monde qui est enseignée parmi les croyants par ceux qui ne font pas intervenir le moyen de la foi, ni le renouvellement de la pensée dans leur enseignement.

Jean parle de l’esprit de l’erreur qui est dans le monde et qui s’oppose à Christ, et il dit que cet esprit ne confesse pas que Jésus est venu pleinement humain. Mais depuis des siècles, certains prétendent que Jésus est pleinement humain et aussi pleinement Dieu, dans le sens d’égal à Dieu. Une telle affirmation est contraire à l’ensemble des paroles que Jésus-Christ a exprimées et contraire à ce qu’on peut lire dans les lettres du Nouveau Testament. Jésus ne s’est nullement fait l’égal du Père. Il a clairement exprimé « car le Père est plus grand que moi » (Jean 14:28) et « Mon Père… est plus grand que tous » (Jean 10:29). Jésus s’est référé à lui-même en tant que « fils de l’homme » a près de 80 reprises dans les évangiles. De plus, appeler Dieu son Père ne fait pas de quelqu’un l’égal du Père, ni l’égal de Dieu. Autrement, lorsque Jésus enseigne ses disciples à prier Dieu en disant « notre Père qui est aux cieux » cela signifierait que tous ceux qui s’expriment avec cette prière sont l’égal de Dieu… De plus, l’unité avec le Père dont Jésus parle en disant « Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10:30 NEG79) est une unité d’esprit, une même manière de penser et d’agir conforme au Père, et qui l’amène a dire à Philippe : « Celui qui m’a vu a vu le Père » (Jean 14:9 NEG79). C’est d’ailleurs à cette même unité avec le Père que Jésus appelle ses disciples à vivre lorsqu’il prie au Père : « Père saint, garde-les en ton nom que tu m’as donné (Yeshua=Dieu sauve), afin qu’ils soient un comme nousJe leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes unmoi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » (Jean 17:11, 22-23 NEG79). Ainsi, il ne faut pas confondre un caractère divin, conforme à Dieu est amour, une unité avec le Père tel que Jésus-Christ en a été le témoin, et une égalité avec le Dieu Tout Puissant qu’il n’a pas affirmée, ni les auteurs des lettres du Nouveau Testament d’ailleurs. Les versets qui semblent prétendre à une égalité avec Dieu sont en général pris hors contexte et sans tenir compte de l’ensemble des paroles de Jésus qui se trouvent dans les évangiles.

Jésus après avoir affirmer à des scribes et des pharisiens « Je suis la lumière du monde; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie » (Jean 8:12 NEG79) et « Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père » (Jean 8:19 NEG79), il a mis en garde sur l’importance de croire ce qu’il est, sans quoi nous mourrons dans nos péchés, c’est-à-dire nous mourrons dans nos fausses manières de comprendre les choses et nos fausses manières de penser. Après leur avoir dit « Je m’en vais, et vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché; vous ne pouvez venir où je vais« , puis qu’il est ce qu’il dit depuis le commencement, Jésus s’exprime clairement : « C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés. » (Jean 8:24 NEG79) De plus, Jésus a été clair en disant que le Père est le seul vrai Dieu (cf. Jean 17:3). En général, ceux qui font Jésus l’égale de Dieu, et diminuent son humanité, en viennent à enseigner qu’il est impossible de marcher comme Jésus. Mais il est clair que sans un renouvellement de la manière de penser pour l’aligner à la sienne, cela est impossible. Toutefois, Jésus a enseigné que ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu (cf. Luc 18:27). Et Dieu donne son Esprit pour ce faire. Il est important de ne pas oublier non plus que Jésus a enseigné que le blasphème contre le Saint-Esprit est ce qui empêche de recevoir l’effacement des péchés, c’est-à-dire l’effacement des fausses manières de penser (cf. Matthieu 12:31). Aller à l’encontre de ce que l’Esprit-Saint enseigne prive de l’expérience du salut déjà dans ce monde. Cela empêche de pouvoir être renouvelé dans notre manière de penser afin de pouvoir marcher comme Jésus.

Paul écrit aux Romains : « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » (Romains 12:2 NEG79)

Ainsi, la volonté de Dieu est ce qui est bon, ce qui est agréable conformément aux caractéristiques de l’amour (cf. 1 Corinthiens 13), et ce qui est parfait. C’est là la volonté de Dieu. Et pour pourvoir discerner ce qui est bon, agréable et parfait, il est nécessaire d’être transformé par le renouvellement de notre intelligence. Le terme original grec nous traduit par intelligence signifie toutes les facultés de perception et de compréhension et celles de sentiment, jugement, détermination. Il s’agit de notre manière de comprendre les choses, c’est-à-dire notre manière de penser. Et notre manière de penser doit s’aligner sur les caractéristique de l’amour, les caractéristiques du Père tel que Jésus-Christ l’a révélé. Paul l’a exprimé ainsi : « Car qui a connu la pensée du Seigneur, pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ. » (1 Corinthiens 2:16 NEG79) Ainsi, la manière de penser du Christ se retrouve dans l’enseignement du Christ et dans le témoignage de sa vie conforme à la vérité. Et lorsque nous nous laissons transformer par le changement de notre manière de penser pour l’aligner avec celle de Jésus-Christ, alors nous faisons l’expérience des caractéristiques de l’amour tel que Jésus-Christ les a enseignées et démontrées lui-même. Et ainsi, nous parvenons à une entière sagesse et à un parfait discernement, qui conduit à la connaissance de la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. « Ainsi vous pourrez avoir une conduite digne du Seigneur et qui lui plaise à tous égards. Car vous porterez comme fruit toutes sortes d’œuvres bonnes et vous ferez des progrès dans la connaissance de Dieu. Dieu vous fortifiera pleinement à la mesure de sa puissance glorieuse, pour que vous puissiez tout supporter et persévérer jusqu’au bout – et cela avec joie. » (Colossiens 1:9-11 BDS)

La gloire de Dieu c’est sa grâce

Dans sa lettre aux Ephésiens, Paul écrit : « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ! En lui Dieu nous a élus avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irréprochables devant lui; il nous a prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-Christ, selon le bon plaisir de sa volonté, pour célébrer la gloire de sa grâce dont il nous a favorisés dans le bien-aimé » (Ephésiens 1:3-6 NEG79).

Le terme traduit par grâce est charis qui signifie bonté, faveur, volonté qui est bonne, il a aussi le sens de ce qui fournit la joie, le plaisir, les délices, la douceur, le charme, la tendresse. La grâce de notre Seigneur surabonde avec la foi et l’amour (cf. 1 Timothée 1:14). La grâce de Dieu c’est glorieux, c’est ce dont l’Évangile selon Jean parle aussi lorsqu’il est écrit : « Et la Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14 NEG79). Le Fils unique a été engendré par la Parole qui était avec Dieu, la parole qui était Dieu, et qui fut adressée à Marie par un ange (cf. Luc 1:30-31). Ce Fils unique engendré par la parole de Dieu, et né d’une femme est venu du Père céleste. Et ce Fils, Jésus-Christ, est l’expression de la gloire du Père, il est celui par qui la grâce et la vérité sont venues et dont Jean a aussi fait l’expérience : « Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce sur grâcecar la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ » (Jean 1:16-17 NEG79). Déjà enfant, la grâce de Dieu était sur Jésus qui grandissait en grâce de manière visible, et dont les paroles de grâce sortant de sa bouche étonnaient déjà, alors qu’il était encore enfant. C’est ce qu’on peut lire dans l’Évangile selon Luc lorsqu’il est écrit : « Or, l’enfant croissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui » (Luc 2:40 NEG79). « Et Jésus croissait en sagesse, en stature, et en grâce, devant Dieu et devant les hommes » (Luc 2:52 NEG79). « Et tous lui rendaient témoignage; ils étaient étonnés des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche » (Luc 4:22 NEG79).

