Bon arbre et mauvais arbre, discernement – 1ère Partie

Dans les textes bibliques, nous lisons que Jésus a dit qu’il est la vérité (cf. Jean 14:6) et qu’il n’est qu’un avec le Père céleste (cf. Jean 10:30), signifiant qu’il est dans une parfaite unité avec le Père. Le Père céleste est celui qui est l’Éternel dont les hommes ont parlé déjà dans les textes bibliques antécédents à Jésus, tout en ayant jamais vu ce Dieu dont ils ont parlé. Jésus-Christ, lui, est en parfaite unité avec le Père céleste, il a dit ce qu’il a vu chez le Père, c’est de Dieu qu’il est sorti et c’est de lui qu’il est venu (cf. Jean 8:42, Jean 8:38). Tout au long des textes bibliques antécédents à Jésus, on lit des passages qui annonçaient et laissaient percevoir la venue du Christ et qui pointaient vers lui. Il est donc essentiel de partir des paroles de celui dont les textes bibliques nous rapportent qu’il est lui-même la vérité, qu’il a vu ce que le Père fait et qui est venu du Père dans le monde (cf. Jean 16:28), il s’agit du fils unique Jésus-Christ. Il est fondamental de partir de ce point d’entrée de la vérité dans le monde pour lire tous les textes bibliques, quels qu’ils soient, et discerner les choses exprimées par les hommes à propos de Dieu et des choses de Dieu, parce que personne n’a jamais vu Dieu. Dieu est Esprit (cf. Jean 4:24).

bon-arbre-01Parmi les douze que Jésus a choisis, qui l’ont côtoyé de près et qu’il a enseignés, le disciple Jean, fils de Zébédée (cf. Marc 1 :19, Matthieu 4 :21, Luc 5 :10), a écrit que Jésus s’est adressé au Père en ces termes : « Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci (Jésus parle ici de ses propres disciples) qui ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux » (Jean 17 :25-26 LSG). Ailleurs, en s’adressant à certains Juifs, Jésus leur a dit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien. C’est mon Père qui me glorifie, lui que vous dites être votre Dieu, et que vous ne connaissez pas. Pour moi, je le connais; et, si je disais que je ne le connais pas, je serais semblable à vous, un menteur. Mais je le connais, et je garde (tereo qui signifie s’occuper soigneusement, prendre soin de) sa parole » (Jean 8 :54-55 NEG79). Et dans l’introduction de l’évangile qu’il a mis par écrit, ce même Jean, fils de Zébédée, a affirmé en s’appuyant sur ce qu’il a compris des paroles de Jésus: « Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître » (Jean 1 :18 LSG). C’est donc sur la base des paroles de Jésus qu’il a entendues que Jean dit que Jésus est le fils unique qui a fait connaître Dieu. On parle ici de celui, Dieu, que personne n’a jamais vu et que le monde n’a pas connu. Le terme traduit par monde est kosmos qui signifie l’univers, la terre et ses habitants. Jean, en parlant à partir de sa propre expérience et de celle d’autres disciples qui l’ont entouré, a écrit à propos du fils unique : « Et nous avons tous reçu de sa plénitude (ce qui est à son plus haut degré de développement), et grâce pour grâce, car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ » (Jean 1 :16-17 LSG).

Les textes bibliques nous rapportent donc que la connaissance de Dieu (celui que personne n’a jamais vu et que le kosmos n’a pas connu), ainsi que la grâce et la vérité sont venus par un seul homme : Jésus-Christ. C’est lui qui a fait connaître Dieu, notre Père céleste tel qu’il est véritablement. Alors partons de celui dont les textes bibliques rapportent qu’il est la vérité, le fils unique Jésus-Christ, regardons les paroles qu’il a prononcées et qui nous sont rapportées dans les textes bibliques. Les paroles que Jésus a prononcées doivent impérativement être la référence de départ de toute lecture des textes bibliques, que ces textes soient antécédents à Jésus ou succédant.

Jésus a laissé entendre que le kosmos n’a pas connu Dieu. Le kosmos n’a jamais vu Dieu. Alors regardons ce que Jésus a enseigné à propos du discernement, nécessaire pour connaître Dieu et les choses de Dieu, car personne n’a jamais vu Dieu, mais Jésus-Christ est sorti et venu de Dieu.

A des pharisiens qui croyaient que Jésus chassaient les démons par Béelzébul, prince des démons (voir Matthieu 12 :22-30), Jésus a dit : « Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. Ou dites que l’arbre est bon et que son fruit est bon, ou dites que l’arbre est mauvais et que son fruit est mauvais; car on connaît l’arbre par le fruit » (Matthieu 12 :31-34 NEG79). Ces croyants auxquels Jésus s’adresse prenaient l’esprit qui était en Jésus et par lequel il faisait les œuvres du Père pour un esprit démoniaque. Ainsi, ils parlaient contre le Saint-Esprit en le prenant pour le prince des démons. Cela se produisait parce qu’à travers l’enseignement qu’ils avaient reçu de leurs pères, ils n’avaient pas le discernement entre ce qui est conforme à l’Esprit de Dieu et ce qui ne l’est pas. Car personne n’a jamais vu Dieu. En enseignant dans le temple, Jésus s’est d’ailleurs écrié aux Juifs qui étaient là : « Vous me connaissez, et vous savez d’où je suis. Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m’a envoyé est vrai, et vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais; car je viens de lui, et c’est lui qui m’a envoyé«  (Jean 7 :28-29 LSG). En enseignant encore une fois dans le temple (voir Jean 8 :20), à ceux qui lui ont spécifiquement demandé où est son Père, Jésus répondit : « Vous ne connaissez ni moi, ni mon Père. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père«  (Jean 8 : 19 LSG). Il faut prendre conscience qu’en parlant de son Père, Jésus est en train de leur parler de l’Éternel, le Dieu auquel pourtant tous ces auditeurs de Jésus se référaient et au nom duquel ils agissaient. Et ces croyants pensaient certainement avoir du discernement en disant que Jésus chassait les démons par Béelzébul…

