Jésus : la connaissance véritable du nom de l’Eternel – 1ère Partie

Dans le chapitre 15 de l’évangile écrit par Jean, voici les paroles de Jésus qu’il nous rapporte : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître (cf. Jean 13:16). S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé. Si je n’étais pas venu et que je ne leur aie point parlé, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils n’ont aucune excuse de leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père. Mais cela est arrivé afin que s’accomplisse la parole qui est écrite dans leur loi: Ils m’ont haï sans cause » (Jean 15:18-25 NEG79).

Son nom 2Jésus s’adresse ici à ses proches disciples, à ceux qui sont avec lui dès le commencement (cf. Jean 15:27). En parlant du monde, Jésus l’associe à ceux qui le détestent, et il laisse comprendre que l’appartenance au monde est caractérisée par le rejet de la personne de Jésus-Christ. Les disciples dont Jésus dit qu’il les a choisis « du milieu du monde » étaient issus du milieu de ceux qui étaient le peuple de Dieu, le peuple qui croyait au Dieu qui s’est présenté à Moïse comme « Je suis » (cf. Exode 3:14), le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob (cf. Exode 3:6). Jésus place ainsi indirectement dans ce qu’il qualifie « du monde » tous ceux qui l’ont rejeté, incluant ceux qui se réclamaient être le peuple du Dieu d’Abraham (cf. Jean 8:30-47) et disciples de Moïse (cf. Jean 9:28), mais qui ne s’attachaient pas aux paroles et enseignements de Jésus. Jésus a dit à ses disciples : « Si vous m’aimez, gardez (tereo qui signifie prendre soin de, garder, maintenir dans l’état, observer) mes commandements » (Jean 14:15 NEG79) et « Si quelqu’un m’aime, il gardera (tereo) ma parole (logos qui signifie parole émise de vive voix, discours, enseignement)  » (Jean 14:23 NEG79). Jésus laisse comprendre que celui qui ne s’attache pas à la parole prononcée par Jésus lui-même, à son enseignement, montre qu’en réalité il n’aime pas le Père… (cf. Jean 5:40-42). Lorsque Jésus cite le psaume 35:19 et 69:5 « Ils m’ont haï sans cause », il en parle en disant « leur loi« . Jésus n’associe pas cette parole-là de l’écriture à la loi de Dieu. Et il dit que cette parole de l’écriture s’est accomplie avec ceux qui ont haï Jésus. Le terme traduit par « sans cause » est dorean en grec (Jean 15:25) et chinnam en hébreux (Ps 35:19, 69:5) qui signifie librement, gratuitement, sans raison. Lorsque David a exprimé à deux reprises dans des psaumes « ils m’ont haï sans cause« , il est important de comprendre qu’en vérité ceux qui ont haï David ne l’ont pas fait si librement ni gratuitement, parce qu’ils ignoraient tous la vérité qui est en Christ et délivre d’une fausse manière de penser. David était un guerrier conquérant qui combattait par l’épée et tuait des hommes. Conformément à la pensée tout humaine, modelée depuis Éden par le père du mensonge et le meurtrier dès le commencement, dès son jeune âge David avait appris à tuer ses ennemis « au nom de l’Éternel » (ex: 1 Samuel 17). David survivait à ses ennemis à cause de sa confiance en l’Éternel, et non parce que ses actions auraient été conformes à la volonté de l’Éternel. Christ l’a mis en lumière. David ne témoignait pas un amour semblable à Christ envers ses ennemis, à l’exception de certains de ses ennemis, comme Saül par exemple. Mais David faisait grâce à Saül parce qu’il était roi, du même peuple que lui, et considéré comme oint par l’Éternel, c’est pourquoi David l’a épargné (cf. 1 Samuel 24:1-12). David obéissait ainsi aux prescriptions de Moïse…