La grâce est intimement liée à ce qui appartient à la gloire de Dieu. On peut déjà le percevoir par exemple dans ce psaume des fils de Koré : « Car l’Éternel Dieu est un soleil et un bouclier, l’Éternel donne la grâce et la gloire, il ne refuse aucun bien à ceux qui marchent dans l’intégrité » (Psaumes 84:12 NEG79). Pierre l’exprime aussi en disant : « Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables » (1 Pierre 5:10 NEG79).

Jésus-Christ a enseigné : « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré (charis) vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous font du bien, quel gré (charis) vous en saura-t-on? Les pécheurs aussi agissent de même » (Luc 6:32-33 NEG79). Conformément à l’enseignement de Jésus, ceux qui vivent par la grâce ne se contentent pas d’aimer ceux qui les aiment, et ne se contentent pas de faire du bien à ceux qui leur font du bien. La grâce ce n’est pas donner à celui qui nous redonne en retour, mais c’est donner sans rien attendre en retour. La gloire de la grâce c’est d’aimer ceux qui ne nous aiment pas, c’est de faire du bien même à ceux qui ne nous font pas du bien.

Dans l’Évangile selon Jean, il est écrit cet épisode : « Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément: En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera. Les disciples se regardaient les uns les autres, ne sachant de qui il parlait. Un des disciples, celui que Jésus aimait, était couché sur le sein de Jésus. Simon Pierre lui fit signe de demander qui était celui dont parlait Jésus. Et ce disciple, s’étant penché sur la poitrine de Jésus, lui dit: Seigneur, qui est-ce? Jésus répondit: C’est celui à qui je donnerai le morceau trempé. Et, ayant trempé le morceau, il le donna à Judas, fils de Simon, l’Iscariot. Dès que le morceau fut donné, Satan entra dans Judas. Jésus lui dit: Ce que tu fais, fais-le promptement. Mais aucun de ceux qui étaient à table ne comprit pourquoi il lui disait cela; car quelques-uns pensaient que, comme Judas avait la bourse, Jésus voulait lui dire: Achète ce dont nous avons besoin pour la fête, ou qu’il lui commandait de donner quelque chose aux pauvres. Judas, ayant pris le morceau, se hâta de sortir. Il faisait nuit. Lorsque Judas fut sorti, Jésus dit: Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même, et il le glorifiera bientôt » (Jean 13:21-32 NEG79). C’est intéressant de relever dans ce passage que c’est en lien avec le pain qu’il a donné à Juda sans lui faire aucun reproche, mais en le laissant aller au bout de la trahison, que Jésus dit à propos de lui-même : « Maintenant, le Fils de l’homme a été glorifié, et Dieu a été glorifié en lui. Si Dieu a été glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera en lui-même, et il le glorifiera bientôt. » C’est en lien avec sa démonstration de grâce envers Juda que Jésus parle d’avoir été glorifié et que Dieu a été glorifié en lui (en Jésus).

C’est pourquoi, Pierre a aussi exprimé : « Car c’est une grâce de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. En effet, quelle gloire y a-t-il à supporter de mauvais traitements pour avoir commis des fautes? Mais si vous supportez la souffrance lorsque vous faites ce qui est bien, c’est une grâce devant Dieu » (1 Pierre 2:19-20 NEG79). Il est glorieux de supporter des afflictions par motif de conscience envers Dieu, quand on souffre injustement. Dans ce sens, Jésus-Christ est l’expression parfaite de la gloire de Dieu, il est l’expression parfaite de la grâce de Dieu. Et la grâce de Dieu, dont on se saisit par le moyen de la foi, est un prérequis nécessaire pour être habilité à supporter la souffrance lorsqu’on fait ce qui est bien. C’est également ce dont Paul a aussi fait l’expérience lorsqu’il écrit : « Car ce qui fait notre gloire, c’est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant Dieu, non point avec une sagesse charnelle, mais avec la grâce de Dieu » (2 Corinthiens 1:12 NEG79). C’est par la grâce de Dieu, démontrée en son Fils Jésus-Christ, et à laquelle on accède au moyen de la foi, que cette réalité dont Paul, Pierre et Jean ont fait l’expérience, devient une réalité glorieuse dans la vie de celui qui vit sous la grâce par le moyen de la foi.

C’est pourquoi, Pierre invite ses lecteurs à grandir dans la grâce : « Vous donc, bien-aimés, qui êtes avertis, tenez-vous sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des impies, vous ne veniez à déchoir de votre fermeté. Mais croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. A lui soit la gloire, maintenant et pour l’éternité! Amen! » (2 Pierre 3:17-18 NEG79).

« Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur! » (2 Pierre 1:2 NEG79).

La crainte adhère au châtiment

33533398575_9ce42bb209_kDans la première lettre de Jean, qui est une aide pour déceler les hérésies, l’amour avec ses caractéristiques y est décrit comme caractéristique de la connaissance de Dieu et de la vérité à son sujet. C’est pourquoi Jean écrit : « Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres; car l’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. L’amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui. Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et a envoyé son Fils comme un apaisement[1] pour nos péchés. Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres. Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous. Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu’il demeure en nous, parce qu’il nous a donné de son Esprit. Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. Celui qui déclarera publiquement que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu. Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui » (1 Jean 4:7-16 ~NEG79).

En effet, ces choses s’accordent avec les paroles de Jésus : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n’est point jugé; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées; mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu » (Jean 3:16-21 NEG79).

Le « périssement » des hommes est déjà présent dans le monde. Le jugement par lequel les hommes sont jugés provient de leurs croyances appartenant aux ténèbres, qui produisent leurs œuvres mauvaises, et à cause desquelles ils ne viennent pas à la lumière et préfèrent les ténèbres, poussés par le désir que leurs œuvres mauvaises soient cachées. Dieu n’est pas dans l’ignorance des œuvres de chacun, et il n’est pas dans l’ignorance de ce qu’il se passe dans les ténèbres (cf. Psaume 139:11-12, Luc 12:2, Hébreux 4:13, Daniel 2:22). Mais celui qui agit selon la vérité fait des œuvres appartenant à la lumière, et de telles œuvres sont faites en Dieu, par Dieu, avec Dieu, à l’exemple du Fils de Dieu. Comme le Fils de Dieu, Jésus-Christ, l’a clairement exprimé : « Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé » (Jean 5:22-23 NEG79), « Vous jugez selon la chair; moi, je ne juge personne » (Jean 8:15 NEG79). Le Père céleste ne juge personne, le Fils non plus. Et tout le jugement que le Père a remis au Fils consiste à avoir un discernement clair entre ce qui appartient à la vérité et ce qui ne lui appartient pas, entre ce qui est conforme au Père et ce qui ne l’est pas, afin que lorsque le Fils prononce un jugement, c’est-à-dire lorsqu’il donne une opinion concernant toute chose, son jugement ne soit pas un jugement des personnes, mais un verdict concernant les manières de penser, les croyances des uns et des autres. Les hommes suivent les unes ou les autres manières de penser. Mais l’opinion donnée par le Fils concernant toute chose est conforme à la vérité qui est dans le Père. C’est pourquoi Jésus s’est exprimé en disant : « Et si je juge, mon jugement est vrai, car je ne suis pas seul; mais le Père qui m’a envoyé est avec moi » (Jean 8:16 NEG79). Le jugement du Fils est dans l’amour, par amour et pour l’amour. C’est pourquoi, « en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards en celui qui est le chef, Christ » (Ephésiens 4:15 NEG79). Dans le livre des proverbes, on trouve cette parole : « Voici encore ce qui vient des sages: Il n’est pas bon, dans les jugements, d’avoir égard aux personnes » (Proverbes 24:23 NEG79). C’est pourquoi Jésus n’a pas jugé ni condamné, par exemple, les pharisiens et les sadducéens, mais il a clairement mis en garde contre leurs enseignements, leurs fausses manières de penser, car « un peu de levain fait lever toute la pâte » (cf. Matthieu 16:11-12, Marc 8:15, Galates 5:9).