Ailleurs dans les textes bibliques, on trouve que Jésus a dit à une femme samaritaine : « Dieu est Esprit » (cf. Jean 4:24). Ainsi, nul n’a jamais vu Dieu, l’Esprit. L’Éternel est Esprit. De plus, les Juifs à qui Jésus s’adresse ne connaissaient pas ce Père qui l’a envoyé, c’est-à-dire Dieu lui-même [1], c’est-à-dire l’Esprit, cet Éternel dont les hommes ont parlé sans le connaître tel qu’il est. La conséquence est que ces croyants, Juifs, bien qu’étant tournés vers Dieu et appartenant pourtant au peuple descendant d’Israël (Jacob), confondaient l’œuvre de Dieu et l’œuvre d’origine démoniaque à cause de leur méconnaissance de l’Esprit-Saint (Dieu). Ils ne connaissaient pas Dieu, l’Esprit. Ils étaient sans discernement des esprits. Attribuer à une source démoniaque les œuvres du Saint-Esprit et attribuer au Saint-Esprit des œuvres d’origine démoniaque, c’est là ce que Jésus appelle dans ce passage : blasphémer contre l’esprit. Blasphémer contre le Saint-Esprit, c’est blasphémer contre Dieu lui-même, car Dieu est Esprit, il est l’Esprit-Saint qui est le même de toute éternité. Mais les hommes ne le connaissaient pas, ils ne savaient pas discerner cet Esprit-là (l’Esprit-Saint) des autres esprits.

bon-arbre-02Le terme pour péché qui est utilisé dans Matthieu 12 ci-dessus, c’est hamartia qui vient de hamartano et qui signifie par définition : erreur, faux état d’esprit. Cela consiste à un état de l’esprit, dont une manière de penser et une manière de comprendre les choses, qui est contraire à Dieu (l’Esprit). Pour mieux comprendre, on pourrait parler du péché en termes d’un esprit en mauvais état, un esprit qui est malade et qui a donc besoin d’être rétabli. Un esprit en mauvaise état pense de manière contraire à Dieu, contraire à l’amour. La loi de Dieu, telle que Christ l’a enseignée (voir Matthieu 5 :21-48) c’est l’amour [2], un amour tel qu’il a aussi démontré dans sa vie et par sa vie. Jusqu’à sa mort, sa résurrection et jusqu’à ce qu’il s’en aille auprès du Père, Jésus a démontré les caractéristiques véritables de l’amour, celles qu’il a enseignées.

Ce sont les manières de penser qui produisent les paroles et les actions (cf. Colossiens 1 :21). Jésus laisse comprendre, dans Matthieu 12, que tout faux état d’esprit sera pardonné aux hommes. Il s’agit de toute fausse manière de penser et toute fausse manière de comprendre les choses qui produit des actions mauvaises et qui a aussi pour conséquence des blasphèmes. Blasphémer consiste à porter des accusations graves et mensongères, des diffamations qui font perdre à quelqu’un sa réputation en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur et à sa considération. Jésus dit que tout cela sera pardonné aux hommes. Il est important de relever que Jésus ne donne aucune condition préalable nécessaire à ce pardon. Les mauvaises actions des hommes et leurs diffamations seront pardonnées aux hommes sans prérogative, même si celui qui est diffamé est la personne de Jésus-Christ dans son humanité – C’est ce que Jésus sous-entend lorsqu’il utilise l’expression « fils de l’homme » en parlant de lui-même, il s’agit là de son humanité – Cette affirmation de Jésus est valable pour tout fils/fille d’homme, c’est-à-dire pour tout être humain, quel qu’il soit. Conformément à ce que Jésus dit dans ce passage, tout péché et tout blasphème contre des êtres humains sera pardonné aux êtres humains sans aucune condition. Mais Jésus laisse clairement comprendre que celui qui porte des accusations mensongères [3] contre le Saint-Esprit, c’est-à-dire celui qui porte des diffamations déformant la réputation du Saint-Esprit en lui imputant un fait qui porte atteinte à son honneur et à sa considération, cela ne sera pas pardonné chez cette personne, ni dans le présent, ni dans les siècles à venir. Dans le passage de Matthieu 12, Jésus n’attribue aucune rancune à Dieu (l’Esprit). Il ne dit pas que ce serait Dieu qui tienne compte du blasphème contre le Saint-Esprit et ne veuille pas pardonner, chez la personne, le blasphème contre lui (Saint-Esprit). Mais Jésus laisse entendre que le blasphème contre le Saint-Esprit, en provenance d’une confusion, ne peut pas être pardonné, ni dans le présent, ni dans les siècles à venir. Le verbe pour pardonner est aphiemi qui signifie notamment envoyer au loin, ne tenir aucun compte de, oublier, laisser aller. Le nom correspondant est aphesis qui a le sens de libérer de l’esclavage. C’est donc la délivrance des fausses manières de penser (un faux état de l’esprit) qui n’est pas possible, ni dans le présent ni dans le futur. Cette délivrance n’est pas possible chez une personne qui ne différencie pas l’Esprit de Dieu d’avec les esprits mauvais et qui attribue à l’Esprit de Dieu des choses qui lui sont contraires et en vient ainsi à parler contre l’Esprit-Saint. La cause du problème ne se trouve pas au niveau des blasphèmes en tant que tels, mais dans le manque de discernement dont ils sont issus. Jésus démontre d’ailleurs clairement dans cette situation qu’il ne tient pas compte et ne condamne pas ces croyants auxquels il s’adresse, malgré leurs propos blasphémateurs. Pourtant, leur blasphème est porté précisément et déjà dans le présent contre le Saint-Esprit qui est en Jésus. Jésus démontre le pardon de sa part envers ces hommes. Jésus démontre le fait qu’il ne tient pas compte de ces blasphèmes, alors qu’il met pourtant en lumière que leur affirmation est un blasphème contre le Saint-Esprit qui est en lui. Jésus ne les accuse [4] pas, ne les juge [5] pas et ne les condamne [6] pas pour leur blasphème contre le Saint-Esprit. Il démontre là que le Saint-Esprit qui est en lui ne le fait pas. Dieu est Esprit et il est dans une parfaite unité avec Jésus. Jésus et le Père (l’Esprit) ne sont qu’un, parfaitement uni par l’esprit. Et tout ce que le Père (l’Esprit) fait, le fils le fait pareillement. Jésus fait tout ce qu’il a vu faire au Père (cf. Jean 5:19). Jésus leur pardonne donc sans condition préalable et il prend soin d’enseigner ces croyants et les avertit des conséquences, dans le présent et dans l’avenir, de leur fausse manière de penser et fausse manière de comprendre les choses. Ces conséquences sont valables pour ceux à qui Jésus s’adresse, mais aussi pour ceux qui suivent leurs fausses manières de penser. Jésus met en lumière leur manque de discernement des esprits et il leur parle des conséquences de ce manque de discernement: l’impossibilité d’être délivré des fausses manières de penser. Soit, l’impossibilité d’être guéri d’un esprit en mauvais état. En réalité, une confusion entre le Saint-Esprit et un esprit démoniaque amène l’homme, dans ce monde où l’on ne voit pas Dieu (l’Esprit), à rejeter des choses du Saint-Esprit par ignorance. bon-arbre-03Cela conduit à rejeter, par manque de discernement, des choses qui viennent de Dieu lui-même et à recevoir des choses en provenance d’esprits mauvais [7]. Le Saint-Esprit possède en lui-même la saine manière de penser, il est la saine manière de penser, il est le Dieu de toute éternité. Dieu est Esprit, il est l’Esprit-Saint, l’Éternel qui ne change pas. Ce que Jésus laisse aussi déjà percevoir en disant « Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’esprit ne sera point pardonné » (Matthieu 12 :31 NEG79), c’est que le Saint-Esprit peut amener l’esprit des hommes à être complètement rétablie et conforme à Dieu dans la mesure du discernement entre ce qui est conforme à l’Esprit-Saint et ce qui ne l’est pas. Le discernement est essentiel. Jésus est le discernement. Car Jésus est le témoin de la vérité conforme à l’Esprit-Saint. Et de même, l’Esprit-Saint rend témoignage de Jésus. Ceci s’accorde avec ces paroles de Jésus : « Mais le consolateur (parakletos qui signifie convoqué, appelé aux côtés, un aide, un avocat), l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera (hupomimnesko qui signifie remettre en mémoire) tout ce que je vous ai dit«  (Jean 14 :26 NEG79), et « Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l’Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi; et vous aussi, vous rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement » (Jean 15 :26-27 NEG79), et « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité… » (Jean 16 :13a NEG79).