Conformément à l’enseignement qu’il avait reçu comme tant d’autres, David démontrait du favoritisme en faisant une différence entre les hommes. Dans certains psaumes où il exprime son désir de voir périr ses ennemis, David nous montre une partie de la manière des hommes de penser et de comprendre les choses à propos de leurs ennemis. Les hommes souhaitaient les voir détruits, au lieu de les voir être transformés. En vérité, la parole de l’Écriture qui dit « ils m’ont haï sans cause » s’est trouvée accomplie pour Jésus-Christ seulement, parce qu’il a démontré la vérité, un amour sans favoritisme, même envers ses ennemis. Aussi, en ce qui concerne les ennemis de Jésus-Christ, leur haine était gratuite et, en vérité, basée sur leur différent théologique et leur mauvaise interprétation de ses paroles… Mais avant la venue de Jésus, l’enseignement que le peuple de Dieu avaient reçu disait: « Tu ne te vengeras pas et tu ne garderas pas de rancune envers les membres de ton peuple, mais tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel » (Lévitique 19:18 BDS). Leur définition du prochain se limitait aux seuls membres de leur propre peuple, descendant d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, et aux étrangers qui les avaient rejoints (cf. Lévitique 19:34). Tous les hommes des autres peuples n’étaient donc pas considérés comme faisant partie de la catégorie « ton prochain » à aimer comme toi-même. C’était là un enseignement qu’ils avaient pris comme « parole de l’Éternel », à laquelle ils se sont conformés aveuglément en haïssant leurs ennemis. Car ces ennemis n’étaient pas des « prochains » à leurs yeux. Et cela semblait juste à la pensée tout humaine et leur semblait même correspondre à ce qu’ils appelaient « la justice de Dieu« . Mais lorsque Dieu a envoyé son Fils unique, Jésus-Christ, ce Fils a démontré une justice de Dieu très différente et il a rétabli la vérité en enseignant: « Vous avez appris qu’il a été dit: «Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi.» Eh bien, moi (Jésus, celui qui est parfaitement uni avec le Père, cf. Jean 10:30) je vous dis: Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent. Ainsi vous vous comporterez vraiment comme des enfants de votre Père céleste, car lui, il fait luire son soleil sur les méchants aussi bien que sur les bons, et il accorde sa pluie à ceux qui sont justes comme aux injustes » (Matthieu 5:43-45 BDS). A savoir, le soleil et la pluie sont mentionnés ici comme une bénédiction et non comme une malédiction. Luc explicite cela en l’ayant rapporté ainsi: « Mais aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats (acharistos: non miséricordieux) et pour les méchants (porneos: de nature mauvaise). Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6:35-36 NEG79). Précédemment, dans la pensée humaine du « peuple de Dieu », ceux qui n’appartenaient pas au « peuple de Dieu » étaient par principe des méchants, et par conséquent les faire mourir et se saisir de leur possession leur semblait juste. Et ils considéraient cela comme la « justice de Dieu »… Mais Jésus a été très clair en disant : « Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs (kleptes) et des brigands (lestes) » (Jean 10:8 NEG79). Le terme traduit par « voleurs » (kleptes) signifie celui qui détourne, c’est le nom transmis aux faux enseignants, qui n’ont pas soin d’instruire, mais abusent de la confiance pour leur propre gain. Et le terme traduit par « brigands » (lestes) signifie voleur, pillard, maraudeur.

Un individu qui se comporte comme le Père céleste ne tue pas ses ennemis, ne s’empare pas de leurs possessions, ne leur fait aucun mal, mais il les aime, il leur fait du bien et il leur prête sans rien espérer. Cela, à l’exemple du Fils unique, Jésus-Christ, qui a aimé ses ennemis, jusqu’à sa mort, sans leur faire du mal, sans vengeance et sans rancune envers eux (cf. Luc 23:34). L’idée même de tuer ses ennemis, de se venger, de leur faire du mal ou d’être rancunier ne se trouve pas dans le Fils unique, Jésus-Christ, parce que cette idée ne se trouve pas dans le Père céleste, le Très-Haut. Jésus-Christ est le Fils unique du Père céleste: « Le Fils est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création » (Colossiens 1:15 NEG79). Jésus-Christ montre l’homme tel que créé par Dieu pour être à son image (cf. Genèse 1:26-27). En apportant l’enseignement d’aimer ses ennemis, Jésus rétablit la vérité au sujet du Père céleste, qui est le seul vrai Dieu. Et ainsi, ceux qui ont eu connaissance de ces paroles de Jésus n’avaient plus d’excuse de leur péché. C’est ce qui poussent Jésus à dire « si je n’étais pas venu et que je ne leur aie point parlé (sous-entendu moi, qui suis venu du Père et qui est parfaitement uni avec le Père), ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils n’ont aucune excuse de leur péché. Celui qui me hait, hait aussi mon Père. Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père« . Le terme traduit ici par « excuse » est prophasis qui signifie prétexte, il signifie montrer quelque chose sous les couleurs que l’on voudrait voir. Une partie de l’enseignement qui avait été donné par ceux qui ont précédés Jésus avait les couleurs de ce que la pensée tout humaine voulait voir, et contraire à Dieu parce que cette pensée a été modelée par celui qui est le meurtrier dès le commencement. Nul n’avait jamais démontré un amour pour ses ennemis comme Jésus l’a enseigné et vécu, ne tenant pas compte de leurs fautes, allant jusqu’à prendre la place d’un meurtrier et être condamné à sa place (cf. Matthieu 27). Jésus a fait uniquement les œuvres du Père céleste, il n’a pas fait les œuvres du père du mensonge qui est le meurtrier dès le commencement.