XKivj-900x562Dans la première lettre de Jean, il est écrit ensuite: « Tel il (Jésus-Christ) est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier » (1 Jean 4:17-19 NEG79). Il est écrit plus haut que Dieu est amour et ensuite ci-dessus que la crainte n’est pas dans l’amour. Le terme pour crainte est phobos qui signifie la peur, la terreur, la crainte. Le verbe correspondant est phobeo qui a le sens d’avoir peur, de s’enfuir, de faire fuir en terrifiant. De telles caractéristiques ne sont pas en Dieu. Il y a deux termes derrière le verbe bannir, il y a ballo qui signifie jeter ou laisser tomber une chose sans se préoccuper de l’endroit de la chute, suivi de exo qui signifie dehors, à l’extérieur. Ainsi, l’amour parfait abandonne la crainte et la laisse dehors. Le terme traduit par supposer est echo qui signifie avoir dans le sens de posséder, et le sens de se trouver ou se tenir soi-même de telle ou telle manière, mais il a aussi le sens de s’attacher à une chose, adhérer à, s’accrocher à. Le terme traduit par châtiment est kolasis qui signifie correction mais dans le sens de punition, de châtiment, de pénalité. Ainsi, la lettre de Jean révèle que celui qui vit dans la crainte est attaché au châtiment, à la punition. En d’autres termes, celui qui vit dans la crainte ne pardonne pas mais réclame un châtiment, il adhère à la punition, il y est favorable. Celui qui vit dans la crainte espère et souhaite le châtiment de ses ennemis. Mais celui qui est la vérité conforme au Père céleste a enseigné : « Mais je vous dis, à vous qui m’écoutez: Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent, bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent » (Luc 6:27-28 NEG79). Typiquement, c’est par le châtiment des fautifs que celui qui vit dans la crainte croit faussement qu’il pourra sauver sa propre vie et se protéger du mal, sans même avoir conscience que, ainsi, il perpétue le mal en y participant lui-même. Celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. Par ce qui est écrit dans la première lettre de Jean, nous comprenons que :

Il n’y a pas de châtiment dans l’amour.

Le châtiment existe en dehors de l’amour. C’est pourquoi celui qui vit dans l’amour ne craint pas de châtiment au jour du jugement (séparation, opinion donnée concernant toute chose), parce qu’il connait les caractéristiques de l’amour. Dieu est amour. Dieu sauve. C’est Jésus-Christ qui l’a fait connaître. Le châtiment existe et il est pratiqué parmi ceux qui ne vivent pas selon l’amour, mais qui vivent dans la crainte et dans les ténèbres, selon les caractéristiques du père du mensonge en qui il n’y a pas de vérité et qui est le meurtrier dès le commencement (cf. Jean 8:44, Matthieu 8:28-29). Celui qui châtie ne connaît pas l’amour avec ses caractéristiques. De même, la persécution de qui que ce soit vient par ceux qui vivent dans la crainte, parce qu’ils ne connaissent pas l’amour. Ils ne connaissent pas l’amour parce qu’ils ne connaissent pas Dieu, le Père qui a envoyé son fils Jésus-Christ (cf. Jean 15:20-21). Et ils ne connaissent pas le Père parce qu’ils ne connaissent pas le Fils qui a révélé le Père qui l’a envoyé.

Ainsi, si nous constatons encore une soif quelconque de châtiment, il est important de s’interroger sur les craintes présentes, car cette soif de châtiment n’est pas en Jésus-Christ, ni dans le Père céleste qui l’a envoyé. Et en cas de crainte, quelle qu’elle soit, elle est un indicateur qu’il est nécessaire d’avoir une plus grande révélation de l’amour de Dieu. C’est un amour à connaître et à se saisir avec foi. En sorte que comme Jean, le constat devienne : « Et nous, nous avons connu l’amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui » (1 Jean 4:16 NEG79).

« Que la grâce, la miséricorde et la paix soient avec vous de la part de Dieu le Père et de la part de Jésus-Christ, le Fils du Père, dans la vérité et l’amour! » (2 Jean 1:3 NEG79)

[1] Le terme original est hilasmos qui signifie apaisement, propitiation, le moyen d’apaiser. Ce terme est utilisé uniquement dans 1 Jean 2:2 et 4:10. Malheureusement, influencées par la tradition, de nombreuses versions dont la NEG1979, LSG, SG21, Colombe, TOB ont traduit par « victime expiatoire« , ou « sacrifice » comme la PDV, BFC, amenant certains parallèles avec la loi de Moïse qui sont trompeurs. D’autres versions comme la Bible du Semeur ont traduit hilasmos par « apaiser la colère de Dieu« , alors qu’il n’est pas parlé de colère de Dieu ni dans le terme original ni dans ces versets en questions. Par la vérité qui est en Jésus-Christ, il va de soi que ce n’est pas Dieu qui avait besoin d’être apaisé pour nos péchés, mais ce sont les hommes qui ont besoin d’un apaisement concernant leurs péchés et concernant ceux du monde entier. Dieu est Esprit et le fruit de l’Esprit c’est la paix (cf. Galates 5:22, Romains 4:17). L’opposé de la paix, c’est précisément la colère, l’irritation, et il est important de noter que la loi produit la colère (cf. Romains 4:15). De plus, l’enseignement de Jésus concernant la colère est clair, celui qui se met en colère contre son frère sera lié au jugement, sujet au jugement et responsable de jugement (cf. Matthieu 5:22). C’est là le sens du verbe echonos utilisé dans ce verset. L’amour ne s’irrite pas (cf. 1 Corinthiens 13:5). Dieu est amour. Aussi, c’est une erreur de projeter sur Dieu l’irritation/colère qui habite les hommes ignorants les caractéristiques de l’amour et ne connaissant pas Dieu (cf. 1 Jean 4:8). Dieu n’est pas à l’image des hommes du monde, mais Jésus-Christ est à l’image du Père céleste.

L’opposé du péché c’est la grâce, l’opposé de la mort c’est la justice

Dans sa lettre aux Romains, après avoir expliqué que la transformation qui amène à la droiture (cela s’appelle la justification) est le résultat du moyen de la foi et non le résultat de la loi, et après avoir expliqué que « par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes » (Romains 5:19 NEG79), Paul continue en disant : « Or, la loi est intervenue pour que l’offense abonde, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce règne par la justice pour la vie éternelle, par Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 5:20-21 NEG79).