A noter, depuis la venue de Jésus, le Père n’envoie pas l’Esprit-Saint en réponse à un autre nom, mais Jésus dit que c’est en son mon qu’il est envoyé. Depuis la venue de Jésus, le Saint-Esprit rend témoignage que Jésus est bien la vérité. Précédemment, le Saint-Esprit avait inspiré l’annonce de choses qui concernaient Jésus-Christ. Jésus est la vérité au sujet du Père (l’Esprit), la vérité à laquelle il est impératif de se référer. En présence d’Élie et de Moïse aux côtés de Jésus, la voix du Père (l’Esprit) s’est faite entendre pour Pierre, Jacques et Jean en ces termes: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection: écoutez-le! » (Matthieu 17:15 NEG79). Les hommes prenaient Élie et Moïse comme des références indiscutables au sujet de toutes choses qu’ils ont transmises au nom de Dieu. Et Pierre semblait vouloir mettre Élie et Moïse sur un plan d’égalité avec Jésus (cf. Matthieu 17:4), et c’est à ce moment précis que la voix du Père s’est faite entendre: Il faut écouter Jésus. Jésus a enseigné à ses auditeurs, par exemple, que c’est Moïse en qui ils ont mis leur espérance qui est leur accusateur (cf. Jean 5:45), mais que lui, Jésus, ne les accuserai pas devant le Père. Jésus a enseigné, par exemple, à Jacques et Jean qui avaient l’idée de faire comme Élie et de réduire des hommes en cendre, qu’ils ne savaient pas quel esprit leur inspirait de telles pensées! (cf. Luc 9:54-55, 2 Rois 1). Jésus est le seul nom par lequel les hommes peuvent être sauvés (cf. Actes 4:12), notamment parce qu’il est le seul qui a révélé la vérité au sujet du Père (l’Esprit), tel qu’il est véritablement et sans aucun mélange avec les œuvres du diable. C’est Jésus qui a fait connaître le Père, alors que ni Moïse, ni Élie, ni personne d’autre ne pouvaient le faire connaître tel qu’il est véritablement. Moïse, Élie et tous ceux qui sont venus avant Jésus font partie du kosmos dont Jésus dit qu’il n’a pas connu Dieu (voir aussi Jean 10:8-10). C’est pourquoi c’est en Jésus, en son nom à lui, que l’Esprit-Saint est maintenant envoyé. Le terme traduit par nom est onoma qui signifie noms propres à chacun. Le nom est utilisé pour tout ce qu’il recouvre, tout ce qui est pensé ou ressenti quand il est amené à l’esprit par sa mention, en entendant ce nom, en s’en rappelant, tant par le rang, l’autorité, les actions etc. Et il s’agit ici du nom du fils unique, celui qui est à l’image du Père, celui qui est l’expression parfaite de son être (cf. Hébreux 1:3). En parlant du nom de Jésus, il s’agit donc de tout ce qui est pensé et amené à l’esprit lorsque son nom est mentionné, tout ce qui est conforme à la vérité qu’il a révélée et qui est inclue en Jésus. Il faut prendre conscience que le nom avec lequel notre Père céleste (l’Esprit) a envoyé son fils unique c’est « Yeshua » qui signifie « Dieu sauve« . Il n’y a aucune condition dans la vérité que c’est Dieu qui sauve, et Jésus en a fait la démonstration autour de lui. Mais Jésus a aussi enseigné et démontré que c’est l’ignorance de la vérité qui empêche les hommes de faire la pleine expérience du salut de Dieu. Il peut y avoir toutes sortes de pensées ou d’idées préconçues qui viennent à la mention du nom « Dieu », et d’autres qui viennent aussi à la mention du nom « Jésus », et qui ne correspondent pas à ce que Jésus a enseigné et démontré à leur propre sujet mais qui sont modelées par tous ceux qui ont précédé Jésus. Et ce sont ces idées fausses, ces fausses manières de penser, celles qui ne correspondent pas à ce que Jésus a enseigné et démontré, qui poussent les hommes à rejeter la vérité qui sauve (délivre, libère, restaure, rétabli, guéri, béni). L’esprit des hommes reste alors dans un mauvais état, avec de fausses manières de penser et avec de fausses manières de comprendre les choses… Toutefois, le Père envoie l’Esprit-Saint en lien avec le nom de Jésus, mais pas en lien avec un autre nom. Car le Saint-Esprit rend témoignage à la vérité et Jésus-Christ est la vérité. Et Jésus a dit: « Si donc, méchants comme vous l’êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison le Père céleste donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent » (Luc 11 :13 NEG79).