Son nom 4C’est intéressant de relever que lorsqu’un docteur de la loi vient éprouver Jésus et lui demande « Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle?« , Jésus lui répond : « Qu’est-il écrit dans la loi? Qu’y lis-tu?« . Ce qui est traduit ici par « Qu’y lis-tu? » signifie aussi « Comment la connais-tu précisément?« . La traduction du Semeur a traduit par « Comment la comprends-tu?« . Le docteur de la loi répond: « Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée; et ton prochain comme toi-même« . Cette réponse correspond bien à loi de l’amour que Jésus a enseignée et démontrée, conformément au Père céleste. Cette réponse est composée de choses écrites dans Deutéronome 6:5 et dans Lévitique 19:18. Le docteur de la loi semblait l’avoir bien résumé et saisi en surface. Aussi, Jésus lui dit: « Tu as bien répondu; fais cela, et tu vivras« . L’idée d’aimer le Dieu invisible, de tout son cœur, de toute son âme, de toute sa force et de toute sa pensée était acceptable pour les hommes, mais l’idée d’aimer son prochain en considérant tout homme comme prochain semblait moins réjouissante, et n’allait pas dans le sens de la pensée tout humaine induite par le père du mensonge. Aussi, pour se justifier, le docteur de la loi demande à Jésus : « Et qui est mon prochain?« . C’est intéressant que le docteur de la loi n’ait pas demandé à Jésus : « Et qui est véritablement le Seigneur, notre Dieu…? Car nous ne l’avons jamais vu… ». Le docteur de la loi croit connaître Dieu à cause de l’enseignement qu’il a reçu, malgré le fait qu’il n’ait jamais vu Dieu… Mais en vérité, sa méconnaissance de Dieu est mise en lumière par sa manière de considérer le Fils unique, Jésus qui est venu du Père, et cet homme ne discerne pas le Père, l’Esprit-Saint, qui est dans le Fils. C’est intéressant que Jean ait dit dans sa première lettre : « Si quelqu’un prétend aimer Dieu tout en détestant son frère, c’est un menteur. Car s’il n’aime pas son frère qu’il voit, il ne peut pas aimer Dieu qu’il ne voit pas » (1 Jean 4:20 BDS), « Car aimer Dieu, c’est accomplir ses commandements. Ceux-ci, d’ailleurs, ne sont pas pénibles, car tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi » (1 Jean 5:3-4 BDS). A la question posée par le docteur de la loi « et qui est mon prochain?« , Jésus lui répond par une parabole dans laquelle il met en scène un Samaritain rempli de compassion. Et Jésus fait apparaître ce Samaritain comme celui qui a été le prochain d’un homme a demi-mort qui, semble-t-il, était du « peuple de Dieu » (venant de Jérusalem…). Jésus met aussi dans la scène un sacrificateur et un lévite. Ceux-ci étaient considérés par les hommes comme des hommes de haut rang de par leur fonction. Mais le sacrificateur et le lévite ont détourné leur regard et n’ont eu aucune compassion pour l’homme à demi-mort (cf. Luc 10:25-37). Cette illustration utilisée par Jésus est d’autant plus forte que les Samaritains étaient considérés comme des ennemis par le « peuple de Dieu ». Dans la parabole de Jésus, c’est le Samaritain qui a démontré l’amour du prochain, le docteur de la loi l’a maintenant bien compris. Jésus met en lumière que la fonction du sacrificateur et du lévite n’a pas fait d’eux des hommes agissant conformément à Dieu, conformément à l’amour. Et en se référant à un ennemi préjugé, c’est-à-dire au Samaritain, comme étant le prochain, Jésus dit au docteur de la loi: « Va, et toi, fais de même« .