Le terme traduit ci-dessus par la loi est nomos qui signifie toute chose établie, toute chose acceptée par l’usage. Le terme traduit par intervenir est pareiserchomai qui signifie s’introduire secrètement, se glisser. Le terme traduit par offense est paraptoma qui signifie tomber à côté, il a le sens de déviation par rapport à la vérité et la droiture. Le terme traduit par abonder est pleonazo qui signifie surabonder, se multiplier, faire accroître. Ainsi, il est important de comprendre le fait que toute chose établie et acceptée par l’usage, la loi, s’est glissée afin que la déviation par rapport à la vérité se multiplie ! Il va de soi que ce n’est pas Dieu qui est à l’origine d’une telle déviation et multiplication. Le terme traduit par péché est harmatia qui signifie faux état d’esprit, il a le sens de manière de penser contraire à la pensée de Dieu. Et là où les fausses manières de penser se sont multipliées, la grâce a abondé au-delà de la mesure. Le terme traduit par grâce est charis qui signifie bonté, volonté conforme à ce qui est bon, faveur, miséricorde. Charis a aussi le sens de ce qui fournit la joie, la douceur, la tendresse. La grâce a surabondé malgré la multiplication des fausses manières de penser dans les choses établies et acceptées par l’usage, et cela déjà parmi ceux qui ont précédé celui qui a rendu témoignage à la vérité, c’est-à-dire Jésus-Christ. Par leur foi, les hommes dit « du peuple de Dieu » avaient déjà goûté à la grâce, malgré leurs fausses manières de penser contraires à Dieu qui se sont multipliées. Paul dit que la surabondance de la grâce est là afin que, comme les fausses manières de penser ont régné par la mort, ainsi la grâce règne par la justice. On peut percevoir un parallèle que Paul fait dans ce qu’il exprime.

1. Le péché règne par la mort.
2. La grâce règne par la justice.

Paul place ainsi indirectement la grâce comme étant à l’opposé du péché, et la justice comme étant à l’opposé de la mort. Ainsi, on comprend que :

L’opposé du péché c’est la grâce, et l’opposé de la mort c’est la justice.

Le terme traduit par justice est dikaiosune qui signifie au sens large l’état de celui qui est comme il doit être, la condition acceptable par Dieu, et au sens étroit il signifie justice qui donne à chacun ce qui lui est dû. En conséquence, toute manière de penser contraire à la grâce est une fausse manière de penser qui appartient au péché. Et toute manière de penser qui contribue directement ou indirectement à la mort est une injustice, et donc une fausse manière de penser qui appartient au péché. Ainsi, celui qui cherche à faire mourir qui que ce soit se conforme à ce qui est injuste, à cause d’une fausse manière de penser. La mort est en soi, et dans tous les cas, une injustice. La pensée tout humaine, modelée par le père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement, considère le mal rendu pour le mal comme appartenant à la justice, et considère que faire mourir un meurtrier est conforme à la justice. Mais la vérité qui est en Jésus-Christ, et dont Paul parle ci-dessus, c’est que le mal pour le mal c’est de l’injustice. Celui qui agit selon la justice s’oppose au mal par le bien. Celui qui agit ainsi, en venant à bout du mal par le bien, est dans l’état de celui qui est comme il doit être, et pratique la justice. La justice conforme à la vérité qui est en Jésus-Christ, amène à comprendre que faire du bien à ses ennemis c’est leur donner ce qui leur est dû : l’amour qu’ils ne connaissent pas.

La grâce règne par la justice, c’est-à-dire par l’état de celui qui est comme il doit être. « La loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ » (Jean 1:17 NEG79). Celui qui est comme il doit être, le juste, vit par la grâce. C’est la grâce qui transforme les fausses manières de penser, c’est-à-dire le péché, pour amener à une manière de penser conforme à Dieu. Dieu est amour. Mais toute chose établie et acceptée par l’usage, la loi, s’est glissée afin que la déviation par rapport à la vérité se multiplie. Ce qui laisse percevoir des intentions contraires à Dieu dans les choses qui ont été établies et acceptées par l’usage. On peut observer dans les textes bibliques que dans les choses établies et acceptées par l’usage, la mort était même prescrite par les hommes au nom de Dieu. Cette prescription s’oppose à la vérité qui est en Jésus-Christ. Et Paul, qui étaient un fervent défenseur de telles prescriptions avant sa conversion à Jésus-Christ, relève que le péché a régné par la mort. Mais celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi, voit le péché perdre son emprise. C’est ce dont Paul avait aussi déjà fait l’expérience en disant : « Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi (nomos), mais sous la grâce » (Romains 6:14 NEG79). « C’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » (Ephésiens 2:8 NEG79). La délivrance du péché, c’est-à-dire le changement des fausses manières de penser, se produit par la grâce, au moyen de la foi. La grâce est le moteur de la transformation qui résulte du changement de manière de penser.

« Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice (dikaiosune). Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. Mais maintenant, étant affranchis (délivrés) du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6:20-23 NEG79). Paul met ici en opposition la mort qui est le salaire du péché et la vie éternelle en Jésus-Christ qui est un bon de Dieu. A noter ici, la mort c’est le salaire du péché. Ce n’est pas le salaire que Dieu verserait à celui qui pèche. Non, la mort est le salaire versé par le péché. La vie de Jésus-Christ, son enseignement conforme au Père, et la mort que lui ont infligé les hommes en sont le témoin. La mort est ce que « verse » quelqu’un dont la manière de penser est contraire à la pensée de Dieu. Dieu donne la vie et ressuscite les morts (cf. Jean 5:21). Celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi, voit la mort perdre son pouvoir et ne désire pas la mort de ses ennemis. Jésus-Christ en est le témoin.

« Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il (Jésus-Christ) y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est à dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude » (Hébreux 2:14-15 LSG). C’est le diable qui a le pouvoir de la mort. Et l’esclavage du péché, c’est-à-dire l’incapacité à sortir de fausses manières de penser, a régné par la mort, plus précisément par la peur de la mort. La conséquence c’est que les hommes ont cherché à sauver leur propre vie, donnant lieu à toutes sortes de manière de penser contraires à la vérité qui est en Jésus-Christ, et contraire au Père céleste qu’il a révélé. Par la crainte de la mort, les hommes sont incapables d’aimer leurs ennemis jusqu’à ne pas chercher à sauver leurs propres vies. Mais Jésus-Christ, par sa mort et par sa résurrection, « il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix » (Colossiens 2:15 NEG79). C’est ainsi qu’il réduit la crainte de la mort à néant pour celui qui vit sous la grâce, par le moyen de la foi en Celui qui ressuscite les morts: le Père céleste. Délivré de la peur de la mort, et avec une manière de penser conforme à Dieu, la conséquence est un amour semblable à celui manifesté en Jésus-Christ.

« Tel il (Jésus-Christ) est, tels nous sommes aussi dans ce monde: c’est en cela que l’amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l’assurance au jour du jugement. La crainte n’est pas dans l’amour, mais l’amour parfait bannit la crainte; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n’est pas parfait dans l’amour. Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier » (1 Jean 4:17-19 NEG79).

« Comme le Père m’a aimé, je (Jésus-Christ) vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour » (Jean 15:9 NEG79).