Le Père donne de bonnes choses. Le Saint-Esprit est une bonne « chose » que le Père céleste donne à ceux qui le lui demande, et qui demeure éternellement avec nous (cf. Jean 14:16). Dieu seul est bon. Dieu est Esprit et le Saint-Esprit donne de bonnes choses. Il y a un véritable besoin de l’aide de l’Esprit-Saint (Dieu) d’une part, mais aussi un besoin du témoignage des paroles de Jésus et de sa propre vie d’autre part. Car l’Esprit de Dieu s’il n’est pas associé à la vérité que Jésus-Christ a enseignée et démontrée ne produit pas dans ce monde un résultat très différent de celui qu’ont vécu et transmis Élie, Moïse, et tous ceux qui sont venus avant Jésus… et c’est le cas aussi depuis Jésus, pour ceux qui ne tiennent pas compte de la vérité qui est en Jésus-Christ. L’esprit des hommes étaient déjà dans un mélange et une confusion avant Jésus. Il leur manquait le discernement que Jésus a apporté et c’est pourquoi le Saint-Esprit pointait déjà vers Jésus comme d’une nécessité salutaire. C’est Jésus qui est le témoin de l’Esprit-Saint et l’Esprit-Saint est le témoin de Jésus. L’Esprit-Saint était déjà le témoin de Jésus bien avant même la venue de Jésus-Christ. C’est par l’inspiration de l’Esprit-Saint que des hommes ont annoncé des choses qui se référaient à Jésus, sans forcément en avoir conscience sur le moment. Toutefois, il leur manquait le discernement de ce qui était de l’Esprit de Dieu et ce qui ne l’était pas, ainsi ils ont transmis un mélange qui est présent même dans leurs paroles prophétiques. Toutefois ce qui annonçait la venue du Christ était suffisamment perceptible pour que le peuple s’attende au Christ (cf. Matthieu 11:3, Luc 7:19-20, Jean 1:41, 4:25-26).

La confusion entre les esprits mauvais et l’Esprit de Dieu (l’Esprit-Saint) amène à rejeter la vérité par manque de discernement. Car le Saint-Esprit est l’Esprit de vérité (cf. Jean 16 :13). Sans le témoignage du fils unique, Jésus-Christ, il est impossible de discerner et de comprendre les choses correctement. Le rejet de la vérité que Jésus-Christ a enseignée et démontrée est ce qui maintient le croyant dans des fausses manières de penser qui produisent sa propre condamnation, en le maintenant sous le pouvoir du mal et dans les ténèbres, ou régulièrement à l’écart de la lumière à cause de ses œuvres mauvaises (cf. Jean 3 :17-21). Un tel croyant ne peut pas être délivré de l’esclavage du péché. Il reste esclave de fausses manières de penser et de fausses manières de comprendre les choses. Un tel croyant ne peut pas parvenir à vaincre le mal pour atteindre le stade adulte dans la foi (voir 1 Jean 2:12-14). C’est pourquoi le discernement de ce qui est conforme à l’Esprit-Saint qu’apporte Jésus-Christ est fondamental. Il s’agit de discerner les manières de penser et de compréhension des choses, discerner celles qui sont conformes à la vérité qui est en Jésus-Christ et celles qui ne le sont pas. Et cela est essentiel aussi pour ce que les hommes ont exprimé avant, pendant et après Jésus. Pour ce discernement, trois choses sont nécessaires: la connaissance du Père tel que Jésus l’a révélé, la connaissance du Fils tel que Jésus l’a révélé, et la connaissance du Saint-Esprit tel que Jésus l’a révélé. Le Fils unique est central. Ce qui est avant pointe vers le Fils unique et ce qui est après pointe vers le Fils unique. Car c’est lui l’image visible du Dieu invisible et l’expression parfaite de son être. Tout ce qui vient à la pensée lorsqu’on entend le nom « Père céleste », ou le nom « Fils », ou le nom « Saint-Esprit » se doit d’être conforme à ce que Jésus-Christ a enseigné et démontré au sujet de ces trois noms qui sont dans une parfaite unité d’esprit. Et c’est à cette parfaite unité d’esprit que Dieu (l’Esprit) désire joindre ses disciples (cf. Jean 17:22-23, 11). C’est pourquoi aussi Jésus a laissé entendre, à ses propres disciples, que pour faire des disciples il est nécessaire d’être immergé dans le nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (cf. Matthieu 28:18-20). Il s’agit d’être immergé dans les caractéristiques véritables du Père, celles du Fils et celles du Saint-Esprit telles que Jésus-Christ les a révélées. C’est Jésus qui a fait connaître le nom du Père, l’Esprit, tel qu’il est véritablement dans ce qui le qualifie.

A suivre…

_

[1] Dans Jean 6 :27, en parlant de la nourriture qui subsiste éternellement, Jésus dit : « …que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, que Dieu lui-même a marqué de son sceau ». Jésus explicite que le Père c’est Dieu lui-même. Voir aussi Jean 20 :17, où Jésus dit à Marie de Magdala qui l’a vu après sa résurrection : « Va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu »

[2] Cf. Matthieu 22 :37-40 BDS « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta pensée. C’est là le commandement le plus grand et le plus important. Et il y en a un second qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’enseignent la loi et les prophètes est contenu dans ces deux commandements. » Cf. Romains 13 :10 BDS « Celui qui aime ne cause aucun mal à son prochain. Aimer son prochain, c’est donc accomplir toute la loi. »

[3] Parce qu’il y a confusion entre l’Esprit-Saint et un esprit démoniaque.

[4] Accuser signifie déférer quelqu’un en justice pour une faute commise.

[5] Juger signifie prononcer une sentence à propos de quelqu’un. Mais le terme signifie aussi évaluer la valeur de quelqu’un. Dans le terme original krino il y a le sens de séparer.

[6] Condamner signifie déclarer qu’un acte est répréhensible et que l’auteur est passible d’une peine, et la lui infliger.

[7] Ces esprits mauvais ne sont pas forcément externes aux hommes mais peuvent être simplement d’autres hommes.

La mort et la vie: au pouvoir de la langue – 2ième Partie

…suite de l’article précédent.

L’apôtre Jacques qui écrit à une église avec apparemment un bon nombre de croyants qui sont au stade d’enfant dans leur union avec le Christ, va souligner la puissance des paroles dans le sens du bien comme dans le sens du mal: « De la même bouche sortent bénédiction et malédiction. Mes frères, il ne faut pas qu’il en soit ainsi » (Jacques 3:10 BDS). Jacques dit même que les paroles donnent une indication de maturité dans l’union avec le Christ: « Celui qui ne commet jamais de faute dans ses paroles est un homme parvenu à l’état d’adulte, capable de maîtriser aussi son corps tout entier » (Jacques 3:2 BDS). 

