La foi qui plait à Dieu: croire à sa faveur imméritée

Foi qui plait 4« Pour montrer qu’il est nécessaire de prier constamment, sans jamais se décourager, Jésus raconta à ses disciples la parabole suivante: Il y avait dans une ville un juge qui ne révérait pas Dieu et n’avait d’égards pour personne. Il y avait aussi, dans cette même ville, une veuve qui venait constamment le trouver pour lui dire: «Défends mon droit contre mon adversaire.» Pendant longtemps, il refusa. Mais il finit par se dire: «J’ai beau ne pas révérer Dieu et ne pas me préoccuper des hommes, cette veuve m’ennuie; je vais donc lui donner gain de cause pour qu’elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.» Le Seigneur ajouta: Notez bien comment ce mauvais juge réagit. Alors, pouvez-vous supposer que Dieu ne défendra pas le droit de ceux qu’il a choisis et qui crient à lui jour et nuit, et qu’il tardera à leur venir en aide? Moi je vous dis qu’il défendra leur droit promptement. Seulement, lorsque le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il encore la foi sur la terre? » (Luc 18:1-8 BDS).

Jésus utilise cette parabole pour dire que Dieu qui, contrairement au mauvais juge qu’il ne faut pas confondre avec Dieu, se préoccupe des hommes et a égard pour chacun à cause de son immense amour. Dieu défend le droit de ceux qu’il a choisis (tout ceux qui ont foi en Lui) et qui s’attendent à Lui constamment. Il dit même que Dieu le fait promptement! Et Jésus termine cette parabole en exprimant sa préoccupation quant à savoir s’il trouvera encore, à son retour, la foi sur terre… Pourquoi cette préoccupation de Jésus?

L’auteur aux Hébreux nous dit ceci: « Sans la foi, il est impossible d’être agréable à Dieu » (Hébreux 11:6a SG21).

Pourquoi est-ce impossible de plaire à Dieu sans la foi?

Parce que la foi est le seul moyen par lequel on accède à Dieu et aux réalités de Dieu qui sont l’expression de son amour, tel que Christ l’a démontré. Par le moyen de la foi, c’est-à-dire croire à ce que Dieu a dit et démontré en Christ, Dieu peut ainsi nous affranchir de toute notion de mérite, car croire est un choix accessible à tous (voir aussi La grâce: l’expression de l’amour inconditionnel de Dieu). Les Écritures nous disent par exemple que:

  • C’est par la grâce que nous sommes sauvés, par le moyen de la foi. Cela ne vient pas de nous c’est un don de Dieu (cf. Ephésiens 2:8)
  • C’est par la foi que nous sommes unis à Christ (cf. Ephésiens 3:12)
  • C’est par la foi que Christ vit dans notre cœur (cf. Ephésiens 3:17)
  • C’est par la foi que les hommes sont déclarés/rendus (dikaioo) justes (cf. Romains 3:28)
  • C’est en recevant la Bonne Nouvelle avec foi que nous recevons le Saint Esprit (cf. Galates 3:2, 14), c’est-à-dire l’Esprit de Dieu
  • C’est par la foi que nous sommes fils de Dieu (cf. Galates 3:26) et ainsi co-héritiers avec Christ (cf. Romains 8:17)

Ainsi, par le moyen de la foi, nous avons accès à toutes les réalités de Dieu qui sont en Christ.

Foi qui plait 5De la même manière que « par la foi, nous comprenons que l’univers a été harmonieusement organisé par la parole de Dieu, et qu’ainsi le monde visible tire son origine de l’invisible » (Hébreux 11:3 BDS), c’est par le moyen de la foi, en croyant à ce que Dieu dit (sa Parole), que les réalités invisibles du royaume de Dieu deviennent visibles dans ce monde. C’est pour ces raisons que « La foi, c’est la ferme assurance des choses qu’on espère, la démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11:1 SG21).

C’est parce que toutes les choses célestes invisibles sont libérées par le moyen de la foi, que par la foi nous avons véritablement l’assurance des choses que l’on espère, et que ces réalités célestes invisibles deviennent une démonstration visibles de celles qu’on ne voit pas sans le moyen de la foi.