Bon arbre et mauvais arbre, discernement – 3ième Partie

…suite de l’article précédent.

bon-arbre-07Il est essentiel de discerner le bon arbre et le mauvais arbre, le bon trésor et le mauvais trésor. Il s’agit de discerner ce qui est de l’Esprit-Saint et ce qui est de tout autre esprit qui lui est contraire. Il n’est pas de trop de redire que ce discernement est de la plus haute importance, d’autant plus que Jésus dit clairement, qu’au jour du jugement (le terme est krisis qui signifie séparation, opinion donnée concernant toute chose), ce sont les paroles de chacun pour lui-même qui seront son propre juge, car c’est en fonction de nos propres paroles que nous serons déclarés/rendus justes ou que nous serons condamnés (cf. Matthieu 12:36-37). En parlant du jour du jugement/séparation (krisis), ou toute chose seront mises en lumière [1], Jésus place uniquement les paroles des hommes pour eux-mêmes dans la balance de leur justification ou de leur condamnation. Jésus a dit clairement : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie«  (Jean 5 :24 NEG79). Et la parole à écouter que Jésus vient de dire précédemment à cette phrase c’est : « En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, il ne fait que ce qu’il voit faire au Père; et tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. Car le Père aime le Fils, et lui montre tout ce qu’il fait; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, afin que vous soyez dans l’étonnement. Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut. Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils, afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père. Celui qui n’honore pas le Fils n’honore pas le Père qui l’a envoyé » (Jean 5:19-23 NEG79). Le Père ne juge personne, il ressuscite les morts et donne la vie. Jésus souligne l’importance d’écouter ce qu’il a dit là et de croire en Celui qui l’a envoyé. Il s’agit de croire en Celui qui ressuscite les morts et donne la vie: le Père tel que le Fils l’a révélé.

La condamnation et le jugement des hommes viennent de leurs propres paroles qu’ils prononcent, des paroles sans fondements qui ne produisent pas le fruit de l’Esprit (voir Galates 5:22). En d’autres termes, des paroles qui sont crues et exprimées par des hommes au sujet du Père, mais qui sont contraires à la vérité (l’Esprit) qui est en Jésus-Christ, sont et seront leur propre juge et condamnation jusqu’au dernier jour de ce monde. Mais la réalité de ce jugement/séparation est déjà valable dans le présent. C’est ce que Jésus a aussi fait entendre lorsqu’il a dit : « Celui donc qui me méprise et qui ne tient pas compte de mes paroles a déjà son juge: c’est cette parole même que j’ai prononcée; elle le jugera au dernier jour » (Jean 12 :48 BDS). Jésus dit clairement ici que cette parole-là, la première partie de ce verset, est le juge déjà maintenant et au dernier jour. Cette parole qui est le juge dit que le fait de ne pas tenir compte des paroles que Jésus a prononcées est ce qui juge les hommes déjà dans le présent. Typiquement les hommes se jugent/séparent entre eux à la mesure de leur propre jugement modelé par le père du mensonge, alors que ni le Père céleste ni le Fils ne jugent/séparent personnes. Et conformément aux paroles de Jésus, il en sera de même pour les êtres humains au dernier jour de ce monde…

D’ailleurs, on peut observer dans les évangiles que Jésus ne séparait pas lui-même les êtres humains, mais que ceux-ci se divisaient et se séparaient les uns des autres en réponse aux paroles de Jésus. Il y avait ceux qui s’attachaient aux paroles de Jésus et ceux qui les rejetaient et restaient attachés à leurs croyances reçues par les paroles de ceux qui ont précédé Jésus. Ces derniers ne goûtaient pas pleinement à la vie que Jésus donne. Dans les textes bibliques antécédents à Jésus, il était déjà écrit : « Chacun goûtera à satiété les fruits de ses paroles et se rassasiera de ce que ses lèvres ont produit. La mort et la vie sont au pouvoir de la langue : vous aurez à vous rassasier des fruits que votre langue aura produits » (Proverbes 18 :20-21 BDS). Cette parole issue des textes bibliques antérieurs à Jésus-Christ est profondément confirmée par les paroles de Jésus-Christ. Les choses écrites sont un témoin qui demeure avec l’existence de ces écrits. Les écritures sont leurs propres témoins et elles démontraient déjà un mélange du bon arbre et du mauvais arbre. C’est pourquoi Jésus s’appuyait sur les choses écrites, parce qu’elles sont un témoin. Mais le plus souvent Jésus en utilisait ce qui est conforme à la vérité mais sans répandre le mensonge (par ex. Matthieu 15:7-11, Matthieu 9:13, Luc 4:16-20), et lorsqu’il mettait en lumière certaines choses non conformes à l’Esprit-Saint, Jésus ne faisait pas le procès de ceux qui l’ont précédé, mais il renvoyait les auditeurs à leur propre part (par ex. Matthieu 19:7-8, Jean 8:1-11). Toutefois Jésus n’a pas caché la vérité à propos de ceux qui l’ont précédé (cf. Jean 10:8, 5:45). On peut voir aussi par exemple que Jésus a confirmé le déluge mais sans l’attribuer à l’œuvre de Dieu (cf. Matthieu 24:37-39, Luc 17:26-27). De même, Jésus a confirmé la destruction de Sodome mais sans l’attribuer à l’œuvre de Dieu (cf. Luc 17:28-29). Ceci rend témoignage à la vérité que Jésus a transmise en disant que c’est le voleur qui vient pour détruire (cf. Jean 10:10), et la vérité c’est que le Père n’est pas un voleur. La langue s’exprime aussi par l’écriture. Les textes bibliques sont un témoin historique à propos de ce que les hommes ont vécu comme événements et la manière dont ils les ont interprété. Les textes bibliques sont un témoin de ce que les hommes se sont dit et se sont transmis entre eux, notamment au sujet de Dieu (l’Esprit) et des choses de Dieu (l’Esprit). Des paroles (orales ou écrites) qui s’opposent à la vérité (à l’Esprit) qui est en Jésus-Christ ne contribuent pas à la vie, mais contribuent à la mort de l’âme et du corps par un esprit contraire à l’Esprit-Saint. Cela se produit chez celui qui s’attache à des paroles opposées à la vérité, sans discernement.

Si l’on revient sur le passage de Matthieu 12, sous l’éclairage des paroles de Jésus il est facile de discerner que lorsque ces croyants ont dit à propos de Jésus : « Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons » (cf. Matthieu 12 :24 NEG79), cette parole de l’écriture n’appartient pas à la vérité. Cette parole-là qui se trouve dans la Bible n’est pas « la Parole de Dieu », elle n’est pas une parole conforme à l’Esprit-Saint, elle n’est pas inspirée par l’Esprit-Saint. C’est une parole qui a été exprimée par des hommes sans discernement des esprits, sans discernement entre le bon arbre et un mauvais arbre. Ces hommes en face d’un bon fruit (chasser un démon hors d’un homme qui en est sous la domination), l’attribuaient faussement à un mauvais arbre. Jésus l’a mis en lumière et cela se trouve dans les textes bibliques qui en sont maintenant le témoin (Certains[2] qui ont été témoin de Jésus-Christ ont rapporté par écrit ce qu’il a dit en paroles, et ses actions). Il en est de même lorsque plusieurs Juifs ont dit à propos de Jésus : « Il a un démon, il est fou ; pourquoi l’écoutez-vous ? » (Cf. Jean 10 :20 NEG79). Il semble évident que quelqu’un qui, partant de l’idée très répandue que « toute parole de la Bible est La Parole de Dieu », voudrait prétendre que cette parole-là (Jean 10:20) de l’écriture est la Parole de Dieu (l’Esprit), irait à l’encontre de Celui-là même dont les textes bibliques rapportent qu’il est la vérité, c’est-à-dire Jésus-Christ. Cela reviendrait à faire Jésus menteur à propos de l’Esprit-Saint et de son fruit, et déclarer ces hommes comme disant la vérité. Bien sûr, cet exemple semble simple et évident. Mais cela démontre déjà que vouloir affirmer par exemple que « toute parole de la Bible est La Parole de Dieu (l’Esprit) » est contraire aux textes bibliques eux-mêmes, du moins contraire au contenu des évangiles et à ce que Jésus-Christ a enseigné, démontré et révélé. Ceci dit, il semble assez sûr d’affirmer que ceux qui ont rapporté par écrit l’ensemble de ces paroles/échanges entre Jésus et ces hommes (dans Matthieu 12), ont été de toute évidence inspiré par l’Esprit-Saint d’avoir mis ces choses par écrit. Car sans ce témoignage écrit, le discernement serait en souffrance de la même manière qu’il l’était avant la venue de Jésus-Christ. C’est Jésus-Christ qui a rendu témoignage à la vérité.