Mortetvie6De même, Paul invite les Ephésiens à prendre soin de leurs paroles, notamment envers les autres: « Ne laissez aucune parole blessante franchir vos lèvres, mais seulement des paroles empreintes de bonté. Qu’elles répondent à un besoin et aident les autres à grandir dans la foi. Ainsi elles feront du bien à ceux qui vous entendent. N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu car, par cet Esprit, Dieu vous a marqués de son sceau comme sa propriété pour le jour de la délivrance finale » (Ephésiens 4:29-30 BDS). Paul laisse même comprendre ici que ce sont nos paroles qui ont le potentiel d’attrister le Saint-Esprit. L’Esprit de Dieu est l’Esprit de vérité, la vérité est la Parole de Dieu, et c’est Jésus qui est la vérité, la Parole de Dieu faite homme. Jésus n’a dit que la vérité, la vérité se trouve en Christ, elle l’habitait. Il a démontré ce que la vérité dit et aussi, ce qu’elle ne dit pas mais que les hommes ont prétendu que Dieu dit… Il a démontré ce que la vérité fait et aussi, ce qu’elle ne fait pas mais que les hommes ont prétendu que Dieu fait… Des paroles blessantes dans leurs intentions et dépourvues de bonté sont à l’opposé de la vérité. Elles sont à l’opposé de la valeur des hommes aux yeux de Dieu. Elle sont à l’opposé de son amour qui l’a amené jusqu’à donner sa vie pour nous alors que nous étions encore des pécheurs (cf. Romains 5:7-8), c’est-à-dire hostiles à Dieu et commettant le mal. Des paroles qui ramènent la vérité qui est en Christ au sujet des hommes et de leur valeur véritable que Dieu a démontrée en Christ jusqu’à la croix, ces paroles aident à grandir dans la foi. Ces paroles aide à grandir dans la confiance en Dieu, à cause de son amour et de sa bonté véritable démontrée par l’enseignement et la vie de Christ. Ce sont des paroles qui parlent de l’amour de Dieu et de la réalité de sa grâce qui amènent le changement du cœur (voir aussi Le cœur est affermi par la grâce). Ces paroles sont la vérité qui rend libre. Ces paroles sont la vérité qui délivre du péché en tant que force agissante dans la nature de l’homme, et le délivre de l’œuvre du mal dans sa vie et à travers sa vie. Ceci se passe pour celui qui croit ces paroles conformes à la vérité qui est en Christ. Jésus a dit lui-même à ses disciples : « Vous aussi, vous avez déjà été purifiés grâce à l’enseignement que je vous ai donné«  (Jean 15:3 BDS). C’est aussi pourquoi, Paul dit aux Colossiens: « Que votre parole soit toujours empreinte de la grâce de Dieu et pleine de saveur pour savoir comment répondre avec à-propos à chacun » (Colossiens 4:6 BDS). Il s’agit de démontrer la bonté de Dieu, mais:

On ne peut démontrer la bonté de Dieu aux autres, seulement à la mesure de notre propre révélation et expérience personnelle de sa bonté.

La confiance en Dieu vient de la connaissance de Dieu et de Jésus-Christ. C’est cette connaissance, si elle est correcte, qui amène une connaissance intime de l’amour de Dieu. La connaissance correcte nous est donnée à travers Jésus-Christ qui est la vérité (cf. Jean 14:6). Et « la foi naît du message que l’on entend, et ce message c’est celui qui s’appuie sur la parole du Christ«  (Romains 10:17 BDS). La parole du Christ est la parole véritable conforme à la vérité au sujet de Dieu, au sujet des hommes et des réalités de ce monde visible (terrestre) qui est régi par des réalités invisibles (célestes). La foi, cette confiance en Dieu, vient donc des paroles que l’on entend, pour autant que ces paroles soient la vérité, c’est-à-dire qu’elles s’appuient sur la parole du Christ. Car cette parole du Christ, la parole de vérité au sujet de Dieu et des hommes, n’avait pas été dites avant Jésus. La parole dite avant lui par les hommes au nom de Dieu, était mélangée avec une pensée toute humaine. Jésus a été clair en disant: « Tous ceux qui sont venus avant moi étaient des voleurs (kleptes qui signifie celui qui détourne, nom utilisé pour les faux enseignants qui n’ont pas soin d’instruire mais abusent de la confiance pour leur propre gain) et des brigands. Mais les brebis (ses disciples) ne les ont pas écoutés » (cf. Jean 10:8 BDS). Il s’agit donc de croire ce que Christ a révélé concernant Dieu, mais que le monde, y compris les plus grands hommes de Dieu, n’avait pas compris avant sa venue. Ils ne le comprenaient pas, à cause d’une pensée modelée par le monde visible qui reflète l’œuvre du mal. Aujourd’hui encore, nombreux sont les croyants qui voient leur cœur rempli de doutes. En général, ces doutes proviennent du message qu’ils ont entendu, qu’ils continuent d’entendre autour d’eux, et qu’ils croient et continuent de croire. Le message qu’ils entendent et croient ne suscite pas la foi. C’est un message souvent mélangé et qui s’appuie en partie sur ce qu’on dit les hommes de l’Ancien Testament, au lieu de s’appuyer pleinement sur la parole du Christ. Christ est le bon berger qui donne sa vie pour ses brebis (cf. Jean 10:9-11). Nombreux sont les croyants qui ne comprennent pas ce qu’ils lisent dans l’Ancien Testament et ne discernent pas les pensées toutes humaines mélangées à la pensée de Dieu. Alors qu’il venait d’aborder le retour du Seigneur et l’importance d’être pur et sans reproche devant Dieu, et d’être dans la paix qu’il donne, Pierre avait déjà fait le constat suivant: « Comprenez bien que la patience du Seigneur est le salut des hommes. Paul, notre frère bien-aimé, vous l’a aussi écrit avec la sagesse que Dieu lui a donnée. Il l’a fait comme dans toutes ses lettres, où il aborde ces sujets. Certes, il s’y trouve des passages difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies déforment le sens, comme elles le font aussi – pour leur propre ruine – des autres textes de l’Écriture » (2 Pierre 3:15-16 BDS).