La raison pour laquelle Jésus a été haï et persécuté par certains, et pourquoi ils n’ont pas gardé sa parole, nous est donné lorsqu’il dit à ses disciples: « S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. Mais ils vous feront toutes ces choses à cause de mon nom, parce qu’ils ne connaissent pas celui qui m’a envoyé« . Et un peu plus loin, Jésus continue dans ce sens en disant: « Je vous ai dit ces choses, afin qu’elles ne soient pas pour vous une occasion de chute. Ils vous excluront des synagogues (qui signifie assemblées); et même l’heure vient où quiconque vous fera mourir croira rendre un culte à Dieu. Et ils agiront ainsi, parce qu’ils n’ont connu ni le Père ni moi » (Jean 16:1-3 NEG79). En parlant de ceux qui persécutent et excluent des synagogues (assemblées), Jésus ne parle pas ici des païens, mais il parle de ceux qui se réclament du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, mais qui, en vérité, ne connaissent ni le Père, ni le Fils unique Jésus-Christ que le Père a envoyé, et c’est pourquoi ils agissent ainsi. Jésus dit que c’est à cause de son nom à lui. Le terme traduit par « nom » (onoma) correspond aux noms propres à chacun. Il s’agit du nom qui est utilisé pour tout ce qu’il recouvre, tout ce qui est pensé ou ressenti quand il est amené à l’esprit par sa mention, en entendant ce nom, en s’en rappelant, tant par le rang, l’autorité, les actions etc. En vérité, le problème des hommes vient d’une méconnaissance du nom du Fils, par lequel les caractéristiques véritables du seul vrai Dieu nous sont révélées. Il s’agit d’une mauvaise connaissance du nom du Père et une mauvaise connaissance du nom du Fils, de ce qui fait leur renommée à chacun. Il s’agit donc d’une mauvaise connaissance de qui ils sont véritablement et de leurs actions. Dans l’histoire, les hommes ont attribué un certain nombre de noms à Dieu, en fonction de certaines actions et caractéristiques qu’ils lui ont attribuées en fonction de leur expérience dans le monde visible, mais cela sans jamais avoir vu Dieu lui-même. Mais le nom véritable de Dieu, tel qu’il est dans ses caractéristiques et ses actions, n’a été connu qu’à travers le Fils unique, Jésus-Christ. C’est pourquoi il a dit : « J’ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m’as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as donnés; et ils ont gardé ta parole. Maintenant ils ont connu que tout ce que tu m’as donné vient de toi. Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données; et ils les ont reçues, et ils ont vraiment connu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé » (Jean 17:6-8 NEG79). C’est pourquoi aussi, Jésus dit encore : « Père juste, le monde (qui inclus ceux qui étaient le « peuple de Dieu ») ne t’a point connu; mais moi je t’ai connu, et ceux-ci (les disciples de Jésus) ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître ton nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux » (Jean 17:25-26 NEG79). La parole du Père correspond aux paroles que le Fils unique a données, et l’amour du Père est celui que le Fils unique a manifesté : « Comme le Père m’a aimé, je vous ai aussi aimés. Demeurez dans mon amour » (Jean 15:9 NEG79). Par son enseignement, ses œuvres et sa vie conformes au Père, Jésus a fait connaître le nom véritable du Père. Et un certain nombre de caractéristiques et actions attribuées au Dieu Très-Haut par la pensée tout humaine, induite par le père du mensonge, ont été démontrée par le Père, en la personne de Jésus-Christ, comme non conformes à son nom véritable. La renommée de Dieu, sa réputation, qui a été déformée par le père du mensonge dans la manière de penser des hommes, est rétablie en Jésus-Christ. Lorsqu’un ange du Seigneur vient rassurer Joseph, au sujet du fait que sa fiancée est enceinte, il lui dit: « ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1:20-21 NEG79). Le nom même de Jésus, le Fils unique, a dans son terme original le sens de « Dieu sauve ». A noter, Jésus est celui qui sauve le peuple de Dieu de ses péchés! Le fait est que c’est Dieu qui sauve. Ainsi, ceux qui ne se tournent pas vers Dieu meurent dans leurs péchés. Mais il en est de même pour le peuple de Dieu qui ne tient pas compte de la vérité qui est en Jésus-Christ. Dieu a donné et envoyé son Fils unique dans ce monde avec ce nom-là: « Dieu sauve ». Il avait aussi été prophétisé par la bouche d’Esaïe: « C’est pourquoi le Seigneur vous donnera lui-même un signe: Voici, la jeune fille sera enceinte et elle enfantera un fils, elle lui donnera pour nom: Emmanuel (Dieu avec nous) » (Esaïe 7:14 BDS). Le salut se trouve dans la vérité qui est en Jésus-Christ au sujet de Dieu et des choses de Dieu. Jésus-Christ a rendu témoignage à la vérité au sujet des actions de celui qui est l’Éternel. C’est Jésus qui sauve le peuple de Dieu de ses péchés. Car le terme péché est, dans sa définition originale, un faux état de l’esprit, une mauvaise manière de penser et de comprendre les choses, au sujet de Dieu et des choses de Dieu et, ainsi, une méconnaissance de ses actions.