Alors qu’en est-il de ce que les hommes ont dit et enseigné avant que Celui (Jésus-Christ) par qui la grâce et la vérité sont venues se retrouve sur terre en chair et en os ? Qu’est-ce qui a poussé ces Juifs (dans Jean 10) à dire que Jésus a un démon, qu’il est fou, et sous-entendre qu’il ne faudrait pas l’écouter ? Le texte biblique nous rapporte qu’il y eut de nouveau à ce moment-là, à cause des paroles de Jésus, des divisions parmi les Juifs. Car d’autres disaient : « Ce ne sont pas les paroles d’un démoniaque ; un démon peut-il ouvrir les yeux des aveugles ? » (cf. Jean 10 :21 NEG79). Quelles étaient les paroles de Jésus qui produisaient une division (séparation) parmi les Juifs, au point que certains en soient venus à dire qu’il était démoniaque et fou ? Voici ces paroles :

bon-arbre-08« En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivront point un étranger; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. Jésus leur dit cette parabole, mais ils ne comprirent pas de quoi il leur parlait. Jésus leur dit encore: En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs (le terme est kleptes qui signifie celui qui détourne, c’est le nom transmis aux faux enseignants, qui n’ont pas soin d’instruire, mais abusent de la confiance pour leur propre gain) et des brigands (le terme est lestes qui signifie voleur, pillard); mais les brebis ne les ont point écoutésJe suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages [3]Le voleur (kleptes) ne vient que pour dérober (le terme est klepto qui signifie voler, dérober), égorger (le terme est thuo qui signifie sacrifier, immoler, tuer, égorger l’agneau pascal) et détruire (le terme est apollumi qui signifie détruire, démolir entièrement, mettre en ruine, tuer, déclarer que quelqu’un doit mourir); moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance. Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Mais le mercenaire, qui n’est pas le berger, et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse. Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se met point en peine des brebis. Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis. J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père » (Jean 10 :1-18 NEG79). On voit que Jésus est en train de parler du berger des brebis et de la porte de la bergerie. Jésus dit qu’il est la porte des brebis et qu’il est le bon berger. La caractéristique du bon berger c’est qu’il donne sa vie pour ses brebis. C’est un retournement complet de manière de penser que Jésus amène ici, surtout lorsqu’on sait que les « bergers » du peuple demandaient de sacrifier des agneaux pour satisfaire « Le Propriétaire » (Dieu) du « troupeau » (le peuple). Jésus dit que celui qui n’entre pas par la porte, c’est-à-dire qui n’entre pas par Jésus, est un kleptes et un lestes. Et en parlant des bergers, Jésus dit que tous ceux qui sont venus avant lui sont des kleptes et des lestes. Le terme original kleptes signifie celui qui détourne, mais c’est aussi le nom transmis aux faux enseignants, qui n’ont pas soin d’instruire, mais abusent de la confiance pour leur propre gain. En d’autres termes, les kleptes se préoccupent de sauver leur propre vie et ce qu’ils enseignent s’en trouve influencé. Jésus dit que les caractéristiques du kleptes c’est de voler (klepto), de faire des sacrifices dont l’agneau pascal (thuo), et de détruire, tuer, déclarer que quelqu’un doit mourir (apollumi). Et Jésus dit que tous ceux qui sont venus avant lui sont de ceux-là…! Conformément aux paroles de Jésus, ceux qui déclarent que quelqu’un doit mourir, ceux qui tuent, ceux qui détruisent, ou ceux qui font des sacrifices dont l’agneau pascal, tous ceux-là sont des kleptes qui détournent par leur enseignement, ils contribuent à un mauvais trésor, un mauvais arbre qui produit de mauvais fruit. Et effectivement, conformément au témoignage des textes bibliques antécédents à Jésus, tous les « bergers du peuple », et pas seulement eux, mais tous ceux qui ont précédé Jésus et que l’on retrouve dans les écrits bibliques, tous correspondent aux caractéristiques données par Jésus pour les kleptes. Les choses transmises par tous ceux qui ont précédé Jésus sont un mélange d’un mauvais arbre et d’un bon arbre, sans discernement. C’est Jésus qui a apporté le discernement.

A la lumière des paroles de Jésus, on comprend pourquoi certains Juifs l’ont considéré comme un fou et un démoniaque après avoir entendu ses paroles ci-dessus. Aujourd’hui, probablement que même de nombreux croyants qui confessent pourtant Jésus-Christ comme étant la vérité, prendront les affirmations de Jésus ci-dessus (celles dans Jean 10) pour démoniaques. Ou alors, certains essayent d’en donner une interprétation qui fait dire à Jésus autre chose que ce qu’il a dit, en sorte par exemple, de maintenir toutes les paroles de Moïse et toutes celles d’Élie sur un plan d’égalité avec les paroles de Jésus et sans contradiction avec Lui. Mais dans Jean 10, Jésus était en train de remettre en question une bonne partie de ce que les « bergers du peuple » et tous ceux qui sont venus avant lui ont transmis au nom de l’Éternel, sans discernement. Jésus dit aussi clairement que les brebis n’ont pas écouté les kleptes qui l’ont précédé et que le bon berger les sort de la bergerie. Il laisse ainsi comprendre que les brebis sont ceux qui ont écouté et se sont attachés aux paroles de Jésus. En d’autres termes, Jésus appelait brebis ses propres disciples, ceux qui le suivaient dans son enseignement, sa théologie, et Jésus les nourrissait en dehors de la bergerie. C’est ce qu’on peut observer dans les évangiles. Les brebis véritables ne suivent pas le troupeau, mais elles suivent le bon berger. Ceci mettait les chefs religieux, les pharisiens et les scribes hors d’eux-mêmes, d’autant plus que le monde (kosmos) allait après Jésus (voir Jean 12:19).