Mortetvie7Ainsi, l’esprit de ces croyants est dans la confusion à cause de leur incompréhension de l’Ancien Testament, parce qu’ils ne le lisent pas avec les lunettes de la vérité que Christ a révélée (voir aussi 2 Corinthiens 3:14). Ils n’arrivent pas à discerner, ni même à croire que certaines perspectives étaient tordues par une manière de penser tout humaine, qui attribue à Dieu le mal et place dans sa bouche des paroles de malédiction contre les hommes. De tels croyants restent dans l’ignorance parce qu’ils n’ont pas la foi, et ils n’ont pas la foi parce que le message qu’ils entendent et croient n’est pas celui de la grâce démontrée en Christ (cf. 1 Timothée 1:13-14). Pourtant Jésus a démontré la vérité concernant Dieu. Il a démontré que Dieu n’est pas un voleur qui vient pour voler, pour tuer et pour détruire (cf. Jean 10:10), mais que Dieu donne la vie, il délivre, libère, restaure, guérit, rétablit. En résumé: Dieu sauve (Yeshua). L’apôtre Jean dit que Jésus leur a clairement dit qu’il n’y a aucune trace de ténèbres en Dieu (cf. 1 Jean 1:5). L’idée du mal n’est même pas en Dieu. L’Amour ne conçoit pas le mal et il n’en tient pas compte (cf. 1 Corinthiens 13:5). Ce n’est pas pour rien que lorsque Jésus s’entretient avec Elie (représentant des prophètes) et Moïse (représentant de la loi de Moïse avec ses prescriptions données en marge du décalogue), le Père fait entendre sa voix à Pierre, Jacques et Jean qui sont présents et leur dit: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qui fait toute ma joie. Ecoutez-le! » (Matthieu 17:5 BDS, Marc 9:7, Luc 9:35). Contrairement à tout homme de Dieu avant lui, il n’y avait aucun mensonge en Christ, rien de corrompu dans sa nature. Sa manière de penser était totalement conforme à Dieu. Toutes ses paroles correspondaient à l’intention de Dieu, et il n’a fait que les œuvres du Père. C’est pourquoi c’est Jésus que le Père souhaite que nous écoutions attentivement. Il a enseigné et démontré une image totalement correcte de Dieu. C’est à travers Christ que la vérité qu’il a révélée met en lumière les mensonges de l’ennemi au sujet de Dieu. Lorsque la vérité est rétablie au sujet de Dieu, la confiance en Lui est présente, car Dieu est amour et il n’y a pas de mal en lui.

La confiance en Dieu est à la mesure de la connaissance de la vérité à son sujet.

Au début de sa lettre, Jacques souligne déjà la réalité de la grâce de Dieu et comment on y accède: « Si l’un de vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui la lui donnera, car il donne à tous généreusement et sans faire de reproche. Il faut cependant qu’il la demande avec foi, sans douter, car celui qui doute ressemble aux vagues de la mer agitées et soulevées par le vent. Qu’un tel homme ne s’imagine pas obtenir quoi que ce soit du Seigneur. Son cœur est partagé, il est inconstant dans toutes ses entreprises » (Jacques 1:5-8 BDS). Jacques est très clair sur le fait que le doute, l’absence de foi, est l’obstacle qui empêche de recevoir ce qu’on demande (voir aussi Le doute: conséquence d’un cœur partagé). Il est important de relever que Dieu donne à tous sans faire de reproche ! Jacques souligne ici que la problématique du fait de ne pas recevoir est du côté du demandeur et non du côté de la volonté de Dieu (voir aussi Jacques 3:1-4). C’est rempli d’amour pour les hommes que la préoccupation principale de Jésus, en pensant à son retour, c’est: « Alors, pouvez-vous supposer que Dieu ne défendra pas le droit de ceux qu’il a choisis et qui crient à lui jour et nuit, et qu’il tardera à leur venir en aide? Moi je vous dis qu’il défendra leur droit promptement. Seulement, lorsque le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre? » (Luc 18:7-8 BDS). Jésus laisse aussi comprendre que le fait de voir Dieu tarder à agir, ne vient pas de la volonté de Dieu qui, de plus, agit promptement, mais le problème est au niveau de l’absence de foi… A noter: Il est important d’entendre ces choses sans recevoir de la culpabilité, mais dans une perspective de chercher à connaître la vérité qui donne accès à toute la plénitude qui vient de Dieu et qui se trouve en Christ (cf. Colossiens 2:10, 2:3). Car cette plénitude ne peut être vécue uniquement par le moyen de la foi et pas autrement. L’incrédulité des hommes est malheureusement ce qui les maintient sous le pouvoir du dominateur de ce monde, alors qu’il est déjà condamné (cf. Jean 16:11) et que Christ a désarmé toute Autorité et tout Pouvoir à la croix (cf. Colossiens 2:13-15). A noter, Paul illustre cette réalité, en disant que l’acte qui établissait nos manquements à l’égard des commandements a été annulé à la croix. Paul le verbalise ainsi parce qu’il regarde les choses avec les lunettes des prescriptions de Moïse. En vérité, c’est l’effacement (pardon) des péchés qui permet la vie et Christ a enseigné et démontré le pardon déjà avant sa mort sur la croix (voir aussi Dossier: Le point sur le pardon des péchés). Mais le don de sa vie jusqu’à la croix, sans aucune manifestation à l’encontre de ses ennemis, démontre le pardon de Dieu de manière puissante et indéniable.