A suivre

La foi sans les actes: méconnaissance de la vérité et/ou incrédulité

Dans la lettre qu’il adresse aux douze tribus dispersées du peuple de Dieu, alors qu’il dénonce le favoritisme Jacques écrit: « Mes frères, à quoi servirait-il à un homme de dire qu’il a la foi s’il ne le démontre pas par ses actes? Une telle foi peut-elle le sauver? » (Jacques 2:14 BDS). Ce que Jacques évoque dans ce deuxième chapitre peut laisser croire faussement qu’il n’est pas en accord avec ce que dit Paul, lorsqu’il parle aussi d’être sauvé. Dans sa lettre aux Ephésiens Paul écrit: « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de vous, c’est un don de Dieu; ce n’est pas le fruit d’œuvres que vous auriez accomplies. Personne n’a donc de raison de se vanter » (Ephésiens 2:8-9 BDS).

Il peut être bon de souligner que dans ces deux passages, Paul et Jacques ne sont pas en train de parler de la partie du salut qui consiste à la vie après la mort. Ces deux passages parlent du présent, d’être sauvé du péché dans le quotidien. On parle d’être libéré de la loi du péché qui pousse à commettre le mal indésirable et empêche de faire le bien désiré. Il s’agit de ce qui empêche d’aimer véritablement son prochain.

La foi c’est la confiance en Dieu et en ce qu’il a dit.

foi & actions 4Lorsqu’on parle de la foi, il faut entendre: confiance en la personne de Dieu qui inclue la confiance en ce qu’il a dit. Paul dit clairement aux Ephésiens que ce n’est pas le résultat d’efforts et par des moyens humains que nous sommes sauvés, c’est-à-dire libérés du péché (en terme de force agissante). En réalité, ce que dit Paul est aussi valable pour ce qui est de la résurrection et de l’éternité. La différence pour ce qui est de la vie après la mort est que le constat de cette partie du salut par la foi ne se fait pas de notre vivant. Il n’est pas possible de vérifier ici-bas la validité des promesses de Dieu concernant cette partie du salut qui touche à la vie après la mort. Par contre, pour la partie du salut qui concerne la libération de la loi du péché, qui a pour résultat une vie juste et sainte, le constat est direct. Il en est de même pour toutes les promesses et les aspects du Royaume de Dieu qui sont déjà pour aujourd’hui, tel que Christ les a démontrées.

Jacques laisse entendre dans sa lettre que si la foi est présente chez quelqu’un, ses actions le démontrent forcément, ce n’est pas possible autrement. La foi en la vérité qui est en Jésus-Christ est ce qui libère de la loi du péché. Cette libération n’est effectivement pas le résultat d’efforts, ni d’un accomplissement de quelque chose à faire, mais la conséquence de connaître et de croire la vérité de la grâce de Dieu qui est: Dieu ne tient « plus » compte de nos fautes et de nos péchés (cf. Hébreux 10), il ne nous traite pas selon ce que méritent nos fautes (cf. Psaumes 103:10), Christ l’a enseigné et démontré, jusqu’à sa mort à la croix. Jacques écrit au début du chapitre: « Mes frères, gardez-vous de toutes formes de favoritisme: c’est incompatible avec la foi en notre glorieux Seigneur Jésus-Christ » (Jacques 2:1 BDS). Le favoritisme consiste à faire une différence entre les gens dans la manière dont on les considère.