Jésus dit qu’il est la porte et si quelqu’un entre par lui, il sera sauvé et trouvera de quoi se nourrir. Mais sauvé de quoi ? En réalité, il s’agit d’être délivré d’une fausse manière de penser et d’une fausse manière de comprendre les choses qui est contraire à l’Esprit-Saint, donc contraire à la vérité et ne produit pas la vie (voir Jean 8:31-44). C’est une fausse manière de penser, un faux état de l’esprit, qui produit la mort de l’âme et du corps. Et conformément aux paroles de Jésus, quiconque déclare que quelqu’un doit mourir, ou quiconque tue, ou quiconque fait des sacrifices, ou quiconque qui détruit et qui vole, même s’il s’agit de faire cela à des ennemis, possède une manière de penser contraire à l’Esprit qui était en Christ, et sa manière de penser à ces sujets est contraire à l’enseignement que Jésus a transmis par cet Esprit. Dieu est Esprit. Jésus dit qu’il faut entrer par lui (Jésus-Christ), il est la porte pour être sauvé et pour trouver de quoi se nourrir. Mais de nos jours, combien de « bergers » et combien de « brebis » entrent réellement par la porte pour trouver de quoi se nourrir ? Combien de croyants entrent concrètement par l’ensemble des paroles de Jésus, qui nous révèle le Père et qui sont contenues dans les évangiles, lorsqu’ils lisent tout le reste des textes bibliques et les paroles que tous les autres ont exprimées à propos du Père ? Le monde (kosmos) n’a pas connu le Père, c’est Jésus qui l’a fait connaître tel qu’il est véritablement. Mais déjà bien avant la venue de Jésus, le Saint-Esprit avait déjà essayé de transmettre un certain nombre de choses à propos de la manière tordue des êtres humains de percevoir Dieu. Il s’est exprimé par la bouche des prophètes, et malgré le mélange dans ce qu’ils ont exprimé à cause de leur manière de penser issue d’un bon arbre et d’un mauvais arbre, l’Esprit-Saint a quand même transmis certaines choses contredisant la majorité du « peuple de Dieu » mais qu’ils n’ont pas voulu écouter parce qu’ils étaient enracinés dans leurs traditions (par ex: Jérémie 7:21-28, Amos 5:21-26, Psaume 40:7, Ésaïe 29:13).

La tendance naturelle tout humaine, et maintenue par la tradition, c’est de lire les paroles de Jésus à travers les lunettes des paroles de tous les autres, dont les paroles de ceux que Jésus qualifie de kleptes qui sont venus avant lui. Et la tendance est de considérer l’intégralité de l’enseignement de tous les autres et de ce qu’ils ont transmis au « nom de l’Éternel » comme totalement conforme à la manière de penser de Dieu (l’Esprit), et cela sans même tenir compte des paroles de Jésus… qui, lui, a vu le Père, connaît le Père et est venu du Père. Et malheureusement, c’est de cette manière que beaucoup se nourrissent dans les textes bibliques et aussi hors des textes bibliques, ils se nourrissent sans tenir compte des paroles de Jésus, alors que c’est Lui le pain de vie (voir Jean 6:32-36). La lecture de toutes sortes de livres, même ceux écrits par des croyants qui confessent Jésus-Christ, est rarement effectuée à la lumière des paroles de Jésus-Christ contenues dans les évangiles. Le trésor qui en résulte et qui habite de tels lecteurs est en général un mélange de bon et de mauvais, avec une importante proportion de mauvais, par manque de discernement entre le bon arbre et le mauvais arbre. Cela vient d’un manque de discernement entre l’Esprit de Dieu et tout autre esprit contraire. Le fruit qui en résulte est un mélange de bon et de mauvais fruit qui n’est pas à l’image de Jésus-Christ. Il n’y avait aucun mélange en Jésus-Christ, l’adversaire n’avait rien en lui (cf. Jean 14:30). Il y a un besoin essentiel de discernement dans ce que les êtres humains ont transmis, parfois « au nom de l’Éternel », et se transmettent encore sans avoir jamais vu Dieu (Dieu est Esprit). Cela est important pour chacun, c’est important pour soi-même. C’est uniquement Jésus-Christ qui a amené la vérité qui est nécessaire à ce discernement. Il n’y a pas d’autre nom par lequel nous puissions être rétablis, délivrés de nos fausses manières de penser et délivrés de nos fausses manières de comprendre les choses. En observant les êtres humains et le monde qui l’entoure, l’Ecclésiaste s’est exprimé en disant : « Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Ecclésiaste 1 :9 NEG79). Effectivement, déjà dans les écrits de l’ancien testament on lit que les hommes n’écoutaient pas la voix de Dieu (cf. Jérémie 7:28). Dieu semble avoir parfois parlé directement à voix audible, sans intermédiaire humain (ex. Matthieu17:5), mais pour la majorité du temps ce sont les hommes qui se sont exprimés au nom de Dieu. Dieu est d’ailleurs venu s’exprimer par une nature humaine : Jésus-Christ. Il en est de même depuis la venue de Jésus-Christ. Les croyants s’expriment et parlent de Dieu aux autres, mais sans avoir entendu (ou qu’à de très rares occasions) une voix audible de Dieu lui-même leur disant ce qu’ils doivent dire (cf. Jean 5:37). Il est donc essentiel de discerner ce qui est conforme à l’Esprit de Dieu et ce qui ne l’est pas.

let-there-be-lightAujourd’hui, à la lumière des paroles de Jésus-Christ on peut constater que les prescriptions que les hommes se sont transmises n’étaient pas toutes issues d’une voix audible de Dieu (l’Esprit-Saint), ni toutes conformes à sa manière de penser. On voit dans l’histoire biblique qu’il y a un mélange de bon fruit et de mauvais fruit, parce qu’il y avait une méconnaissance du bon arbre et du mauvais arbre. Les hommes bibliques avaient aussi en eux ce trésor qui est un mélange de bon trésor et de mauvais trésor. Et même après la venue de Jésus-Christ, même après qu’il ait fait clairement entendre sa voix directement audible et que le bon arbre ait été vu et entendu avec son propre fruit, on trouve déjà dans les lettres écrites aux églises/croyants du nouveau testament un certain nombre de choses transmises « au nom de Jésus-Christ », mais qui sont contraires aux paroles que Jésus-Christ a lui-même prononcées et qui se trouvent rapportées dans les quatre évangiles. Les quatre évangiles semblent avoir été mis par écrit malheureusement plus tardivement que les lettres aux églises/croyants. Ces lettres que l’on trouve dans la sélection des textes qui se trouve dans la Bible aujourd’hui. L’ensemble des paroles de Jésus et sa vie tel que mis par écrit dans les quatre évangiles, n’était de toute évidence pas intégré dans la manière de penser de certaines idées transmises dans certaines lettres. Par exemple, lorsque Moïse a saisi cette parole de Dieu : « C’est ma bonté tout entière que je veux te montrer et je proclamerai devant toi qui je suis. Je ferai grâce à qui je veux faire grâce, j’aurai pitié de qui je veux avoir pitié » (Exode 33:19 BDS). Moïse l’a apparemment comprise/interprétée comme si Dieu ne voulait pas faire grâce à tous, ni avoir pitié de tous. Et Paul a continué de transmettre cette idée-là, dont l’idée tordue aussi que c’est Dieu qui endurcit lui-même les êtres humains (cf. Romains 9:18). Mais la vérité démontrée en Jésus-Christ c’est que notre Père céleste fait grâce à tous. Il fait grâce à ceux à qui les hommes ne font pas grâce et il a pitié de ceux dont les hommes n’ont aucune pitié. Voilà ce que signifiait Exode 33:19. La vérité qui est en Jésus-Christ, c’est que ce n’est pas Dieu qui endurcit les êtres humains, mais ce sont les êtres humains qui s’endurcissent par leur rejet de la grâce de Dieu envers ceux pour qui ils n’ont aucune pitié… On observe cela dans les évangiles avec ceux qui s’opposaient à Jésus. Et Dieu est le même de toute éternité que ce qu’il a démontré en Jésus-Christ. Ce sont les êtres humains qui se privent de la grâce de Dieu et le rejettent par de fausses manières de penser et de comprendre les choses, et qui en privent les autres de la même manière qu’ils s’en privent eux-mêmes. Ainsi, nombreux sont ceux qui n’accèdent pas à la grâce de Dieu, malgré Dieu. Ce n’est pas Lui qui les rejette. De nos jours aussi, certains enseignements sont donnés « au nom de Jésus-Christ » tout en étant contraires aux paroles prononcées par Jésus-Christ lui-même, alors que les paroles de Jésus se trouvent pourtant aujourd’hui dans les textes bibliques, plus précisément dans les quatre évangiles qui n’étaient pas encore par écrit au temps du vécu du livre des Actes ou des lettres. Tout cela est aujourd’hui pourtant dans un même recueil, et accessible à un grand nombre. Mais sans le discernement des écritures par la vérité qui est en Jésus-Christ, des erreurs importantes de compréhension continuent d’être véhiculées et ces erreurs apportent des contradictions dans le caractère même de Dieu. Jésus s’était exprimé aux Sadducéens qui ne croyaient pas en la résurrection: « Vous êtes dans l’erreur, parce que vous ne comprenez ni les Écritures, ni la puissance de Dieu » (Matthieu 22:29 NEG79). Le terme traduit ici par comprendre est eido qui inclut le sens de voir et discerner. Il s’agit donc de discerner les Écritures de même que la puissance de Dieu.