Mortetvie8Les disciples se sont réjouis de constater que même les démons leur étaient soumis, lorsqu’ils leur donnaient des ordres au nom de Jésus (cf. Luc 10:17). Mais lorsqu’ils n’ont pas réussi à guérir un épileptique, Jésus s’exprime à toutes les personnes présentes et leur dit: « Génération incrédule et perverse, répondit Jésus, jusqu’à quand serai-je avec vous? Jusqu’à quand devrai-je vous supporter? Amenez-le-moi ici » (Matthieu 17:17 SG21). Ici aussi, il faut entendre ce que Jésus dit avec les caractéristiques de l’amour et avec le sens de ce qu’il dit. Jésus relève ici que cette génération est sans foi (incrédule), c’est-à-dire incroyante et sans confiance en Dieu. Ce n’est pas une dévalorisation de ses auditeurs, mais c’est un cri du cœur de Jésus qui soupire à ce que les hommes croient à ce qu’il leur dit, et qu’il leur démontre concernant Dieu, et concernant son règne et sa justice, afin que les hommes soient délivrés de l’œuvre du diable. Jésus dit que cette génération est pervertie, c’est-à-dire qu’elle a une manière de penser qui est déformée, corrompue, qui ne correspond pas à la pensée de Dieu. Et c’est la raison de l’absence en eux de la foi, et qui est le moyen qui les sauverait. Rempli d’amour, Jésus se demande jusqu’à quand il sera nécessaire qu’il soutienne et aide cette génération là. Car il sait qu’il ne restera pas indéfiniment au milieu d’eux, et que chaque être humain doit se saisir pour lui-même des clés du règne de Dieu. Mais ces clés impliquent le moyen de la foi, car les réalités qui régissent le monde visible se trouvent dans l’invisible. Jésus sait qu’il devra remonter auprès du Père afin d’envoyer le Saint-Esprit, pour que tout homme qui croit puisse faire les mêmes œuvres que lui, c’est-à-dire détruire les œuvres du diable et cette lutte n’est pas contre des hommes (cf. Ephésiens 6:10-18). Jésus n’est pas entrain de reprendre ses disciples comme le ferait un homme excédé, conduit par une nature sans Dieu. Mais le cœur de Jésus souffre de voir les hommes être incrédules et ne pas réussir à se saisir des réalités du règne de Dieu afin qu’ils soient sauvés. Car l’incrédibilité est ce qui les maintient sous le pouvoir du dominateur de ce monde, ce qui les maintient victimes du mal. Dans ce passage, les disciples n’ont pas compris la problématique de l’incrédulité. « Alors, les disciples prirent Jésus à part et le questionnèrent: Pourquoi n’avons-nous pas réussi, nous, à chasser ce démon? Parce que vous n’avez que peu de foi, leur répondit-il (Jésus). Vraiment, je vous l’assure, si vous aviez de la foi, même si elle n’était pas plus grosse qu’une graine de moutarde, vous pourriez commander à cette montagne: Déplace-toi d’ici jusque là-bas, et elle le ferait. Rien ne vous serait impossible » (Matthieu 17:20 BDS). Jésus dit que même un peu de foi est suffisant. Les disciples n’avaient donc même pas eu ce peu de foi en face de l’épileptique. Jésus parle de cette même clé: croire que ce qu’on dit va se réaliser. Jésus a réussi à chasser le démon par le moyen de la foi, mais les disciples n’y sont pas parvenus. La volonté de Dieu c’est de guérir et de libérer, mais les disciples eux n’ont pas réussi cette fois-ci… On peut imaginer que les disciples ont ordonné les mêmes paroles qu’ils avaient déjà utilisées précédemment pour chasser les démons. Ils ont certainement « fait » comme les autres fois. Mais les circonstances étaient un peu différentes. Précédemment Jésus les avaient envoyé guérir les malades et chasser les démons (cf. Matthieu 10), alors que cette fois-ci quelqu’un était venu vers eux en l’absence de Jésus. Ont-ils douté que l’autorité que Jésus leur avait donnée soit toujours valable? Le texte ne nous permet pas de le savoir. Mais il est probable que le cas de l’épileptique devait être plus impressionnant à leurs yeux que ce qu’ils avaient rencontré, semant ainsi le doute dans leur cœur en sorte que leurs paroles n’ont pas eu d’effet. Il y a même de fortes chances pour qu’ils s’y soient pris à plusieurs reprises, s’essayant les uns et les autres. Mais le résultat n’étant pas là, le doute a probablement augmenté même aux fils des essais infructueux des uns et des autres… Dans le récit transmis par Marc (voir Marc 9:14-29), on voit que les disciples étaient en discussion aussi avec la foule et les spécialistes de la loi. Il est aussi probable que cette foule et les spécialistes de la loi n’encourageaient pas les disciples à la foi, mais contribuaient au doute en eux. Même si ce sont là des suppositions, ce qui est clair c’est que le doute semble avoir été général auprès des disciples, car aucun d’eux n’a réussi à guérir l’épileptique, alors que « Jésus menaça le démon, qui sortit de l’enfant, et celui-ci fut guéri à partir de ce moment-là » (Matthieu 17:18 SG21). Jésus a clairement démontré ici que la volonté de Dieu est de guérir, mais les disciples eux n’ont pas réussi à le faire cette fois-ci… Le problème n’était pas au niveau de la volonté de Dieu: « Car il veut que tous les hommes soient sauvés (délivrés, libérés, restaurés, rétablis, guéris, bénis) et parviennent à la connaissance de la vérité » (1 Timothée 2:4 BDS). Le problème était au niveau de l’absence de foi des disciples…

A suivre…

La tradition : annulation de la Parole de Dieu – 1ère Partie

Tradition 1Dans l’un des nombreux échanges entre Jésus et les pharisiens et les spécialistes de la Loi, Marc nous relate celui-ci: « Les pharisiens et les spécialistes de la Loi demandèrent donc à Jésus: Pourquoi tes disciples ne se conforment-ils pas à la tradition de nos ancêtres? Pourquoi prennent-ils leur repas avec des mains impures? Hypocrites, leur répondit-il, Esaïe vous a fort bien dépeints dans sa prophétie où il est écrit: Ce peuple m’honore du bout des lèvres, mais, au fond de son cœur, il est bien loin de moi ! Le culte qu’il me rend n’a aucune valeur, car les enseignements qu’il donne ne sont que des règles inventées par les hommes. Vous mettez de côté le commandement de Dieu, pour observer la tradition des hommes ! Puis il ajouta: Ah! vous réussissez parfaitement à mettre de côté le commandement de Dieu pour établir votre propre tradition! En effet, Moïse a dit: Honore ton père et ta mère et que celui qui maudit son père ou sa mère soit puni de mort. Mais vous, que dites-vous? Si un homme dit à son père ou à sa mère: «La part de mes biens avec laquelle j’aurais pu t’assister est corban (c’est-à-dire offrande à Dieu)», alors vous ne le laissez plus rien faire pour son père ou sa mère. Voilà comment vous annulez la Parole de Dieu par votre tradition, celle que vous vous transmettez. Et vous faites bien d’autres choses du même genre » (Marc 7:5-13 – BDS).

Tout au long des évangiles, on observe que ce qui préoccupe systématiquement les pharisiens et les spécialistes de la Loi, ce sont les règles auxquelles ils sont attachées, les traditions qu’ils ont reçues de leurs ancêtres et qui trouvent une place importante dans leur culte. Ils semblent sans cesse excédés et condamnent volontiers ceux qui ne suivent pas leurs traditions et n’agissent pas comme eux. A la lueur de ce que Jésus souligne, il semble qu’ils ne comprennent ni le sens des commandements de Dieu ni son intention. Jésus souligne clairement ici que ceux-là même qui pointent la désobéissance des autres aux règles de la tradition, n’obéissent pas eux-mêmes aux commandements. C’est ce que Jésus qualifie d’hypocrisie. Jésus défini indirectement dans ce passage que:

L’hypocrisie c’est juger les autres par rapport à la loi de Dieu sans l’accomplir totalement soi-même.