Toutes formes de favoritisme est incompatible avec la foi.

foi & actions 6Il dit ceci parce que le favoritisme est simplement incompatible avec la grâce de Dieu, faveur imméritée et « imméritable » envers tous, et qui est donnée en Jésus-Christ. Dieu lui-même ne fait pas de favoritisme (cf. Romains 2), il traite tout le monde selon les mêmes critères, « car Dieu a enfermé tout homme dans la désobéissance afin de faire grâce à tous » (Romains 11:32 BDS). Aussi, quelqu’un qui tend à faire une différence entre les gens et à les considérer différemment les uns des autres, démontre par là qu’il ne vit lui-même pas sous le régime de la grâce de Dieu. En réalité, il vit encore sous le régime de la loi de Moïse, c’est-à-dire sous une forme quelconque d’autojustification. Il y a là un signal concernant la vérité. Pourquoi? Parce que quelqu’un qui vit lui-même sous le régime de la grâce ne peut que traiter les autres sans favoritisme ni différence entre les gens, ce régime étant pour tous sans différence entre les gens. Le fait est que chaque individu applique aux autres les mêmes principes sous lesquels il vit lui-même. S’il vit pleinement sous la grâce de Dieu par la foi, il appliquera le principe de la grâce. S’il vit sous le principe du mérite (la loi de Moïse), il traitera les autres en fonction de ce qu’il juge qu’ils méritent, et étant lui-même sous la condamnation de cette même loi, il portera un jugement de condamnation sur les autres.

Ainsi, faire une différence entre les gens est une démonstration de l’absence de foi en la vérité que Christ a démontrée au sujet de l’amour du Père, et du fait qu’il ne fait pas de favoritisme. C’est aussi une démonstration que le don de la justification/droiture n’a pas été saisi par la personne au moyen de la foi. Le don de la justification/droiture n’a pas été reçu par le moyen de la foi chez celui qui traite les gens en faisant une différence entre les uns et les autres. Une fois encore, il est important en toute humilité d’entendre cette indication sans culpabilité. Il y a là une information précieuse pour vérifier la substance de la foi, pour ce qui touche à la justification.

Maintenant, Jacques dit encore: « Il en est ainsi de la foi: si elle reste seule, sans se traduire en actes, elle est morte » (Jacques 2:17 BDS), et en parlant d’Abraham il dit: « Tu le vois, sa foi et ses actes agissaient ensemble et, grâce à ses actes, sa foi a atteint son plein épanouissement. Ainsi s’accomplit ce que l’Écriture déclare à son sujet: Abraham a eu confiance en Dieu, et Dieu, en portant sa foi à son crédit, l’a déclaré juste, et il l’a appelé son ami. Vous le voyez donc: on est déclaré juste devant Dieu à cause de ses actes, et pas uniquement à cause de sa foi » (Jacques 2:22-24 BDS). Le fait est qu’on ne peut pas prétendre avoir la foi et ne pas agir en conséquence de cette confiance en Dieu et dans Sa Parole véritable: Jésus-Christ. La foi ne peut pas être silencieuse et dépourvue d’actions, parce qu’on s’exprime et agit inévitablement en fonction de ce qu’on croit réellement.

Nos actions démontrent la substance de ce qu’on croit.

Croissance d'une pâquerette, fond nature et soleilPar exemple, quelqu’un qui prétend croire que ses péchés sont pardonnés à cause de Jésus-Christ, mais qui, s’il commet une faute demande à Dieu de le pardonner pour la faute commise, démontre qu’en réalité il ne croit pas que ses péchés ont déjà été pardonnés à cause de ce que Jésus-Christ a enseigné et démontré. En réalité, il démontre qu’il croit qu’il est pardonné en réponse à sa demande d’être pardonné, et pas parce que Dieu est amour et que l’amour pardonne. Ceci démontre qu’il ne croit pas qu’il est déclaré juste par sa foi. Aussi, il agit en conséquence… Dans les faits, il n’a pas confiance dans ce que Dieu a enseigné et démontré en Christ. La triste réalité est que c’est exactement ce qui maintient un grand nombre de croyants sous la loi du péché et l’esclavage de celui-ci. C’est pour cela que Jean dit à ceux qu’il a amené à la foi en Christ: « Mes petits enfants, je vous écris ces choses afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. Il est lui-même une victime expiatoire (attention le terme original signifie ici un apaisement. La notion de victime est contraire à la parole de Christ) pour nos péchés, et non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. Si nous gardons ses commandements, nous savons par cela que nous l’avons connu » (1 Jean 2:1-3 NEG79). Jean donne ici un rappel de ce que Christ a démontré et son « rôle auprès du Père ». Toutefois Jésus et le Père ne sont qu’un (voir Jean 10:30). Jean ne donne aucune indication de quelque chose à faire pour que ce soit effectif, aucune demande à Dieu pour être pardonné. Et Jean donne même le moyen pour vérifier que le pardon des péchés est bien compris, et donc que la connaissance de Christ est correcte: l’obéissance à ses commandements.