Alors quelle est la foi qui plaît à Dieu? C’est précisément la foi qui s’attend à la faveur imméritée et « imméritable » de Dieu. C’est donc la foi qui s’attend à l’expression de l’amour de Dieu démontrée une fois pour toute en Jésus-Christ. « Sans la foi, il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s’approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent » (Hébreux 11:6 NEG79). L’auteur aux Hébreux laisse comprendre que ceux qui cherchent Dieu goûtent à Sa bonté, la condition c’est chercher Dieu Lui-même, et c’est Christ qui nous a montré le Père. Au retour de Jésus, la nécessité de la foi sera toujours une réalité, car : « En somme, trois choses demeurent: la foi, l’espérance et l’amour, mais la plus grande d’entre elles, c’est l’amour » (1 Corinthiens 13:13 BDS), car Dieu est amour. Ceux qui ont rejeté Jésus parce qu’ils ne croyaient pas en Lui n’ont pas goûté au salut qu’il a apporté, et au retour de Jésus il en sera de même. Ainsi, en résumé:

C’est la foi qui s’attend à la faveur imméritée de Dieu qui lui est agréable!

La confiance en Dieu: clé de toute joie et de la paix divine

ConfianceA l’approche de la fin de sa lettre aux Romains, Paul exprime ceci:

« Que Dieu, qui est l’auteur de l’espérance, vous comble de toute joie et de sa paix par votre confiance en lui. Ainsi votre cœur débordera d’espérance par la puissance du Saint-Esprit » (Romains 15:13 BDS).

Il y a toujours beaucoup de substance dans ce que Paul exprime. Ici, il rappelle que Dieu est l’auteur de l’espérance. L’espérance est ce sentiment de confiance en l’avenir, qui porte à attendre avec confiance la réalisation de ce qu’on désire. De nos jours, dans l’utilisation courante du terme « espérance », la tendance est d’entendre ce terme comme empreint d’incertitude, et non de confiance, mais ce n’est pas là la définition du mot. Ce qui permet de nourrir l’espérance, dans sa véritable définition, est notamment la garantie de l’amour inconditionnel de Dieu démontrée en Jésus-Christ (voir aussi L’amour: clé de la plénitude de Dieu). Et Paul dit d’ailleurs ceci au chapitre 8 : « Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? » (Romains 8:32 NEG79). Dieu désire effectivement tout nous donner avec son Fils, Jésus-Christ, qui a démontré par sa vie à quoi ressemble ce que Dieu donne. Toutefois, il faut faire attention ici avec cette pensée exprimée par Paul disant « Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais l’a livré pour nous tous…« . Cette affirmation, en faisant passer le Père pour un complice de meurtre, fait apparaître des caractéristiques au sujet du Père qui s’opposent à la vérité qui est en Jésus-Christ. Jésus a été très clair en disant: « En effet, personne ne peut m’ôter la vie: je la donne de mon propre gré. J’ai le pouvoir de la donner et de la reprendre. Tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père » (Jean 10:18 BDS). « Le voleur vient seulement pour voler, pour tuer et pour détruire. Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie, une vie abondante. » (Jean 10:10 BDS)

Après le rappel que Dieu est l’auteur de l’espérance, Paul insinue ceci:

C’est par la confiance en Lui, que Dieu nous comble de toute joie et de sa paix.

La confiance en Lui est ce qui donne accès à la grâce de Dieu, faveur imméritée et « imméritable ». En réalité, placer sa confiance en Dieu c’est croire à sa bonté et à sa fidélité. Aussi:

Faire confiance à Dieu, c’est croire à son intégrité.

Confiance 2Ne pas lui faire confiance c’est la remettre en doute. Mais l’amour n’est pas susceptible, ni irritable, et Dieu est amour. Et il nous est dit par Paul que Dieu comble de toute joie et de sa paix celui qui a confiance en Lui. Faire confiance à Dieu est un choix délibéré, sans aucune notion de mérite. Ainsi, l’amour inconditionnel de Dieu peut s’exprimer par sa grâce, sans mérite, en réponse à la confiance en Lui (voir aussi La grâce: l’expression de l’amour inconditionnel de Dieu). C’est là un encouragement de plus puisque toute joie et la paix de Dieu ne sont pas le résultat de ce que nous pouvons produire par nous-mêmes. Et ainsi, rempli de toute joie et de la paix divine, notre cœur déborde réellement d’espérance, de confiance en l’avenir, par la puissance du Saint-Esprit. Dieu est Esprit.

Le Fils, Jésus-Christ, est celui qui a fait connaître le Père, le seul vrai Dieu. C’est par la confiance dans le Fils au sujet du Père que nous parvenons à la confiance dans le Père. C’est pourquoi, Pierre, qui en a aussi fait l’expérience, confirme cette réalité d’une joie glorieuse que procure la confiance dans le Fils, lorsqu’il dit : « Jésus, vous ne l’avez pas vu, et pourtant vous l’aimez; mais en plaçant votre confiance en lui sans le voir encore, vous êtes remplis d’une joie glorieuse qu’aucune parole ne saurait exprimer, car vous obtenez votre salut qui est le but de votre foi. » (1 Pierre 1:8-9 BDS).