Tradition 3Certainement que les pharisiens et les spécialistes de la Loi prenaient soin de ne jamais prendre de repas avec des mains « impures ». C’est la raison pour laquelle ils se permettent de soulever le manquement des disciples de Jésus envers cette règle-là. Mais il est nécessaire de relever que cette règle est une tradition toute humaine et non un commandement de Dieu. Une caractéristique de celui qui vit sous le régime de la Loi est celle de souligner systématiquement les fautes des autres, celles que lui-même ne commet pas ou dont il n’a pas conscience. C’est un fonctionnement qui relève de l’auto-justification et non de la justification par la foi. Jésus parle de cette tendance à pointer les fautes des autres lorsqu’il dit: « Pourquoi vois-tu les grains de sciure dans l’œil de ton frère, alors que tu ne remarques pas la poutre qui est dans le tien? Comment oses-tu dire à ton frère: «Laisse-moi enlever cette sciure de ton œil, alors qu’il y a une poutre dans le tien»? Hypocrite! Commence donc par retirer la poutre de ton œil, alors tu y verras assez clair pour ôter la sciure de l’œil de ton frère » (Matthieu 7:3-5 – BDS, Luc 6:41-42).

Les pharisiens et les spécialistes de la Loi arrivaient sans difficulté à suivre ce qui touche à la religiosité, aux règles et au rituels, et ils définissaient leur justification en fonction de ces choses, mais ils manquaient aux paroles qui concernent le fait d’aimer Dieu et son prochain: le décalogue. Ils modelaient le décalogue à leur convenance et en détournaient le sens et l’intention de Dieu. Dans le commandement que Jésus souligne en Marc 7, on voit que les pharisiens et les spécialistes de la Loi ont adapté le commandement de Moïse pour le tourner dans un prétendu acte d’amour pour Dieu, une offrande pour lui, alors que le commandement d’honorer son père et sa mère donné dans le décalogue consiste à leur témoigner de l’amour, dont le soutien en fait partie. Une autre caractéristique de celui qui vit sous le régime de la Loi, c’est de faire des choses pour Dieu au lieu de faire les choses en Christ et par Christ par le moyen de la foi. Il fera des choses pour Dieu croyant que faire des choses pour Dieu est ce qui lui plaît, même si ce qu’il fait est motivé par une auto-justification (dont il n’a pas forcément conscience), au lieu d’être motivé par un amour véritable pour Dieu et pour son prochain. Mais Jésus nous a révélé le Père qui n’a pas changé, et il nous dit: « Car le Fils de l’homme n’est pas venu pour se faire servir, mais pour servir lui-même et donner sa vie en rançon pour beaucoup » (Matthieu 20:28 – BDS). « Voilà pourquoi, en entrant dans le monde, le Christ a dit: Tu n’as voulu ni sacrifice, ni offrande: tu m’as formé un corps » (Hébreux 10:5 – BDS). Les sacrifices que l’homme peut faire ne transforment pas son cœur, ils ne produisent aucun changement en lui. C’est la confiance en Dieu, la vérité de la grâce de Dieu qui est en Jésus-Christ qui produit le changement (voir aussi Le coeur est affermi par la grâce), notamment par l’amour que Dieu déverse dans le cœur par son Esprit (cf. Romains 5:5). Jésus dit qu’il y a encore bien d’autres choses, du même genre que détourner le commandement évoqué, qui sont faites et il termine en disant que c’est de cette manière que:

par les traditions tout humaines, la Parole de Dieu est annulée!

Tradition 4Il y a de nombreuses choses qui continuent d’être transmises aujourd’hui et qui sont issues de la tradition et qui s’oppose à la vérité qui est en Christ et que l’on trouve dans les Ecritures. La tradition c’est l’ensemble des manières d’agir ou de penser qui sont transmises à l’intérieur d’un groupe de personnes. Toutes les manières d’agir et de penser devraient impérativement être confrontées à ce que Celui qui est la Parole de Dieu (c’est-à-dire Christ) dit véritablement, et non à ce que les gens prétendent, par tradition, être la Parole de Dieu. Sans une préoccupation et une recherche sincère et sérieuse de la Vérité qui est en Christ, c’est la tradition tout humaine qui devient alors la prétendue vérité, parce qu’elle est là depuis des générations et que la majorité agit et pense ainsi. Bien que de nombreuses traditions s’appuient sur des choses écrites dans la Bible, ce n’est pas le garant que ces traditions soient la Vérité conforme à Dieu, Christ, parce qu’elles peuvent être le résultat de mauvaises interprétations et une mauvaise compréhension de l’Evangile (voir aussi Approche théologique). Lorsque la tradition n’est pas en ligne avec la Vérité qui est en Christ, elle annule la Parole de Dieu. Ainsi, on verra de nombreux croyants agir et penser d’une manière qui ne correspond pas à la Vérité qui est en Christ, malgré qu’ils confessent Jésus-Christ comme Seigneur et croient dans leur cœur que Dieu l’a ressuscité des morts. Mais ils restent attachés à leurs croyances parce que c’est leur tradition, ils ont reçu cela des générations précédentes, par des croyants qui sont leurs ainés, et ils s’y accrochent parce que la majorité des croyants autour d’eux agissent et pensent pareil. Ceci tend à les rassurer dans ce qu’ils croient, même si cela s’oppose à Christ et à la vérité qui est en Lui. La Parole de Dieu est ainsi annulée dans leur vie, à cause de la tradition. Cela veut dire que la Parole de Dieu ne produit pas son fruit. C’est au fruit qu’on observe la conséquence de la tradition tout humaine. On peut observer un zèle ardent pour Dieu mais sans discernement. L’amour pour les gens (et pas seulement envers ceux qui sont aimables, mais par exemple l’amour envers les « gens de mauvaise vie ») et les réalités du royaume de Dieu sont en grande partie absents de leur vie. La tradition tout humaine ne produit pas ces réalités, car c’est la Vérité qui y donne accès.

Face à l’absence du fruit que seule la Vérité produit, il n’y a pas de condamnation de la part de Dieu mais une indication précieuse au sujet de ce qui est cru. Il est important de comprendre alors que ce qui est cru être la Vérité est en réalité de la tradition tout humaine qui n’est pas la Parole de Dieu. La tradition peut être un obstacle sérieux à la Vérité lorsque la foi est placée dans la tradition, croyant fermement que celle-ci est la Vérité puisque tout un groupe de personnes agi et pense de même et, de plus, cela fait des générations qu’il en est ainsi. Le croyant peut alors être dans la crainte de s’éloigner de la prétendue vérité s’il commence à s’éloigner de la tradition avec une manière d’agir et de penser différente de la majorité qui l’environne. Mais le drame est que cet attachement à la tradition tout humaine est ce qui fait obstacle pour découvrir et recevoir la Vérité, la Parole véritable de Dieu qui est en Christ, et la vie qui en découle.

A suivre