Dans Romains 10, Paul parle de la justice (à comprendre par justification et droiture) reçue par le moyen de la foi et il dit que cette foi s’exprime. « Que dit-elle donc? La Parole de Dieu est tout près de toi, elle est dans ta bouche et dans ton cœur. Cette Parole est celle de la foi, et c’est celle que nous annonçonsEn effet, si de ta bouche, tu déclares que Jésus est Seigneur et si dans ton cœur, tu crois que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé, car celui qui croit dans son cœur, Dieu le déclare juste; celui qui affirme de sa bouche, Dieu le sauve » (Romains 10:8-10 BDS).

foi & actions 3Dans ce passage Paul parle de la partie du salut qui touche la vie après la mort et il confirme ce que dit Jacques: la foi et les actes agissent ensemble. L’action ici c’est l’affirmation, c’est-à-dire verbaliser ce qu’on croit. Paul dit que quelqu’un qui croit dans son cœur, Dieu le déclare juste. Ceci est un verdict établi par Dieu, mais sans résultat visible dans ce monde à ce stade. Mais Paul dit que lorsque celui qui croit dans son cœur affirme de sa bouche, alors Dieu le sauve (voir aussi Matthieu 12:37). On peut illustrer cela en disant: Croire a pour conséquence un statut et agir en fonction de ce qu’on croit a pour conséquence l’action de Dieu. C’est ainsi qu’il faut percevoir que la foi qui ne se traduit pas en action est morte, elle ne porte aucun résultat. Croire sans agir en fonction de ce qu’on croit est vain. En ce qui concerne la vie après la mort, l’action est une affirmation verbalisée qui traduit ce qui est cru dans le cœur. Nous avons dans les évangiles un exemple concret de ce passage de Romains 10. En une phrase, le brigand sur la croix démontre à la fois qu’il croit dans son cœur que Dieu va ressusciter Jésus, et il confesse que Jésus est Seigneur: « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras régner » (Luc 23:42 BDS). Ce n’est pas par des « œuvres », un accomplissement de quelque chose, que le brigand est déclaré juste, mais par ce qu’il croit dans son cœur. Son affirmation démontre ce qu’il croit, c’est là une action en fonction de ce qu’il croit. Les péchés de cet homme lui sont déjà pardonnés, sans aucune demande. C’est précisément pour scellé une fois pour toute ce pardon, le fait que Dieu est pour les hommes et pas contre les hommes, que Jésus est cloué à côté de lui. Et la réponse de Jésus à ce que dit le brigand est claire: « Vraiment, je te l’assure: aujourd’hui même, tu seras avec moi dans le paradis« (Luc 23:43 BDS). On pourrait résumer ainsi:

La foi c’est croire et agir en fonction.