Jésus-Christ a dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis » (Jean 10 :7 NEG79) et « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7 :13-14 NEG79). Jésus-Christ est la porte étroite par où entrer pour se nourrir de ce qui produit la vie. Il est la porte des brebis qui écoutent sa voix. Et Jésus est aussi le chemin resserré qui conduit dans la vérité tout entière par l’Esprit-Saint, il conduit dans la connaissance de notre Père céleste, qui mène à la vie, car il a dit ailleurs : « Je suis le chemin, la vérité et la vie…  » (Jean 14 :6) Jésus a encore dit : « Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira… Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres » (Jean 8 :31-32, 36 NEG79). Et Jésus parle ici d’être affranchi du péché, c’est-à-dire d’être délivré de ce mauvais état de l’esprit, nos fausses manières de penser.

Les brebis n’écoutent pas aveuglément tous ceux qui ont précédé Jésus et qu’il a qualifiés de kleptes [4]. Les brebis de Jésus ne suivent pas un troupeau, elles suivent le bon berger qui marche devant elles, et autour de Lui se forme un seul troupeau qui se trouve comme des brebis au milieu des loups (cf. Matthieu 10:16). Mais les brebis de ce troupeau doivent continuer à suivre Le Bon Berger. Elles le suivent parce qu’elles connaissent sa voix. Elles ne suivent pas la voix d’un étranger (voir Jean 10 :2-5). Mais combien sont ceux qui entrent concrètement par la porte étroite pour se nourrir dans l’intégralité des textes bibliques ? C’est-à-dire, combien sont ceux qui entrent par l’ensemble des paroles de Jésus-Christ contenus dans les quatre évangiles, pour approcher l’intégralité des textes bibliques ? Personnellement, durant des années je ne l’ai pas fait et le fruit en portait les syndromes : le fruit de l’Esprit était en souffrance, il y avait un gros mélange de bon et de mauvais fruit.

Il est écrit dans le livre des proverbes : « Voici le début de la sagesse: acquiers la sagesse, procure-toi le discernement (biynah qui signifie compréhension, discernement) au prix de tout ce que tu possèdes » (Proverbes 4 :7 BDS). Paul a écrit aux Colossiens : « Je veux, en effet, que vous sachiez à quel point il est grand, le combat que je soutiens pour vous, pour ceux qui sont à Laodicée et pour tous ceux qui n’ont jamais vu mon visage. Je combats ainsi afin que, unis dans l’amour, ils soient encouragés dans leur cœur et qu’ils soient enrichis d’une pleine intelligence pour connaître (epignosis qui signifie connaissance précise et correcte) le mystère (musterion qui signifie chose cachée) de Dieu, aussi bien du Père que de Christ (le texte grec n’a aucune mention du Père ici, mais seulement « de Dieu, Christ »). C’est en lui (Jésus-Christ) que sont cachés (apokruphos qui signifie caché dans le sens de renfermé, contenu) tous les trésors de la sagesse et de la connaissance (gnosis qui signifie connaissance générale dans le sens de compréhension). Je dis cela afin que personne ne vous trompe par des discours séduisants«  (Colossiens 2 :1-4 SG21). En d’autres termes, tous les trésors de la sagesse véritable et de la compréhension des choses de Dieu qui sont cachées à nos yeux, c’est-à-dire pas visibles au premier abord parce que Dieu est Esprit, sont en Jésus-Christ. Jésus-Christ est la sagesse de Dieu. Jésus-Christ est la compréhension au sujet de Dieu. Et lorsqu’on regarde aux paroles et à la vie de Jésus-Christ, telles qu’on les trouve dans les quatre évangiles, on comprend alors à quel point ce que les êtres humains appellent « sagesse » est une folie aux yeux de Dieu, et on comprend pourquoi la sagesse de Dieu passe pour folie aux yeux des hommes (cf. 1 Corinthiens 1:20-25). Car l’amour et la grâce, tels que Jésus les a démontrés sont folies aux yeux des êtres humains. Jésus-Christ est la sagesse de Dieu et la connaissance de Dieu notre Père, tel qu’il est véritablement. Aujourd’hui encore, les forteresses qui nous tiennent liées sont bien souvent celles de nos faux raisonnements (cf. 2 Corinthiens 10:4-5), mais c’est en Jésus-Christ que ces forteresses s’écroulent, car « en effet, nous n’avons aucun pouvoir contre la vérité. C’est seulement pour la vérité que nous en avons » (2 Corinthiens 13:8 BDS).

Que la grâce et la paix vous soient multipliées par la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ, notre Seigneur.

[1] En s’adressant à ses disciples, Jésus a dit : « Gardez-vous, de ce levain : l’hypocrisie des pharisiens. Car tout ce qui se fait en secret sera dévoilé, et tout ce qui est caché finira par être connu. Ainsi, tout ce que vous aurez dit en secret sera entendu ouvertement en plein jour, et tout ce que vous aurez chuchoté dans le creux de l’oreille, derrière des portes bien closes, sera crié du haut des toits en terrasses. » Luc 12 :1b-3 BDS

[2] A noter: Matthieu et Jean (le fils de Zébédée) ont vu et entendu les paroles de Jésus, ils faisaient partie des douze. Luc, qui est aussi l’auteur du livre des actes, a été récolter le témoignage de gens qui ont entendu et/ou vu Jésus. Marc, quant à lui, serait probablement un disciple de Pierre, celui dont il est parlé dans le livre des Actes.

[3] Sous-entendu de la nourriture dont les brebis ont besoin.

[4] Voir Jean 10 :8-10. Kleptes signifie celui qui détourne. Le nom est transmis aux faux enseignants, qui n’ont pas soin d’instruire, mais abusent de la confiance pour leur propre gain.