La foi se traduit par des actions parce que tout individu agit en fonction de ce qu’il croit. Le fond de ce que les gens croient est démontré par leurs actions et leurs affirmations. La Bible décrit tout ce que croire en Jésus-Christ produit et qui pourrait se résumer ainsi: la vie de Christ, par Son Esprit, en celui qui croit avec les mêmes œuvres (et même de plus grandes) qu’il a pratiquées lui-même par ce même Esprit (cf. Jean 14:12-13). Jean le résume ainsi: « Qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4:8 BDS). Toutes ces choses ne sont pas le fruit d’efforts humains, mais bien l’œuvre de Dieu lui-même, car c’est lui qui produit à la fois le vouloir et le faire conformément à son projet plein d’amour (cf. Philippiens 2:13). Il fait cela par son Esprit, qui est donné à celui qui croit en la Bonne Nouvelle de la grâce en Jésus-Christ (cf. Galates 3:5). La totalité de ce que Dieu fait et donne est le fruit de sa grâce, faveur imméritée et « imméritable ». Le moyen d’y accéder est celui de la foi: croire dans son cœur ce que Dieu a dit en Christ et agir en fonction de ce qu’on croit. Le piège pour de nombreux croyants, c’est lorsqu’ils essaient de vivre comme Christ a vécu et qu’il attend de ses disciples (parce que Jésus sait ce que la vérité produit), mais sans discerner que s’ils n’y arrivent pas, ce n’est pas à cause d’un manque d’efforts, de volonté ou de prière, mais par méconnaissance de la vérité concernant la justification/droiture, ou parce qu’ils ne croient pas cette vérité de la justification/droiture par le seul moyen de la foi*. Ils pourront toutefois expérimenter des dons de l’Esprit (1 Corinthiens 12) mais le fruit de l’Esprit (Galates 5:22-23) sera très peu présent. Ils pourront expérimenter les trésors surabondants de la grâce de Dieu dans de nombreux domaines de leur vie, où ils ont confiance dans les promesses de Dieu sans faire intervenir le mérite. Mais ils ne pourront pas expérimenter pleinement la vie juste et sainte, ni l’entière protection de Dieu que produit la vérité de la justification/droiture saisie par le moyen de la foi (voir aussi La foi: le moyen d’être placé sous l’autorité de Dieu). Et, surtout ils n’arriveront pas à aimer véritablement leur prochain, d’autant plus si ce prochain est leur ennemi, ou si ce prochain mène une vie caractérisée par le péché. Même un frère ou une sœur dans la foi qui ferait une faute leur sera détestable.

Ainsi, lorsque quelqu’un prétend avoir la foi en Jésus-Christ et que ses actions ne démontrent pas les réalités que la Bible décrit comme conséquences de la foi, cela indique deux possibilités:

  • une méconnaissance de la vérité: la personne croit quelque(s) chose(s) concernant Dieu, Jésus-Christ, et les choses de Dieu qui est inexact, imprécis, ou qui n’est simplement pas la vérité. Il peut aussi s’agir simplement d’ignorance, la personne ne sait pas car elle n’a pas eu connaissance de certains éléments inclus dans la vérité concernant Dieu, Jésus-Christ et les choses de Dieu. Cette méconnaissance peut venir d’enseignements incorrects que la personne a reçus (par des prédications, des lectures, l’opinion des autres etc.) et croit des choses sans savoir qu’il y a des erreurs dans ce qu’elle croit. En général, c’est déjà au niveau de la fondation concernant le pardon des péchés qu’il y a une méconnaissance de la vérité.
  • il y a incrédulité: la personne ne croit pas la vérité qu’elle prétend. En réalité ce cas semble assez improbable, parce que quelqu’un qui prétend que ce qu’il dit concernant Dieu, Jésus-Christ et les choses de Dieu est la vérité, agit en fonction de ce qu’il croit. Et si ce qu’il croit est effectivement la vérité, alors c’est la plénitude de Christ et des choses de Dieu qui sera expérimenté et constaté par la personne elle-même. Cette personne expérimentera les réalités invisibles du Royaume de Dieu qui deviennent visibles par la foi, et l’accomplissement des promesses de Dieu qu’elle connait. Cette expérience de la vérité va même renforcer sa foi, confirmer la vérité, la remplir d’assurance et augmenter sa confiance en Dieu, donc supprimer son incrédulité concernant les choses qu’elle connait, parce que « grâce à ses actes, sa foi a atteint son plein épanouissement » (Jacques 2:22). Aussi, elle sera plein d’assurance concernant ce qu’elle connait de la vérité.

 

*Note: « par le seul moyen de la foi » veut dire agir conformément au fait de croire que ce ne sont pas nos œuvres bonnes, l’absence de mal avec une vie juste et sainte, ni le fait d’avoir de bonnes valeurs morales etc, ni même une demande de pardon, par lesquels nous sommes pardonnés et déclarés justes, mais uniquement par la foi en Dieu par Jésus-Christ (voir aussi Dossier: Le point sur le pardon des péchés).